• Type:

LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES

Dans cet article, vous retrouverez les différentes plantes Françaises Sauvages. Et elles sont nombreuses. En effet, la France comporterait près de 8 000 espèces de plantes sauvages sur son territoire.

Ces plantes sauvages sont aussi bien comestibles que toxiques, certains végétaux sont également des plantes médicinales. Certaines espèces peuvent faire partie des plantes protégées sur notre territoire mais d’autres peuvent faire également partie des plantes les plus communes de nos régions.

Découvrez donc la liste des plantes sauvages françaises sans plus attendre.

SOMMAIRE DE LA LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES 

AB CDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWYZ

A - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES 

• Abricotier (Prunus armeniaca) - Rosacées

L ’abricotier est un petit arbre fruitier de la famille des Rosacées. Il est aussi largement cultivé en France dans la région du Roussillon. Mais il est plutôt rare dans la nature. Il n’est donc pas très présent dans la Flore Française. Son fruit, l’abricot, à la chaire charnue et sucrée, comestible sert à la confection de confiture, de tartes ou en tant que sirops et gelées. Il aime les terrains secs, sans vents violents et en moyenne montagne. Enfin, on peut le considérer comme plante médicinale. En effet, ses fruits sont riches en vitamines A. 

• Absinthe (Artemisia absinthium) - Astéracées

L’Absinthe est un arbrisseau vivace de la famille des Astéracées qu’on retrouve dans les climats tempérés d’Asie, d’Europe et d’Afrique du Nord. Bien sûr c’est aussi une plante présente en France. Elle fait partie des plantes sauvages comestibles de notre pays mais il ne faut pas faire de surdosage. Elle peut en effet devenir toxique le cas échant. 

• Abutilon de Théophraste (Abutilon theophrasti) - Malvacées

Cette plante invasive originaire d’Asie appartient à la famille des Malvacées. On l’appelle aussi Abutilon d’Avicenne, abutilon de Théophraste, abutilon à fleurs jaunes. Elle a une action particulièrement négative sur les cultures de maïs et de soja. Elle affectionne les sols vaseux, hydromorphes en voie de destruction. Elle peut d’une certaine manière être considérée comme une bio-indicatrice de l’état de santé d’un sol. Plus elle est présente, plus le sol est détruit par l’exploitation humaine généralement.

• Acanthe à feuilles molles (Acanthus mollis) - Acanthacées

TYPE : Plante herbacée vivace RÉPARTITION : Europe méditerranéenne ; Afrique septentrionale COMESTIBILITÉ : non renseigné PROTECTION : Non

• Achillée millefeuille (Achillea millefolium) - Astéracées

L’Achillée millefeuille fait partie des plantes sauvages françaises les plus répandue sur notre territoire. Facilement reconnaissable grâce à ses feuilles très découpées et à sa belle floraison blanche, elle pousse jusqu’en Sibérie. C’est aussi une grande plante médicinale et peut être comestible à condition d’aimer le goût. Voir les photos.

• Aconit napel (Aconitum napellus) - Ranunculacées

Plante herbacée vivace RÉPARTITION : Presque toute la France COMESTIBILITÉ : Toute la plante peut être mortelle. PROTECTION : oui dans certaines régions.

• Adénocarpe à feuilles pliées (Adenocarpus complicatus) - Fabacéeses

L’Adénocarpe à feuilles pliées est un petit arbrisseau à fleurs jaunes de mai à juin appartenant à la famille des Fabacées. On le trouve principalement dans le Sud Ouest de France mais rarement ailleurs. C’est parce qu’il est rare que la France l’a placé dans sa liste des espèces protégées. Son rôle écologique est important pour   deux espèces de Scolytinae : Hylastinus obscurus et Phloeotribus rhododactylus dont il est l’hôte.

• Adonis de printemps (Adonis vernalis) - Ranunculacées

Plante herbacée vivace RÉPARTITION : Pelouse sèches de sols basique du Massif Central COMESTIBILITÉ : extrêmement toxique voire mortelle PROTECTION : OUI

• Agripaume (Leonurus cardiaca) - Lamiacées

L’agripaume est une plante herbacée vivace mesurant jusqu’à 1m20 faisant de belles fleurs roses. Elle appartient à la famille des Lamiacées, et est donc cousine éloignée de la menthe ou du basilic. Elle pousse surtout autour de la région Île-de-France qu’elle vive dans toute l’Europe à l’exception du bassin méditerranéen. Elle a un grand besoin de lumière et aime les sols calcaires au pH basique.

• Ail cultivé (Allium sativum) - Amaryllidacées

Plante herbacée vivace à bulbe RÉPARTITION : Toute la France, principalement cultivé COMESTIBILITÉ : bulbe et fleurs PROTECTION : non

• Ail de la Sainte-Victoire (Allium victorialis) - Amaryllidacées

Plante herbacée vivace produisant des bulbes comestibles. Mesurant de 30 à 60 centimètres de hauteur, cette plante comestible pousse naturellement dans les régions du Massif central, des Alpes et des Pyrénées. Contrairement à l’ail cultivé, elle produit des fleurs blanches et non des fleurs roses. Elle fait aussi partie de la famille des Amaryllidacées. Enfin, c’est une espèce caractéristique des mégaphorbiaies ; pelouses rocailleuses fraîches, landes à rhododendrons, clairières.

• Ail des ours (Allium ursinum) - Amaryllidacées

On appelle aussi l’ail des ours ‘ail sauvage” ou “ail des bois”. Comme les autres espèces d’ail, il se consomme pour l’alimentation humaine. C’est aussi une plante médicinale. C’est une des plantes à fleurs blanches de France qui aime les sous-bois herbacés médioeuropéens, basophiles et hygrophiles. Son inflorescence est une ombelle simple comportant des fleurs à six pétales. Les fleurs sont hermaphrodites et sa période de floraison se déroule d’avril à juin.

• Ailante glanduleux (Ailanthus altissima) - Simaroubacées

On appelle aussi l’ailante glanduleux “Faux Vernis du Japon“. Bien que cette appellation ne soit pas exacte car il est originaire des contrées de Chine et de Taïwan. C’est en effet une plante particulièrement invasive. Ce grand arbre produit de nombreuses fleurs vertes qui l’aide à se propager facilement dans toute l’Europe et en France. L’ailante est une plante toxique de la famille des Simaroubacées. Il produit aussi une odeur nauséabonde lorsqu’il est coupé.

• Ajonc d'Europe (Ulex europaeus) - Fabacées

L’Ajonc d’Europe appartient à la Famille des Fabacées. Cet arbuste épineux produit aussi une grande quantité de fleurs jaunes. Grâce à sa force de reproduction, il forme de grandes étendues sur la façade Atlantique. En France, on le trouve effectivement en Vendée, en Bretagne et dans les Landes. Cette plante s’est naturalisée dans d’autres régions du monde où elle est classé comme plante invasive.

• Airelle rouge (Vaccinium vitis-idaea subsp. vitis-idaea) - Éricacées

L’airelle rouge est un petit sous-arbrisseau de la Famille des Éricacées. Ne dépassant pas les 30cm de hauteur, c’est aussi une des espèces de plantes sauvages françaises les moins courantes : elle est rare. En effet, elle pousse dans les zones montagneuses de France et de l’Hémisphère nord. En France c’est dans les Alpes et dans le Jura qu’on la trouve le plus souvent. Ses fleurs blanches laissent place aux airelles, de petits fruits rouges comestibles qu’on utilise beaucoup en confiture.

• Andromède (Andromeda polifolia) - Éricacées.

Sous-arbrisseau RÉPARTITION : Jura, Vosges, Alpes COMESTIBILITÉ : toute la plante est légèrement toxique. PROTECTION : OUI

• Anémone pulsatille (Anemone pulsatilla) - Ranunculacées

Plante herbacée vivace RÉPARTITION : Prairies sèches d’Europe Occidentale. Plus présente dans le Nord de la France que dans nos autres régions. COMESTIBILITÉ : sucs irritants PROTECTION : non

• Anémone sylvie (Anemone nemorosa) - Ranunculacées

L’Anémone Sylvie est une plante herbacée de la famille des Renanculacées. Facilement reconnaissable grâce à ses fleurs blanches, elle est assez commune dans la Flore Française. En effet, on la trouve assez facilement dans les bois de feuillus des zones montagneuses de France. Mais elle se fait plutôt rare dans le bassin méditerranéen. Aussi, l’Anémone Sylvie est une plante toxique. En effet, ses sucs frais peuvent devenir irritants à cause de la Renanculine qu’ils contiennent.

• Anthyllide vulnéraire (Anthyllis vulneraria) - Fabacées

L’Anthyllide vulnéraire est une plante herbacée appartenant à la famille des Fabacées. Elle apprécie les pelouses aérohalines submaritimes atlantiques mais on la trouve dans toute la France. Cette plante commune se reconnaît assez facilement grâce à ses très nombreuses fleurs jaunes au calice très poilu et son port en forme de touffe. Elle a besoin d’un sol basique et de beaucoup de lumière pour prospérer. Elle peut s’utiliser comme plante médicinale afin de cicatriser des plaies ou pour dépolluer les sols grâce à son système racinaire.

• Arabette des Dames (Arabidopsis thaliana) - Brassicacées

L’Arabette des Dames est la première plante de l’Histoire dont le génome a été entièrement décodé. Appartenant à la famille des Brassicacées, elle est plutôt discrète malgré sa floraison blanche d’avril à août. Cette plante annuelle pousse dans toute l’Europe, et maintenant même dans presque tout le globe à l’exception des régions tropicales. C’est une des mauvaises herbes du jardin car elle pousse aussi en ville. Enfin, on considère l’Arabette des Dames comme une plante médicinale de faible activité elle est un antiseptique des ulcérations buccales.

• Arbousier (Arbutus unedo) - Éricacées

L’Arbousier commun s’appelle aussi l’arbre aux fraises. Il appartient à la famille des Éricacées. Mesurant de 8 à 10 m de hauteur, cet arbre fruitier pousse sous les climats tempérés du pourtour méditerranéen. En France, on le trouve en compagnie du Chêne-Liège sur les sols acides. En ce qui concerne son feuillage, l’Arbousier est un arbre aux feuilles persistants. Ses fleurs quant à elles sont de couleur blanches à verdâtre, parfois légèrement roses. Enfin, l’Arbousier est riche en tanins et peut s’utiliser comme plante médicinale.

• Arbre de Judée (Cercis siliquastrum) - Fabacées

L’arbre de Judée, que l’on appelle aussi Gainier silicastre est une espèce d’arbre caduc de petite taille (jusqu’à 10 m) appartenant à la famille des Fabacées. Il se caractérise par ses nombreuses fleurs roses poussant même sur le tronc. Ces fleurs sont d’ailleurs hermaphrodites. L’arbre de Judée est une espèce sciaphile, c’est-à-dire qu’il a besoin d’ombre pour se développer. On le trouve aussi sur les sols calcaires et secs où il stocke l’azote.

• Argousier (Hippophae rhamnoides) - Éléagnacées

L’argousier atteint la taille d’un petit arbuste de 4m de hauteur généralement. Il appartient à la famille des Éléagnacées, une famille Botanique très peu représentée en France. Très épineux, cette plante pionnière apprécie particulièrement le soleil. Son feuillage caduc laisse entrevoir des fruits comestibles oranges vif. Ses fleurs verdâtres sans pétales sont très discrètes. Enfin, l’argousier n’est pas très présent au centre de la France. On le trouvera plus facilement vers les Alpes et en bordure de littoral.

• Aristoloche clématite (Aristolochia clematitis) - Aristolochiacées

L’Aristoloche clématite (Aristolochia clematitis) fait partie de la famille des Aristolochiacées. Plante herbacée vivace mesurant jusqu’à 80cm de hauteur, on la trouve dans presque toute la France. Cette plante toxique pour l’Homme apprécie les sols calcaires et humides. On la trouve donc plus facilement dans les lisières et bosquets. Cette plante à fleurs jaunes a une floraison en glomérule et possède une odeur nauséabonde qui lui sert à attirer les mouches afin de la polliniser. Enfin, dans certains cas, elle peut servir de plante médicinale si on prend des précautions.

• Armoise annuelle (Artemisia annua) - Astéracées

Appartenant à la famille des Astéracées, l’Armoise annuelle est une plante qu’on trouve à la fois dans la Flore Française et dans le reste du monde. En effet, originaire d’Eurasie, elle est invasive sur presque tous les continents. Plante annuelle très ramifiée, elle arbore une floraison jaune dense avec une multitude de petites fleurs. Elle peut se confondre avec d’autres espèces d’Armoise. Dans leur médecine traditionnelle, les Chinois utilisent l’armoise annuelle afin de lutter contre la fièvre.

• Armoise blanche (Artemisia alba) - Astéracées

L’Armoise blanche, qu’on appelle aussi Armoise Camphrée est une plante à fleurs vivace qu’on rencontre en Europe. Elle peut facilement se confondre avec les autres espèces d’Armoises et appartient à la grande famille des Astéracées. L’armoise blanche a une odeur camphrée d’où son nom. On dénombre deux sous-espèces. La première est Artemisia alba ssp. kabylica tandis que la seconde est Artemisia alba ssp. chitachensis.

• Armoise blanche (Artemisia alba) - Astéracées

L’Armoise commune est sans doute une des plantes herbacées les plus communes de la Flore Sauvage Française. En effet, supportant très bien les climats tempérés de l’Hémisphère Nord, on la trouve donc un peu partout. Elle aime les bords de chemins, de route, les talus, terrains vagues ou les remblais et supporte facilement les -15°C. Cette plante de la famille des Astéracées dégage une odeur similaire à celle de l’absinthe lorsqu’on froisse ses feuilles. Quant à ses fleurs de couleur jaunâtre voire verte aux reflets rouges possèdent une odeur désagréable pour certains.

• Arroche étalée (Atriplex paluta) - Amaranthacées

L’Arroche Étalée est une plante herbacée de la Famille des Amaranthacées. Elle se décline aussi sous des dizaines de sous-espèces très proches. On trouve l’Arroche Étalée dans les champs, les friches et terrains vague. Elle affectionne aussi les sols secs, plutôt aérés et le soleil. Cette plante annuelle est une plante comestible qu’on trouve facilement à l’état sauvage jusqu’à 1700m d’altitude. Enfin, sa floraison verte est très discrète, mais lui assure une bonne reproduction.

• Arroche maritime (Atriplex halimus) - Amaranthacées

Appartenant à la famille des Amaranthacées, l’Arroche Maritime se cultive comme plante ornementale dans les régions du littoral. Mais c’est aussi une plante sauvage française qu’on trouve un peu plus dans l’intérieur des terres. Plante comestible, l’arroche Maritime a la particularité d’être une espèce trimonoïque. Cet arbrisseau halophyte a une croissance rapide et se reproduit facilement grâce à ses rejets. Il sert aussi à fixer les dunes tout en créant des brises vents naturels.

• Asaret d'Europe (Asarum europaeum ) Aristolochiacées

L’Asaret d’Europe est une plante herbacée vivace qui pousse naturellement en Europe Centrale. Appartenant à la famille des Aristolochiacées, on le trouve dans la moitié Est de la France. Cette plante très toxique apprécie les forêts de feuillus neutrophiles et calcicoles et pousse jusqu’à 1700 m d’altitude. Ses fleurs marron passent souvent inaperçues. Elles ont une forme de clochettes velues et sont constituées d’un périanthe à trois lobes égaux.

• Asperge (Asparagus officinalis) - Asparagacées

L’Asperge est très bien connue dans la cuisine Française. Cette plante vivace provient à l’origine de l’Est du bassin méditerranéen et les Romains la cultivent depuis des siècles. Appartenant à la famille des Asparagacées, elle pousse principalement dans les sols sablonneux. Et on la trouve dans presque toute la France. Ses discrètes fleurs jaunes laissent place à des petits fruits rouges. En dehors des jeunes pousses qui sont comestibles, toute la plante est légèrement toxique. Mais on prête également des vertus médicinales aux jeunes plants d’asperges.

• Asphodèle blanc (Asphodelus albus) - Asphodélacées

Appartenant à la famille des Asphodélacées (ou Xanthorrhoéacées selon la classification utilisée), l‘Asphodèle Blanc est une espèce de plante herbacée vivace qui pousse dans les prairies, pelouses et landes jusqu’à 2000 m d’altitude. En France, on trouve cette plante aux fleurs blanches plutôt dans l’Ouest et dans les Alpes. Et elle est rare dans le Nord Est. L’Asphodèle Blanc possède un caractère pyrophyte. Il résiste en effet bien aux incendies. On ne le considère pas comme une plante toxique, mais pas non plus comme une plante comestible.

• Aubépine à deux styles (Crataegus laevigata) - Rosacées

Très commune dans toute la France, l’Aubépine à deux styles est un arbuste épineux de la famille des Rosacées. L’Aubépine à deux styles est héliophile, mais supporte l’ombre. On la trouve donc en forêt ou en bord de haies. Elle aime les sols riches en bases, moyennement frais, dont le pH est neutre à légèrement acide. Plante comestible, elle fait aussi partie des plantes médicinales. Ses fleurs blanches peuvent se prendre en infusion, mais veillez à ne pas en consommer en trop grandes quantités (risques cardio-vasculaires).

• Aubépine monogyne (Crataegus monogyna) - Rosacées

Ressemblant beaucoup à l’Aubépine à deux styles, l’Aubépine Monogyne s’en distingue par ses feuilles plus découpées et ses fleurs blanches ne comportant qu’un seul style. Arbuste épineux de la famille des Rosacées, a le comportement d’une espèce pionnière jusqu’à 1600 m d’altitude. Elle pousse un peu partout, ce qui en fait une espèce commune de la Flore Française Sauvage. Elle supporte aussi bien le soleil des lisières de haies que l’ombre des forêts. Elle a un intérêt écologique important. Enfin, c’est une plante comestible et médicinale.

• Aulne blanc (Alnus incana) - Bétulacées

L’Aulne Blanc est une espèce d’Aulne supportant très bien les stations froides. Faisant partie de la famille des Bétulacées, on le trouve en effet dans presque toutes les zones froides de l’Hémisphère Nord. En France, il pousse principalement dans le Jura et les Alpes jusqu’à 1800 m d’altitude. Son écorce est grise et es feuilles vert grisâtre sur le revers. C’est une espèce pionnière héliophile qui fixe aussi l’azote de l’air dans la terre grâce aux nodosités de son système racinaire à l’instar des Fabacées.

• Aulne glutineux (Alnus glutinosa) - Bétulacées

L’Aulne Glutineux appartient à la famille des Bétulacées. Cet arbre à feuilles caduques est caractéristique des ripisylves européennes. C’est aussi une plante très commune de la Flore Française. En effet, on le trouve à l’étage collinéen à montagnard jusqu’à 1200 m d’altitude. Héliophile, il a aussi besoin de beaucoup d’humidité pour se développer. Cet arbre offre un grand intérêt écologique en Europe. En effet, il permet de solidifier les berges des cours d’eau et fournir un habitat type de la ripisylve.

• Azérolier (Crataegus azarolus) - Rosacées

On peut confondre l’Azérolier avec l’Aubépine Monogyne car les deux espèces sont du même genre et appartiennent à la même famille, à savoir celle des Rosacées. Mais en France, on ne le trouvera qu’en région méditerranéenne. C’est aussi une plante qui supporte bien la chaleur, le soleil et la sécheresse. Ses fleurs blanches hermaphrodites donnent de petits fruits (les azeroles) oranges, rouges ou bruns selon les variétés. L’Azérolier est une plante comestible et médicinale. Les fleurs et jeunes pousses ainsi que les fruits se consomment.

B - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES 

• Ballote noire (Ballota nigra) - Lamiacées

Ressemblant beaucoup au Lamier Pourpre, la Ballote Noire s’en distingue par sa taille. En effet, bien que faisant également partie de la famille des Lamiacées, elle est plus grande : jusqu’à 80 cm. Cette plante médicinale à fleurs roses est une des herbacées les plus communes de la Flore Française. On la trouve aussi dans une grande partie de l’Hémisphère Nord. Ses belles fleurs pourpres sont très odorantes même si leur odeur ne plaît pas. Elle attire de nombreux insectes pollinisateurs.

• Barbarée commune (Barbarea vulgaris) - Brassicacées

La Barbarée Commune est une espèce très présente sur notre sol. Cette plante biannuelle appartient à la famille des Brassicacées comme les Choux et la Moutarde. Cette plante sauvage française pousse aussi dans toute l’Europe. Elle fait également partie des plantes comestibles même si son goût est assez amer. Elle produit aussi de nombreuses petites fleurs jaunes d’avril à août. Enfin, elle sert de plante médicinale car elle soignerait les blessures liées au feu et les petites coupures.

• Bardane officinale (Arctium lappa) - Astéracées

On appelle aussi la Bardane officinale“Grande Bardane” pour ne pas la confondre avec la Petite Bardane. Cette grande plante herbacée atteignant parfois 2 m de hauteur appartient à la famille des Astéracées. Elle se reconnaît facilement grâce à ses grandes feuilles et aux fleurs roses qu’elle produit. Ses fruits ont la particularité de s’accrocher aux poils des animaux et sur les vêtements. La Grande Bardane est une plante comestible très commune dans la Flore Française, mais aussi une plante médicinale reconnue.

• Basilic (Ocimum basilicum) - Lamiacées

Très commun dans la cuisine Italienne, le Basilic est une plante herbacée de la famille des Lamiacées. Cousin de la menthe du thym et du romarin, il sert aussi de plante aromatique. Cette plante comestible vient à l’origine d’Asie du sud mais est une plante largement cultivée chez nous. Vivace en Asie, elle est annuelle en France et rare dans la Nature. Enfin, le basilic produit de nombreuses petites fleurs blanches qui attirent les insectes pollinisateurs. Il ne supporte pas le froid en dessous de 10°c. On ne le trouvera donc à l’état sauvage que dans le sud du pays.

• Belladone (Atropa Belladonna) - Solanacées

La Belladone est une plante herbacée vivace à rhizome de la famille des Solanacées. Contenant de l’atropine, cette plante est une plante toxique particulièrement dangereuse. Elle se reconnaît assez facilement avec ses fruits noirs et ses fleurs violettes. Pouvant pousser jusqu’à 2 m de hauteur, elle vit de préférence sur les sols calcaires. Elle se trouve dans les clairières de bois humides mésohydriques, eutrophiles, et neutrophiles ainsi que les champs et les vignes.

• Benoîte commune (Geum urbanum) - Rosacéesées

La Benoîte Commune est une plante herbacée vivace de la famille des Rosacées. On l’appelle aussi herbe de saint Benoît ou herbe du bon soldat. Elle est commune dans toute la France et en Corse, particulièrement dans les endroits frais comme les haies, sous-bois ou même les décharges. La Benoîte commune est à la fois une plante médicinale et comestible. Sa floraison s’étale de mars à septembre. Époque durant laquelle nous pouvons voir ses fleurs jaunes un peu partout.

• Berce commune (Heracleum spondylium) - Apiacées

La Berce Commune est peut-être une des plantes les plus intéressantes de la Flore Française. En effet, cette plante herbacée est une plante comestible. Toutes les parties de la plantes sont consommables. Appartenant à la famille des Apiacées, elle se reconnaît facilement avec ses grandes feuilles poilues et ses ombelles de fleurs blanches. Elle pousse un peu partout en Eurasie. Elle peut d’ailleurs être vivace ou biannuelle selon les climats. Il ne faut pas la confondre avec la Berce du Caucase qui est une plante très toxique pour la peau. La Berce commune fait partie des plantes sauvages françaises les plus intéressantes pour la cuisine. Ses feuilles, fleurs, tiges ainsi que ses fruits sont comestibles et fortement aromatiques.

• Betterave (Beta vulgaris) - Amaranthacées

Le terme Beta vulgaris désigne en réalité plusieurs sous-espèces de Betterave. Mais considérons que la sous-espèce Beta vulgaris subsp. vulgaris. Cette dernière est à la base une plante sauvage à la racine charnue comestible que nous avons maintenant largement cultivée. Elle sert à la fois à l’alimentation et à la production de biocarburants. Dans la Nature, cette plante herbacée biannuelle de la famille des Amaranthacées est cependant en voie de raréfaction.

• Bident tripartite (Bidens tripartita) - Astéracées

Le Bident tripartite est une plante herbacée commune des zones humides de France et d’Europe. Mais il est plus présent dans la moitié Nord de la France que dans le Sud. Il aime les rives des cours d’eau et des étangs dans des sols alluviaux riches en limons et en nitrates. Appartenant à la famille des Astéracées, on le reconnaît grâce à ses feuilles, glabres, opposées, sont toutes dentées et plus ou moins divisées et à son inflorescence jaune en capitule dressé. Considéré comme mauvaise herbe, il servait autrefois contre les piqûres de scorpions.

• Bleuet (Centaurea cyanus) - Astéracées

Le Bleuet est une plante herbacée  appartenant à la famille des Astéracées. On le trouve dans une grande partie de l’Europe Occidentale ainsi qu’au Canada. C’est une des rares plantes sauvages françaises à avoir les fleurs bleues. Il est donc assez facilement reconnaissable lors de sa période de floraison. Sa floraison se déroule d’avril à novembre. Plante messicole, elle apprécie les alluvions argilo-sableuses mais commence à se faire de plus en plus rare en France. Pourtant, le Bleuet sert de plante médicinale dans la confection de l’eau de bleuet.

• Boucage saxifrage (Pimpinella saxifraga) - Apiacées

Appartenant à la famille des Apiacées, la Boucage Saxifrage pousse dans la quasi-totalité du territoire français. Mais on le voit moins souvent en Bretagne. Cette herbacée vivace à fleurs blanches possède une tige grêle, pleine, arrondie, finement striée, rameuse, peu feuillée. Les troupeaux aiment particulièrement manger cette plante qu’on trouve dans les coteaux arides et pâturages secs.

• Bouillon blanc (Verbascum thapsus) - Scrophulariacées

Le Bouillon Blanc, qu’on appelle aussi Grande molène fait partie de la famille des Scrofulariacées. Cette grande plante herbacée sauvage possède à la fois des propriétés médicinales et est comestible. On utilise cette plante comme remède pour la peau, la gorge et les affections respiratoires et bien d’autres encore. La Grande Molène est une plante biannuelle, qui reste à l’état de rosette la première année. Ensuite, elle se reconnaît facilement grâce à sa haute floraison jaune d’été. Cependant, il existe de nombreuses sous-espèces de Molène.

• Bouleau nain (Betula nana) - Bétulacées

Le Bouleau nain est une espèce d’arbuste poussant habituellement dans les régions arctiques de l’Hémisphère Nord. Faisant partie de la famille des Bétulacées, il est rare et protégé en France. On ne le trouve que dans certaines tourbières du Jura, principalement dans la région de Mouthe. Il ne dépasse pas les 1m de hauteur. Ses feuilles sont caduques mais brillantes, de couleur vert moyen virant au jaune ou rouge en automne.

• Bouleau pubescent (Betula pubescens) - Bétulacées

Le Bouleau Pubescent est une des plantes sauvages françaises les plus communes de nos régions. On le trouve aussi dans toute l’Eurasie. Cet arbre au feuillage caduc et appartenant à la famille des Bétulacées se décline en plusieurs sous-espèces qui ne sont ni pubescentes, ni blanche au niveau du tronc. Plus hygrophile que le Bouleau verruqueux, on le trouvera principalement dans les tourbières et les forêts humides. Sa sève est comestible et aurait un rôle médicinal.

• Bouleau verruqueux (Betula pendula) - Bétulacées

Le Bouleau Verruqueux est un arbre au feuillage caduc pouvant atteindre 25 m de hauteur. On l’appelle aussi Bouleau Blanc ou Bouleau Blanc d’Europe même si on peut le trouver dans toute l’Eurasie en dehors des zones arides. Il appartient à la famille des Bétulacées et se décline en plusieurs cultivars pour servir de plante ornementale. Très rustique, il résiste bien au froid et aime les sols secs à frais, siliceux de préférence. Sa sève est comestible et aurait des propriétés médicinales.

• Bourdaine (Frangula alnus) - Rhamnacées

Appartenant à la famille des Rhamnacées, la Bourdaine est aussi une des plantes toxiques qu’on peut rencontrer en France. Ce petit arbuste de maximum 5 m de hauteur pousse sur des terrains humides et acides ou plus rarement secs et calcaires. On le trouve ainsi en sous-bois, clairières, lisières de forêts ou encore plaines de basses montagnes. Son écorce se dédouble facilement et possède une odeur forte et désagréable. Plante tinctoriale, importante au niveau écologique, au bois souple qui se travaille facilement en vannerie.

• Bourrache officinale (Borago officinalis) - Boraginacées

La Bourrache Officinale est une plante sauvage annuelle appartenant à la famille des Boraginacées qu’on trouve dans presque toute l’Europe. Elle se reconnaît facilement avec ses fleurs bleues et sa tige cylindrique, épaisse, dressée, de 20 à 60 cm de haut. Sans oublier ses nombreux poils. Cette plante rudérale sert à nourrir les abeilles et est très mellifère. Elle fait partie à la fois des plantes médicinales, comestibles mais aussi toxiques selon les quantités ingérées. Les graines sont riches en acides gras essentiels.

• Bourse à pasteur (Capsella bursa-pastoris) - Brassicacées

Quand on parle de Bourse à pasteur, on parle en réalité de plusieurs espèces très proches. Ici, nous parlons de Capsella bursa-pastoris. Comme pour les autres Bourses à Pasteur, c’est une petite plante herbacée pouvant être annuelle, biannuelle ou encore vivace selon le climat. Mais comme les autres, elle fait partie de la famille des Brassicacées. Elle se reconnaît facilement grâce à ses petites fleurs blanches et à ses siliques en forme de cœur. C’est une plante comestible qu’on considère aussi comme plante médicinale.

• Brome stérile (Anisantha sterilis) - Poacées

Dans la liste des plantes sauvages françaises, le Brome Stérile est sans doute une des plus répandues. En effet, cette Poacée (anciennement Graminée) pousse sur l‘ensemble du territoire. Elle s’est même naturalisé sur toute la planète, partout où elle trouve des terrains secs et riches en azote. C’est aussi une plante qui supporte bien le piétinement. Cette rudérale pousse facilement dans les champs cultivés et on la considère comme une mauvaise herbe assez difficile. Elle s’hybride facilement avec des espèces proches.

• Brunelle commune (Prunella vulgaris) - Lamiacées

La Brunelle Commune est une petite plante herbacée qu’on trouve facilement en France. En effet, elle pousse dans des milieux très différents comme bordure de route et de bois, et dans les prés. Elle n’a vraiment besoin que de lumière pour se développer. Sa tige carrée est caractéristique des Lamiacées ainsi que la forme et la disposition de ses petites fleurs roses tirant parfois sur le bleu violet. La Brunelle Commune fait aussi partie des plantes sauvages médicinales. Elle a un rôle carminatif, anti-inflammatoire, antipyrétique, antiseptique, antispasmodique, antiviral, astringent.

• Bruyère cendrée (Erica cinerea) - Éricacées

La Bruyère Cendrée est l’espèce de bruyère la plus commune d’Europe. Elle est en effet très commune dans les landes et plateaux montagneux aux sols acides. Elle pousse souvent en compagnie de la Callune. Appartenant à la famille des Éricacées, elle développe une belle floraison rose en racème simple durant la période de juillet à novembre. La Bruyère Cendrée est aussi une plante médicinale. En effet, elle a des propriétés antiseptiques urinaires et diurétiques ainsi que pour éliminer l’excès d’acide urique.

• Bryone dioïque (Bryonia dioica) - Cucurbitacées

La Bryone Dioïque est une des rares Cucurbitacées sauvages de France. Cette plante herbacée vivace est une plante grimpante qui pousse un peu partout en Europe et en Afrique du Nord. Dans les haies notamment. C’est aussi une plante très toxique et ce, peut importe la partie de la plante que vous utilisez. Elle peut provoquer vomissements, crampes et diarrhée, voire la mort selon les quantités consommées. Elle produit de petites fleurs blanches qui donneront par la suite des fruits rouges malheureusement trop attractifs pour les enfants.

• Buddleia de David (Buddleja davidii) - Scrophulariacées

Le Buddleia de David, qu’on appelle aussi Arbres aux Papillons est sans doute une des pires espèces invasives en France. Cet arbuste caduc originaire de Chine a été introduit en Europe comme plante ornementale mais pousse désormais un peu partout dans la Nature. Ce n’est pas une plante toxique pour l’Homme, cependant elle n’est pas comestible non plus. Mais cette plante est toxique pour de nombreuses espèces de chenilles et même si ses fleurs roses ou violettes attirent les papillons, leur nectar n’est pas assez riche pour les nourrir.

• Bugle de Genève (Ajuga genevensis) - Lamiacées

Très similaire à la Bugle Rampante, la Bugle de Genève appartient aussi à la famille des Lamiacées. Elle s’en différencie par sa tige ronde et non carrée. Aussi, sa tige est entièrement recouverte de poils alors que la Bugle Rampante n’a que deux faces poilues. Cette plante herbacée vivace est presque absente de l’Ouest Français. Elle a des feuilles opposées et simples, les basilaires sont entières, allongées, obovales ou oblongues et pétiolées. Ses fleurs violettes n’ont pas de pédoncule, sont hermaphrodites et zygomorphes.

• Bugle rampante (Ajuga reptans) - Lamiacées

La Bugle Rampante est une petite plante herbacée appartenant à la famille des Lamiacées. Il pousse dans presque toute la France jusqu’à 2000 m d’altitude mais devient plus rare en région méditerranéenne. Il se reconnaît facilement grâce à ses fleurs violettes et aux tapis végétalisés qu’il produit grâce à ses stolons vigoureux. Mais il se confond facilement avec le Bugle de Genève. La Bugle Rampante fait aussi partie des plantes médicinales de la Flore Française Sauvage : antidiarrhéique, action anti-inflammatoire, activité antifongique ou encore hémostatique, cicatrisant.

• Buglosse officinale (Anchusa officinalis) - Boraginacées

La Buglosse Officinale est une espèce de plante herbacée qu’on trouve principalement en Europe jusqu’en Turquie. Cette plante de la famille des Boraginacées n’est pas très commune en France. En effet, on la trouvera surtout dans l’Est du pays. Elle possède des fleurs violettes, roses voire même bleues selon le lieu où elle pousse. Son inflorescence forme une grappe avec bractées et à tube floral droit. Enfin, elle aime les friches vivaces mésoxérophiles, médioeuropéennes.

• Bugrane épineuse (Ononis spinosa) - Fabacées

La Bugrane épineuse est un petit sous-arbrisseau épineux de la famille des Fabacées. Assez répandue sur le territoire Français, on la voit moins souvent sur la façade Atlantique. Elle aime les sols calcaires et les terrains de types prairies ou talus car elle a besoin de beaucoup de lumière. On peut observer ses nombreuses fleurs roses papilionacées de juin à août. La Bugrane épineuse fait aussi partie ds plantes médicinales sauvages de France. En effet, elle sert comme antibactérien, antifongique, antiviral et analgésique et agit positivement sur la vessie et les reins.

• Buis commun (Buxus sempervirens) - Buxacées

Très connu comme plante ornementale pour l’Art Topiaire, le Buis Commun est un arbuste poussant naturellement dans les forêts françaises. Son aspect change en fonction du terrain et du climat où il pousse. Aussi, il dégage une odeur particulière qui lui est caractéristique. Appartenant à la famille des Buxacées, son feuillage supportant bien la taille est persistant. Ses petites fleurs jaunâtres attirent les abeilles. On délaisse de plus en plus le Buis comme plante ornementale car il est sensible à de nombreux ravageurs. C’est aussi une plante toxique mais son bois se travaille très bien.

• Busserole (Arctostaphylos uva-ursi) - Éricacées

On appelle aussi la Busserole “Raisin d’ours“. Bien que consommée par les ours, cette plante n’as rien à voir avec les raisins. En effet, elle appartient à la famille des Éricacées et non des Vitacées. Ce petit sous-arbrisseau ligneux au feuillage persistant pousse dans les régions circumpolaires. Mais en France, on le trouvera dans les Pyrénées, le Massif Central et les Alpes où il y est abondant. C’est une plante médicinale qui produit des fleurs blanches tirant sur le rose en forme de grelot et des fruits rouges comestibles mais farineux et insipides.

C - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES 

• Calament à grandes fleurs (Calamintha grandiflora) - Lamiacées

Avec son odeur si forte et ses belles fleurs roses de juillet à septembre, le Calamant à grandes fleurs ne reste pas inaperçue. Cette plante aromatique appartenant à la famille des Lamiacées pousse abondamment dans le Massif Central. On la trouve aussi dans les Alpes mais elle est rare dans le reste de la France. Cette plante herbacée vivace est une Orophyte. C’est-à-dire qu’elle ne vit qu’autour des montagnes et collines. Dans la région d’Aubrac, elle sert à faire des infusions, des sirops ou encore des liqueurs.

• Camomille Romaine (Chamaemelum nobile) - Astéracées

Faisant partie de la famille des Astéracées, la Camomille Romaine est une des plantes médicinales les plus connues. On l’utilise d’ailleurs beaucoup en infusion. Elle peut aussi facilement se confondre avec deux autres plantes herbacées à fleurs blanches qui lui ressemblent : la Petite Camomille et la Grande Camomille. Elle pousse un peu partout en Europe Occidentale où elle y est indigène. La Camomille Romaine aime sols secs et sablonneux riches en silice jusqu’à 1 000 m d’altitude

• Campanule raiponce (Campanula rapunculus) - Campanulacées

La Campanule Raiponce est une plante biannuelle de la famille des Campanulacées. On l’appelle aussi Raiponce Cultivée. C’est une plante dressée, velue, non ramifiée, aux feuilles inférieures pétiolées, ovales, légèrement dentées, aux feuilles supérieures sessiles, étroites et lancéolées. Ses fleurs de couleur violet clair ont une forme de petite cloche. La plante pousse dans les bois, les prés et les lieux secs. Enfin, la Campanule Raiponce est une plante comestible. On peut consommer sa racine comme un légume ou ses jeunes feuilles en salade.

• Cannabis (Cannabis sativa) - Cannabacées

Très connue pour ses effets psychotropes, le Cannabis cultivé ou Chanvre est l’unique espèce du genre Cannabis connu à ce jour. Malgré tout, de nombreuses variété existe et possèdent des propriétés différentes. La plante est interdite en France tant que sa concentration en THC dépasse les 0,2%. Mais aujourd’hui elle peut se cultiver sur notre territoire et commercialiser pour différentes applications médicales ou utilitaires comme l’isolation thermique des habitations ou la papeterie.

• Capillaire de Montpellier (Adiantum capillus-veneris) - Ptéridacées

La Capillaire de Montpellier est une plante de type fougère pérenne de la famille des Ptéridacées. Cette plante cosmopolite est thermophile pousse sur les falaises continentales humides méditerranéennes. On la trouve aussi dans les forêts et murailles. En France, la Capillaire de Montpellier est protégée dans certaines régions. Elle sert aussi de plante ornementale pour la réalisation de mini tableaux végétalisés. Enfin, la Capillaire de Montpellier figure sur la liste des plantes médicinales utilisables en phytothérapie.

• Capillaire des murailles (Adiantum capillus-veneris) - Ptéridacées

La Capillaire des Murailles est une petite fougère de la famille des Aspleniacées. On la rencontre sur les rochers, les murailles et grottes. Elle aime l’ombre, les sols pauvres en matières organiques mais déteste le sel et le surplus d’humidité. Du fait de son mode de vie on peut la cultiver comme plante ornementale afin de réaliser des tableaux et murs végétalisés. Elle n’est pas considérée comme une plante comestible bien qu’elle ne soit pas toxique. Elle aurait aussi des propriétés médicinales.

• Cardamine des prés (Cardamine pratensis) - Brassicacées

La Cardamine des Prés est une plante herbacée vivace à fleurs roses qui peut former de grandes populations là où elle s’implante. Appartenant à la famille des Brassicacées elle fleurit d’avril à mai et pousse dans les prairies humides d’Europe et d’Asie de l’Ouest. En France, on la trouve de partout, sauf en région PACA et Corse. Enfin, la Cardamine des Prés se mange. C’est une plante comestible au goût caractéristique. Ses jeunes feuilles récoltées avant la floraison peuvent se manger crues. Mais plus tard il faudra les cuire pour leur donner un meilleur goût.

• Cardamine hirsute (Cardamine hirsuta) - Brassicacées

La Cardamine Hirsute est une petite plante herbacée annuelle de la famille des Brassicacées. Très commune parmi les plantes sauvages françaises, on la trouve sur l’ensemble du territoire. Cette plante aux fleurs blanches s’implante très facilement dans les bords de chemins, d’allés, friches et culture. Aussi, elle peut pousser dans les environnements urbains sans difficultés. C’est une plante comestible dont les feuilles donne un goût agréable aux salades. Enfin, elle fait également partie des plantes médicinales avec les vertues suivantes : stimulantes, diurétiques et antiscorbutiques.

• Cardère sauvage (Dipsacus fullonum) - Caprifoliacées

La Cardère sauvage se reconnaît assez facilement grâce à son port érigé et ses piques tout au long de la plante. Mais on peut la confondre avec Dipsacus sativus qui est une espèce similaire. Les deux espèces cousines appartiennent à la même famille, celle des Caprifoliacées. La Cardère sauvage est une plante biannuelle pouvant mesurer jusqu’à 1m50 de haut. Bien que la Cardère sauvage ne soit pas une plante toxique, elle n’est pas réellement comestible du fait de son feuillage et sa tige coriace. On la trouve un peu partout en France et en Europe.

• Carline acaule (Carlina acaulis) - Astéracées

La Carline Acaule est une plante herbacée vivace d’aspect coriace aux feuilles épineuses. Elle appartient à la famille des Astéracées. Le capitule repose directement sur la rosette de feuilles épineuses, d’où son nom de Carline “Acaule”. Cette plante pousse en France dans les régions montagneuses jusqu’à 1500 m d’altitude. On la trouve surtout dans le Jura, les Pyrénées et les Alpes. Maintenant classé comme plante protégée dans certaines régions de France c’est aussi une plante comestible. On peut la cuisiner à la façon des Artichauts.

• Carotte Sauvage (Daucus carota) - Apiacées

Une des plantes sauvages françaises les plus connues, la Carotte Sauvage. Comme pour la Carotte Cultivée (Daucus carota subsp. sativus), la Carotte Sauvage appartient à la famille des Apiacées. Elle se reconnaît facilement par sa fleur violette / rouge unique au milieu de sa floraison blanche. Mais aussi avec son odeur de carotte lorsqu’on froisse les feuilles. Une autre bonne manière de la différence des Ciguës qui sont des plantes toxiques : la Carotte possède des poils. Cette plante comestible, thermophile et héliophile présente dans les milieux à sols secs.

• Caroubier (Ceratonia siliqua) - Fabacées

Le Caroubier est un arbre fruitier plutôt rare en France. En effet, on ne le trouve que dans la partie méditerranéenne du pays et en Corse. Il pousse aussi dans d’autres pays d’Europe du Sud et d’Afrique du Nord. Cet arbre au feuillage persistant fait partie de la famille des Fabacées. Les caroubes, les fruits qu’il produit servaient autrefois à faire de la farine. Aujourd’hui, cette plante comestible sert toujours à faire de la farine mais pour l’alimentation animale.

• Carvi (Carum carvi) - Apiacées

Le Carvi porte plusieurs noms selon les régions, ce qui peut porter confusion. Ainsi, en Alsace et en Savoie, on l’appelle Cumin. Ce qui ne correspond pas à la même plante. Mais ils sont de la même famille, à savoir celle des Apiacées. Le Carvi pousse dans une grande partie de l’Hémisphère Nord, mais est quasiment absent du Nord-Ouest de la France. Cette plante sauvage comestible sert de plante aromatique, mais aussi de plante médicinale. Le Carvi demande un sol frais, léger, légèrement calcaire et une exposition ensoleillée.

• Cassissier (Ribes nigrum) - Grossulariacées

Le Cassissier est un petit arbuste de la famille des Grossulariacées très largement cultivé en France. Mais on peut aussi le trouver à l’état sauvage de temps en temps dans le Nord de la France. Il est plus rare ailleurs. Ses fruits, les groseilles noires, qu’on appelle cassis, sont comestibles et on peut les récolter de juillet à août. Elles servent aussi à faire des sirops, bonbons ou liqueurs. Quant à la floraison, les fleurs rouges en forme de clochettes du Cassissier apparaissent entre avril et mai. Riche en Vitamine C, on peut le considérer comme une plante médicinale.

• Caulerpe à feuilles d'if (Caulerpa taxifolia) - Ulvophycées

Échappée d’un aquarium, la Caulerpe à feuilles d’if est une des algues les plus envahissantes de Méditerranée. Originaire à la base des régions tropicales du globe, cette plante toxique n’est pas consommée par les espèces vivant dans les eaux méditerranéennes. Avec un développement végétatif très agressif, elle colonise rapidement les herbiers marins endémiques et menace la biodiversité marine. Elle résistante aussi très bien aux variations de salinité des eaux et à la pollution. Bien que les populations de Caulerpa taxifolia aient été réduite, elle est encore présente sur nos côtes.

• Cèdre de l'Atlas (Cedrus atlantica) - Pinacées

Le Cèdre de l’Atlas pousse à l’origine dans les massifs montagneux d’Afrique du Nord. Mais cet arbre majestueux de la famille des Pinacées a été largement planté dans les parcs et jardins d’Europe comme plante ornementale. C’est un Conifère au tronc massif et au houppier large. Malgré cela, il est classé comme espèce menacée d’extinction. Son bois noble et très utile pour la confection d’objets, de charpentes et de navire est une des raisons pour laquelle il s’est considérablement raréfié. Aussi, il subit la pression de plusieurs maladies et ravageurs. Dont les chenilles processionnaires, certains champignons et la tordeuse du pin.

• Cèdre du Liban (Cedrus libani) - Pinacées

Ressemblant beaucoup au Cèdre de l’Atlas, le Cèdre du Liban fait partie aussi de la famille des Pinacées. Mais il pousse à l’origine dans le Proche-Orient et non en Afrique du Nord. Espèce jugée vulnérable dans son aire d’origine, elle a été pourtant largement plantée dans les parcs et jardins de France pour servir de plante ornementale. Il peut en effet devenir immense, jusqu’à 40 m de hauteur et arbore un houppier imposant en forme de table une fois âgé.

• Céleri (Apium graveolens) - Apiacées

Le Céleri est une plante potagère largement cultivée qu’on trouve à la fois sur les étales des marchés et dans la composition de certains plats préparés. Cette plante herbacée biannuelle appartient à la famille des Apiacées, et avant d’être cultivée depuis Charlemagne, pousse naturellement en France. En effet, à l’état sauvage, cette plante comestible pousse le long des cours d’eaux et zones humides. Ses feuilles, sa tige et sa racines se mangent de différentes manières. Aussi, c’est une plante médicinale qui possède de nombreuses vertus.

• Centaurée des Alpes (Centaurea scabiosa subsp. alpestris) - Astéracées

Plante protégée dans la région d’Alsace du fait de sa rareté, la Centaurée des Alpes se rencontre surtout dans les Alpes, d’où son nom, et dans les Pyrénées. Cette plante herbacée vivace à fleurs roses fleurit de juin à août et pousse dans les régions montagneuses de 500 à 2600 m d’altitude. Hémicryptophyte et mésophile, elle peut mesurer jusqu’à 80 cm de hauteur. Mais on peut toutefois la confondre avec les autres espèces de Centaurées.

• Centaurée des Montagnes (Centaurea montana) - Astéracées

Appartenant à la famille des Astéracées, on appelle aussi la Centaurée des Montagnes “Bleuet des Montagnes” du fait de sa floraison bleue tirant sur le violet. Très mal répartie sur le territoire, cette plante vivace se trouve facilement dans les Alpes, mais difficilement sur le reste du territoire français. Parmi les plantes sauvages françaises, elle ne supporte pas le sel. Mais elle aime les terrains rocailleux, pauvres, en altitude tout en supportant -15°C. Considérée comme une mauvaise herbe, elle sert pourtant dans les prairies fleuries.

• Centaurée Étoilée (Centaurea calcitrapa) - Astéracées

La Centaurée Étoilée est une espèce de Centaurée qui se distingue des autres par ses bractées épineuses à base très épaissie garnie d’épines juste sous son inflorescence rose. Appartenant elle aussi à la famille des Astéracées, elle est moins dispersée que la Centaurée Jacée. En effet, on ne trouve la Centaurée Étoilée dans le Sud-Est de la France ou dans le Centre. Elle aime les lieux secs et ensoleillés et pousse dans les endroits de type plaines. Elle fleurit de juin à octobre.

• Centaurée Jacée (Centaurea jacea) - Astéracées

La Centaurée Jacée qu’on appelle aussi fleur de galant est une des plantes sauvages françaises aux fleurs roses qu’on trouve le plus. Appartenant à la famille des Astéracées elle peut servir de plante comestible en remplaçant la réglisse lorsqu’on lèche sa racine épluchée. C’est aussi une plante médicinale puisqu’elle a des vertus diurétique, astringente, calmante, stomachique et digestive. Enfin, elle pousse dans les

• Centaurée Noirâtre (Centaurea nigrescens) - Astéracées

Plante herbacée vivace de la famille des Astéracées, la Centaurée Noirâtre pousse principalement dans le Sud-Est de la France, en Suisse, Italie et Autriche. Les feuilles inférieures sont pétiolées, lancéolées et pennées ou non divisées. Les supérieurs reposent plus ou moins directement sur la tige. Quant à sa floraison rose, elle apparait en été, de juillet à septembre. Elle aime les prairies grasses et les pelouses plus sèches ainsi que les sols plus ou moins secs, chauds, riches en nutriments et lourds.

• Centaurée Rude (Centaurea aspera) - Astéracées

La Centaurée Rude rappelle un peu la Centaurée Étoilée puisqu’elle a aussi des épines sur les bractées de son involucre. Mais contrairement à celles de la Centaurée Étoilée, ses épines sont nettement plus petites. Cette plante herbacée vivace à fleurs roses appartient à la famille des Astéracées. On trouve la Centaurée Aspera principalement en région méditerranéenne et sur la façade Atlantique. Elle est donc moins présente plus loin dans les terres. Pourtant, ce n’est pas une plante de littoral. Effectivement elle n’aime pas le sel. Elle pousse dans les pelouses basophiles mésoméditerranéennes.

• Centaurée Uniflore (Centaurea uniflora) - Astéracées

La Centaurée Uniflore a plusieurs noms. On l’appelle aussi Centaurée à un capitule ou Centaurée monocéphale. Quoiqu’il en soit, cette herbacée vivace appartient à la grande famille des Astéracées. Et on la trouve presque exclusivement dans les Alpes Occidentales sur les pâturages et pelouses jusqu’à 2 500 m. Elle y est endémique, même si de très rares cas ont étés observés dans les Pyrénées Elle aime le froid et la lumière mais déteste le sel et on peut voir sa belle floraison rose vif l’été, de juillet à août.

• Centranthe Rouge (Centranthus ruber) - Caprifoliacées

La Centranthe Rouge, qu’on appelle aussi Lilas d’Espagne ou Valériane Rouge est une plante herbacée vivace et appartient à la famille des Caprifoliacées. Sa taille varie beaucoup. En effet, elle peut mesurer 30 cm comme 1m30 de hauteur. Cela dit, elle se reconnaît facilement avec sa belle floraison rouge de mai à septembre. On peut considérer comme une plante médicinale. La Centranthe Rouge est une espèce thermophile et hyperxérophile qui s’accommode des sols très secs. Elle affectionne aussi les rocailles, éboulis, sur les vieux murs eutrophiles ou les rochers ensoleillés.

• Cerfeuil Commun (Anthriscus cerefolium) - Apiacées

Le Cerfeuil Commun est une plante herbacée de la famille des Apiacées. Comme de nombreuses Apiacées, il peut se confondre avec d’autres plantes de sa famille dont certaines sont toxiques.  Aussi, le Cerfeuil Commun ressemble beaucoup à Myrrhis odorata ou Chaerophyllum bulbosum. Cette plante aux fleurs blanches peut servir à la fois de plante médicinale et de plante comestible. En effet, ses feuilles servent à aromatiser diverses préparations culinaires comme des sauces, potages, crudités, etc.

• Cerfeuil Musqué (Myrrhis odorata) - Apiacées

Le Cerfeuil Musqué, qu’on appelle aussi Cerfeuil d’Espagne ou Cerfeuil Anisé est une plante herbacée de la famille des Apiacées. Cette vivace aux fleurs blanches peut facilement se confondre avec le Cerfeuil Commun également comestible, ou le Cerfeuil Tubéreux, qui lui est Toxique. Originaire d’Europe Centrale, il s’est naturalisé un peu partout sur le continent dont la France car il a été très largement cultivé comme plante aromatique. Il aime un sol frais et bien fumé et une exposition ombragée. Niveau cuisine, il sert à aromatiser les desserts et pour préparer des liqueurs ou donner plus de goût aux salades.

• Cerfeuil Sauvage (Anthriscus sylvestris) - Apiacées

Le Cerfeuil Sauvage est une plante herbacée vivace, biannuelle voire annuelle selon l’endroit où il vit. Cette plante appartient à la famille des Apiacées. Bien que comestible, des précautions sont à prendre. En effet, sa racine est toxique mais ses fleurs blanches sont comestibles (même si elles n’ont pas très bon goût) ainsi que ses feuilles et tiges, plus agréables. Mais des plantes toxiques de la même famille lui ressemblent énormément. Le Cerfeuil Penché ainsi que les Ciguës par exemple. Faites donc attention !

• Cerfeuil Tubéreux (Chaerophyllum bulbosum) - Apiacées

Contrairement à ce qu’évoque son nom, le Cerfeuil Tubéreux n’est pas un Cerfeuil. Il est du genre Chaerophyllum mais pas Anthriscus. Cela dit, il appartient lui aussi à la famille des Apiacées. C’est une plante herbacée vivace ou biannuelle qui développe des fleurs blanches regroupées en ombelle la deuxième année. Sa grosse racine pivotante, de couleur grisâtre, peut se consommer comme un légume. Elle rappelle le goût de la pomme de terre et de la châtaigne. Faites attention, certaines plantes toxiques lui ressemblent, alors méfiez-vous des confusions.

• Cétérach officinal (Asplenium ceterach) - Aspléniacées

Le Cétérach Officinal est une petite fougère à feuilles persistantes et fortement découpées qui pousse en rosettes denses qu’on trouve principalement entre les failles des rochers. Cette fougère de la famille des Aspléniacées ne dépasse pas les 20cm est assez commune en Eurasie, et on la trouve aussi dans presque toute la France. Exception faite du Nord-Est où elle est plus rare. Enfin, le Cétérach Officinal peut servir de plante médicinale. En effet, dans le passé, on l’utilisait pour ses propriétés pectorales.

• Chardon à petits capitules (Carduus tenuiflorus) - Astéracées

Appartenant à la famille des Astéracées comme les autres espèces de chardons, le Chardon à petits capitules pousse habituellement sur les lieux incultes et décombres de presque toute la France. Excepté dans le Nord-Est où il est plus rare. Son inflorescence en racème de capitules fait apparaître de petites fleurs roses hermaphrodites de juin à juillet. Il se différencie des autres chardons par capitules étroits et généralement groupés par 5 à 10. Ceux-ci possèdent des bractées lisses sur le dos.

• Chardon à tête dense (Carduus pycnocephalus) - Astéracées

Comme les autres espèces de chardons, Carduus pycnocephalus appartient à la famille des Astéracées. Cette plante herbacée annuelle ou biannuelle selon le climat pousse principalement dans la région Sud de la France. Mais également en Vendée et en Corse. Dans la Liste des plantes sauvages françaises, elle fait partie des espèces végétales comestibles. Aussi, avec ses fleurs roses, elle attire de nombreuses espèces d’insectes pollinisateurs comme les abeilles et les bourdons.

• Chardon d'Espagne (Scolymus hispanicus) - Astéracées

Le Chardon d’Espagne n’est pas réellement un Chardon puisqu’il n’appartient pas au même genre. Mais il appartient lui aussi à la famille des Astéracées et est une plante herbacée biannuelle à tiges épineuses. Ses fleurs jaunes le différencie très facilement des autres espèces de chardons. Aussi, il est beaucoup moins commun que les autres espèces en France. En effet, on le trouve principalement dans le sud de la France. C’est une plante comestible en salade ou en ragoût aussi considéré comme une mauvaise herbe dans le sud.

• Chardon-Marie (Silybum marianum) - Astéracées

Comme pour les autres espèces de chardons, le Chardon-Marie appartient à la famille des Astéracées. C’est toutefois le seul représentant du genre Silybum. Il possède des feuilles vert pâle brillantes et épineuses marbrées de blanc. Aussi, son calice se caractérise par la présence de grosses épines et son involucre est supérieure à 3cm de diamètre. C’est une plante comestible et médicinale qu’on utilise depuis le Moyen- âge.

• Charme commun (Carpinus betulus) - Bétulacées

Cet arbre à feuillage caduc très commun dans toute la France en dehors du Sud-Est appartient à la famille des Bétulacées. Il se reconnaît facilement grâce à ses feuilles dentées, son écorce grise et ses fruits secs munis d’ailettes, les samares. Il peut mesurer jusqu’à 20m de hauteur. Son bois est un des meilleurs bois de chauffage d’Europe et sert se travaille bien. Aussi, le Charme commun supporte bien la taille. On peut donc l’utiliser dans les haies ou l’art topiaire.

• Charme commun (Carpinus betulus) - Bétulacées

Cet arbre à feuillage caduc très commun dans toute la France en dehors du Sud-Est appartient à la famille des Bétulacées. Il se reconnaît facilement grâce à ses feuilles dentées, son écorce grise et ses fruits secs munis d’ailettes, les samares. Il peut mesurer jusqu’à 20m de hauteur. Son bois est un des meilleurs bois de chauffage d’Europe et sert se travaille bien. Aussi, le Charme commun supporte bien la taille. On peut donc l’utiliser dans les haies ou l’art topiaire.

• Châtaignier commun (Castanea sativa) - Fagacées

Appartenant à la famille des Fagacées, le Châtaignier commun est un des plus gros arbres d’Europe. En effet, il peut atteindre jusqu’à 40m de hauteur avec des troncs de plusieurs mètres de diamètre. Cet arbre à feuillage caduc produit des châtaignes, des fruits secs comestibles qui ont une utilisation alimentaire largement représentée en France. Son bois est également de très bonne qualité bien qu’onéreux. On le trouve dans les cultures de châtaigneraies. Mais aussi dans les reliefs arrosés du nord de la Méditerranée. Arbre commun en France.

• Chêne chevelu (Quercus cerris) - Fagacées

Comme pour les autres Chênes, le Chêne Chevelu appartient à la famille des Fagacées. Il se reconnaît facilement grâce à ses glands sur lesquels poussent des trichomes assimilés à des cheveux. Cet arbre à feuillage caduc peut mesurer jusqu’à 40m de hauteur. Ses fleurs vertes et rouges très discrètes laisse place à des glands chevelus. Ces glands sont comestibles une fois cuits. Cette essence forestière est rustique, de demi-ombre et préfère les sols à pH neutre. Son bois s’utilise comme celui des autres chênes mais est moins résistant.

• Chêne des marais (Quercus palustris) - Fagacées

À l’origine, le Chêne des marais ne fait pas partie des espèces de plantes françaises. En effet, ce grand arbre de la famille des Fagacées provient d’Amérique du Nord, mais on peut le croiser exceptionnellement dans la Nature. Mais la plupart du temps, vous ne trouverez le Chêne des marais que dans les parcs et jardins français car il est principalement utilisé comme plante ornementale pour la beauté de son feuillage à l’arrivée de l’automne.

• Chêne écarlate (Quercus coccinea) - Fagacées

Tout comme le Chêne des marais, le Chêne écarlate provient d’Amérique du Nord.  D’ailleurs, il lui ressemble beaucoup. Ainsi faire la différence entre ces deux espèces de plantes sauvages françaises ne sera pas évidente. Quoiqu’il en soit, le Chêne écarlate produit des glands comestibles. Mais il faudra les faire bouillir dans plusieurs eaux de cuisson pour réduire leur amertume.

• Chêne Kermès (Quercus coccifera) - Fagacées

En plus de faire partie des plantes sauvages françaises, le Chêne Kermès fait aussi partie des plantes sauvages comestibles. Il se reconnaît facilement grâce à son feuillage persistant épineux et vert foncé. Petite particularité, c’est aussi un tout petit Chêne. Il ne dépasse en effet pas les 3 mètres de hauteur. On le trouve principalement dans les milieux secs et chauds du Sud de la France. Il pousse dans la garrigue d’où il tire son nom de Chêne des Garrigues.

• Chêne Liège (Quercus suber) - Fagacées

Le Chêne Liège fait partie des plantes sauvages françaises les plus remarquables. En effet, on pourra tout de suite le reconnaître grâce à son écorce particulièrement épaisse. C’est d’ailleurs pour son écorce que de nombreux pays européens dont la France le cultive dans des suberaies. Il fait aussi partie des plantes sauvages comestibles et médicinales de France.

• Chêne pédonculé (Quercus robur) - Fagacées

On l’appelle aussi parfois chêne blanc, chêne femelle, gravelin, chêne à grappe ou châgne. Le Chêne pédonculé est un des chênes les plus communs de France et d’Europe. Ce magnifique arbre robuste au feuillage caduc possède des feuilles presque sessiles avec deux oreillettes à la base du limbe, et ses glands groupés sur un long pédoncule. Ses glands sont d’ailleurs des fruits secs comestibles une fois cuits. Ils ont aussi un rôle important pour nourrir les sangliers. Son bois est de très bonne qualité.

• Chêne pubescent (Quercus pubescens) - Fagacées

Plus petit que le chêne pédonculé et le chêne chevelu, le chêne pubescent dépasse rarement les 25 m de hauteur. Cet arbre au feuillage caduque de la famille des Fagacées pousse naturellement en France, en Italie, dans les Balkans et en Asie Mineure. On le trouve principalement sur l’étage collineén voire montagnard jusqu’à 1400 m d’altitude. Il sert à la fois à la trufficulture et au reboisement grâce à sa résistance aux incendies. Enfin, ses glands sont comestibles une fois cuits.

• Chêne rouvre (Quercus petraera) - Fagacées

Le Chêne rouvre s’appelle aussi le Chêne sessile, Chêne à trochets, Chêne des pierriers, Chêne mâle ou enfin Chêne noir. Ce grand arbre à feuillage caduc de la famille des Fagacées peut mesurer jusqu’à 40 m de hauteur. On le trouve principalement en Europe Occidentale, en France et en Allemagne. C’est une espèce de demi-ombre, poussant jusqu’à 1600 m d’altitude, sur des sols de types sables, limons, argiles de décarbonatation, plus ou moins caillouteux tout en acceptant l’humus. Ses glands sont comestibles une fois cuits.

• Chénopode Bon-Henri (Chenopodium bonus-henricus) - Amaranthacées

Le Chénopode bon-Henri est une des plantes comestibles appartenant à la famille des Amaranthacées. En effet, ses feuilles peuvent se consommer cuites à la vapeur jeune, ou à la manière des épinards lorsqu’elles sont plus âgées. Son nom vient du Roi Henri IV. Elle peut être une plante annuelle ou vivace un peu partout dans les talus ou terres fraîchement retournées. Il aime les terres riches et pousse volontiers à l’ombre car elle craint la sécheresse. Si vous décidez de le cultiver, une plante a une durée de vie d’en moyenne 5 ans.

• Chiendent commun (Elymus repens) - Poacées

Le Chiendent commun est une des mauvaises herbes comestibles les plus désagréables pour les agriculteurs et jardiniers. En effet, grâce ses puissants rhizomes, elle peut facilement conquérir toutes sortes de milieux. Appartenant à la famille des Poacées, le Chiendent commun on peut aussi considérer cette herbacée vivace comme une plante médicinale. Niveau écologie, le Chiendent commun est classé comme une plante envahissante en dehors d’Europe. On la trouve maintenant sur l’ensemble du globe.

• Clématite des haies (Clematis vitalba) - Renonculacées

Cette plante ligneuse grimpante appartenant à la famille des Renonculacées est une liane vivace qu’on trouve dans toute la zone Holacratique. Elle est même devenue envahissante en Nouvelle-Zélande. En France, on trouve la Clématite des haies un peu partout. Ses fleurs sont blanc-verdâtre sont odorantes et laissent place à des akènes à arêtes plumeuses qui resteront en place l’hiver. La Clématite des haies peut être considérée comme une plante toxique car elle contient de la protoanémonine.

• Cysoptère fragile (Cystopteris fragilis) - Dryoptéridacées

La Cystoptère fragile est une espèce de fougère appartenant à la famille des Dryoptéridacées. Elle aime les apprécie les milieux humides mais peut également résister à la sécheresse et au froid. On la trouve ainsi dans une grande partie de la France même si elle est absente dans l’Ouest. Elle peut même pousser dans les Alpes à des hauteurs de 2500 m d’altitude.

D - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES 

• Daphne lauréole (Daphne laureola) - Thyméléacées

Le Daphné lauréole est un arbrisseau dressé à feuilles persistantes qu’on trouve dans les bois calcaires de la France. Il appartient à la famille des Thyméléacées et est assez commun sur le territoire métropolitain. Le Daphné lauréole est une plante toxique  car ses fruits entraînent des brûlures de la bouche et du tube digestif. Cela dit, on peut l’utiliser comme plante ornementale. Cette espèce végétale produit de petites fleurs jaunes en février. Elles donneront ensuite les fruits noirs ovales, de petites drupes mêlées aux feuilles.

• Datura stramoine (Datura stramonium) - Solanacées

La Datura Stramoine est une des plantes les plus toxiques de France. En effet, appartenant à la famille des Solanacées, elle diffuse de puissants alcaloïdes. Certains l’utilisent comme plante hallucinogène, mais de nombreux cas de morts sans hospitalisation d’urgence. Elle se reconnaît facilement avec ses larges feuilles dentées, ses fruits piquants et sa floraison blanche ou rose en forme de trompette. La Datura Stramoine possède un caractère envahissant. On ne sait pas si elle est originaire d’Europe comme certains textes Grecs pourraient le laisser penser ou vient du Mexique.

• Drave des Murs (Draba muralis) - Brassicacées

La Drave des Murs est une plante herbacée annuelle ou biannuelle de la famille des Brassicacées. Elle mesure de 8 à 45cm de hauteur et ses feuilles sont caulinaires sessiles, dentées, et embrassent la tige par des oreillettes arrondies. Lors de sa période de floraison, d’avril à juin, de petites fleurs blanches éclosent. Enfin, elle aime les lieux sablonneux et incultes, dans presque toute la France, surtout dans le Midi.

• Drave printanière (Draba verna) - Brassicacées

Cette toute petite plante herbacée de la famille des Brassicacées s’appelle aussi drave du printemps, petite bourse à berger ou cresson oriental. Plante annuelle à racines très courtes, elle germe à l’automne et ne possède pas de tige, seulement une hampe florale lors de sa floraison blanche de février à mai. La Drave Printanière pratique la nyctinastie : ses fleurs s’ouvrent le matin et se ferme le soir. Malgré sa toute petite taille, la Drave Printanière est une plante comestible. Ses feuilles ont un goût à peine piquant.

E - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES 

• Égopode podagraire (Aegopodium podagraria) - Apiacées

Appartenant à la famille des Apiacées, l’Égopode podagraire est une plante herbacée vivace qu’on appelle aussi Herbe-aux-goutteux. En effet, cette plante médicinale permettait dans le temps de soigner de la goutte. C’est aussi une plante comestible qu’on peut manger crue ou cuite à la manière des épinards. Même si elle est ombrophile, l’Égopode podagraire est une plante assez envahissante dans les potagers. Ses rhizomes et ses graines lui font conquérir du terrain rapidement. On l’utilise aussi dans les massifs à des fins ornementales pour son couvert végétal dense.

• Épiaire des Bois (Stachys sylvatica) - Lamiacées

On appelle aussi l‘Épiaire des bois sous le nom “Ortie puante“. Pourtant ce n’est pas une ortie. En effet, elle fait partie de la famille des Lamiacées et non des Urticacées. Mais de loin, ses feuilles ressemblent à celles des orties. Aussi, son nom de puante vient de la mauvaise odeur dégagée par ses feuilles lorsqu’on les froisse. Pourtant cette plante herbacée vivace est comestible. Bien que crues, ses feuilles ont un mauvais goût, une fois cuites, elles donnent un goût de cèpe aux potages et soupes. C’est aussi une plante médicinale aux effets : antispasmodique, emménagogue et vulnéraire.

• Épilobe en épi (Epilobium angustifolium) - Onagracées

Appartenant à la famille des Onagracées, l’Épilobe en épi est une plante herbacée vivace qu’on trouve dans presque toute la France en dehors du Sud-Ouest où elle se fait plus rare. Elle se reconnaît grâce à sa floraison rose dense en épi au mois de juin à septembre. Avec ses nombreuses fleurs, on peut considérer l’Épilobe en épi comme une plante mellifère intéressante. Elle s’étend aussi favorablement après des incendies. C’est une plante comestible. Ses rhizomes et réduits en poudre peuvent servir à réaliser des farines lors des périodes de disettes. Ses jeunes turions se mangent comme les asperges.

• Érable champêtre (Acer campestre) - Sapindacées

L’Érable champêtre est un petit arbre à feuilles caduques appartenant à la famille des Sapindacées dépassant rarement les 10 mètres de hauteur. Ses fleurs verdâtres apparaissent avant ses feuilles et sont très mellifères. Ainsi il occupe une place importante dans l’écologie. On le trouve dans bois de feuillus, les haies et bocages un peu partout en France. Cette espèce produit aussi une sève comestible comparable au sirop d’érable. Les jeunes feuilles peuvent se manger en salade. On peut également considérer l’Érable champêtre comme une plante médicinale. En effet, il a une action légèrement astringente.

• Érable de Cappadoce (Acer cappadocicum) - Sapindacées

Pouvant atteindre jusqu’à 30 mètres de hauteur, l’érable de Cappadoce est un arbre à feuilles caduques et originaire de la région de Cappadoce en Turquie, mais on le trouve aussi dans le sud de l’Italie. Il est très rare en France, mais on le trouvera principalement en Île-de-France, une région où il a probablement été introduit comme plante ornementale. Ses feuilles palmées non dentées possèdent un latex. Ses fleurs vertes attirent de nombreux insectes pollinisateurs.

• Érable de Montpellier (Acer monspessulanum) - Sapindacées

Appartenant à la famille des Sapindacées, l’Érable de Montpellier est un arbre à croissance plutôt lente qu’on trouve sur le pourtour méditerranéen. Il dépasse rarement les 15 mètres de hauteur. Aussi il aime les sols neutres, voire calcaires, secs et aérés. Xérophile, on le trouve souvent en compagnie du Chêne Vert jusqu’à 800 mètres d’altitude. Il produit de nombreuses petites fleurs vertes qui font le régale des pollinisateurs. L’érable de Montpellier fleurit en avril ou mai, avant ou pendant la feuillaison.

• Érable plane (Acer platanoides) - Sapindacées

L’Érable plane appartient à la famille des Sapindacées. Ce grand arbre pouvant atteindre les 30 mètres de hauteur possède des feuilles ressemblant beaucoup à celles du Platane à feuilles d’érable. On le confond aussi parfois avec l’Érable sycomore. Présent dans une grande partie d’Europe, en France, on le trouvera principalement dans les plaines et zones montagneuses jusqu’à 1500 m. C’est une essence demi-ombre préférant des sols riches, profonds, frais à humides, calcaires. Comme l’Érable à sucre, sa sève est comestible et sert à faire du sirop d’érable. Son bois est un excellent bois de chauffage.

• Érable Sycomore (Acer pseudoplatanus) - Sapindacées

Appartenant à la famille des Sapindacées, l’Érable sycomore peut se confondre parfois avec son cousin, l’Érable plane. L’Érable sycomore est un peu plus grand car il peut mesurer jusqu’à 40 m de hauteur. Et ses feuilles sont moins dentées. On le trouve aussi dans une très grande partie de la France. Cette essence demi-ombre qui supporte bien l’ombre, préfère des sols riches et plutôt calcaires à modérément acide. Il pousse souvent clairsemé en compagnie du Hêtre et du Sapin Blanc jusqu’à 1600 m.

• Euphorbe réveil-matin (Euphorbia helioscopia) Euphorbiacées

L’Euphorbe réveil-matin est une des plantes sauvages françaises les plus communes sur les sols sarclés. En effet, cette plante appartenant à la famille des Euphorbiacées aime les sols basophiles des cultures et champs. L’Euphorbe réveil-matin est une plante toxique pouvant mesure jusqu’à 50 cm de haut, bien qu’elle reste souvent de taille plus réduite. Elle se reconnaît facilement avec ses fleurs vertes légèrement jaunes en forme d’ombelle à 5 rayons. Ses feuilles quant à elles obovales en coin, sont arrondies et finement dentées au sommet.

• Eupatoire à feuilles de Chanvre (Eupatorium cannabinum) - Astéracées

Appartenant à la famille des Astéracées, l’Eupatoire à feuilles de Chanvre est une plante herbacée vivace qu’on rencontre dans les zones humides. Elle apprécie les marais, les bords de fossés, les sols riches et les mégaphorbiaies dont elle est si caractéristique. Elle pousse jusqu’à 1700 mètres d’altitude dans toute la France et l’Europe. Plante très mellifère, elle constitue une alimentation très recherchée par les papillons et syrphes. Jugée par certains comme plante médicinale, elle peut aussi être considérée comme plante toxique à cause des alcaloïdes pyrrolizidiniques qu’elle contient.

F - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES 

• Fumeterre à fleurs serrées (Fumaria densiflora) - Papavéracées

Appartenant à la famille des Papavéracées, la Fumeterre à fleurs serrées est une plante herbacée annuelle originaire d’Europe qu’on trouve dans presque toute la France sauf dans l’Est où elle est rare. Cette plante messicole est aussi une considérée comme une mauvaise herbe des cultures malgré sa belle floraison rose apparaissant d’avril à juin. Aussi, depuis quelque temps, cette espèce végétale s’est naturalisée dans presque toutes les zones tempérées du monde. Ressemblant beaucoup à la Fumeterre officinale, on peut facilement les confondre.

• Fumeterre grimpante (Fumaria capreolata) - Papavéracées

La Fumeterre grimpante est une plante herbacée de la famille des Papavéracées. Elle se différencie des autres fumeterres grâce à sa floraison blanche. Ses fleurs sont d’ailleurs assez grosse pour une Fumeterre et peuvent atteindre jusqu’à  12mm. Elles ont aussi un bout rouge caractéristique. Les feuilles de la Fumeterre grimpante sont aussi plus claires que celles des autres Fumeterres. On la trouve principalement dans l’Ouest de la France, ainsi que le Centre, en Île-de-France et dans le Midi.

• Fumeterre Officinale (Fumaria officinalis) - Papavéracées

La Fumeterre officinale est la seule espèce appartenant à la famille des Papavéracées à ne pas émettre de latex lorsqu’on la coupe. Elle se reconnaît aussi facilement grâce à ses multiples fleurs roses. Ses feuilles sont bi-tripennatiséquées, ses tiges facilement cassantes face au vent et la plante ne dépasse pas les cinquante centimètres de hauteur. La Fumeterre officinale pousse dans toute l’Europe, mais en France, on la trouvera surtout en Île-de-France. Ainsi que dans le Massif Central et du Sud de la France. Enfin, c’est une plante médicinale.

• Fumeterre des murailles (Fumaria muralis) - Papavéracées

La Fumeterre des murailles ressemble beaucoup à la Fumeterre officinale dont nous avons déjà parlé. En effet, appartenant à la fois au même genre et à la même famille, à savoir celle des Papavéracées, il n’est donc  pas facile de faire la différence. Mais la floraison permet de lever le doute. En effet, ses fleurs roses zygomorphes ont une couleur plus pâle et son plus grandes. Aussi, elles présentent un bout plus foncé. Enfin, on trouve cette plante en Europe. Pour la France, elle pousse surtout dans l’Ouest de la France, le Midi et le Centre.

• Fustet (Cotinus coggygria) - Anacardiacées

Le Fustet, qu’on appelle aussi “arbre à perruques” est un arbuste de la famille des Anacardiacées qu’on trouve en Eurasie. Mais il est plutôt rare en France. En effet, on ne le trouve que dans le Sud-Est à l’état sauvage. Sinon, c’est une plante largement utilisée dans les parcs et jardins comme plante ornementale. Très rustique et supporte tous types de sols en dehors des sols trop lourds où il a du mal à fleurir. C’est d’ailleurs sa floraison légère qui lui vaut cet attrait comme plante ornementale.

G - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES 

• Galéga officinal (Galega officinalis) - Fabacées

Appartenant à la famille des Fabacées, le Galéga officinal est une des plantes les plus toxiques pour le bétail. En effet, quelques dizaines de grammes suffisent à tuer un cheval. Les ovins, bovins et équidés y sont très sensibles. Malgré son danger, cette plante herbacée vivace à la floraison rose claire soutenue, arrive à se répandre assez vite dans les cultures et champs. On la trouve en effet dans presque toute la France et elle est considéré comme une plante invasive en Amérique du Nord où elle s’est naturalisée.

• Genêt à balais (Cytisus scoparius) - Fabacées

Longtemps très utilisé pour la confection de balais d’où il tire son nom, le Genêt à balais est un arbuste à feuillage caduc appartenant à la famille des Fabacées. Il ne vit pas très longtemps, généralement moins de 15 ans et ne dépasse que rarement les 2 mètres de haut, bien qu’il puisse en atteindre 4. Facilement remarquable grâce à sa floraison jaune abondante, on le trouve aussi dans presque toute la France. Le Genêt à balais est toutefois une plante toxique pour l’Homme. Il fixe aussi très bien l’azote dans le sol.

• Gui (Viscum album) - Santalacées

Le Gui est sans doute une des plantes sauvages françaises les plus communes de la métropole. On le trouve aussi en Corse. Cette plante de la famille des Santalacées est une plante hémiparasite se fixe sur les branches des arbres et absorbe leur sève. Le Gui est une des plantes les plus toxiques de France pour l’Homme, mais les oiseaux apprécient ses fruits blancs et visqueux. Aussi, le Gui est une espèce végétale dioïque, c’est-à-dire que le pied a soit des fleurs femelles, soit des fleurs mâles. Ces fleurs sont d’ailleurs très discrètes, de couleur jaunâtre et disposées en glomérules.

H - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES 

• Hellébore Fétide (Helleborus foetidus) - Renonculacées

L’Héllébore Fétide est une des plantes sauvages françaises les plus communes des forêts thermophiles, des broussailles et des endroits rocheux en sol plutôt sec, calcaire ou neutre. En fait, on la trouve presque de partout en France sauf en Bretagne et dans le Nord ou elle est plus rare. Appartenant à la famille des Renonculacées, c’est une plante toxique. Elle se reconnaît facilement grâce à son feuillage vert foncé très découpé et à ses fleurs vertes qui apparaissent au mois d’avril. Cette plante attire de nombreux diptères.

• Hysope officinale (Hyssopus officinalis) - Lamiacées

L’Hysope officinale est un arbrisseau vivace de la famille des Lamiacées qui se caractérise par des couleurs de floraison très diverses. En effet, ses fleurs peuvent être violettes, bleues, blanches ou rouges. C’est aussi une plante comestible et médicinale. On s’en sert comme aromatique pour parfumer le goût des salade et de la viande de porc. Elle était aussi largement utilisée au Moyen- Âge dans les jardins de curés pour parfumer la bière. Supportant le sec car poussant en méditerranée, elle peut aussi s’utiliser comme plante de rocaille.

I - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES 

• Ibéris à feuilles pennées (Iberis pinnata) - Brassicacées

L’Ibéris à feuilles pennées (Iberis pinnata) est une des plantes sauvages françaises qu’on rencontre principalement dans le Sud de la France. Mais plus précisément dans le Sud-Est. Elle n’aime pas l’altitude. On ne la trouvera donc pas en montagne au-delà de 1000 mètres. Elle se reconnaît facilement avec ses fleurs blanches aux pétales inégaux comportant de légers reflets roses. En revanche aucune information quant à sa comestibilité ou sa toxicité.

• If commun (Taxus baccata) - Taxacées

L’if commun est un arbre de type conifère mais non résineux qu’on rencontre surtout dans les parcs et jardins de France où il joue un rôle ornemental. Il pousse lentement mais supporte bien la taille. Il est donc souvent utiliser pour des topiaires. Malheureusement à l’état sauvage, il a tendance à se raréfier dans la nature. C’est d’ailleurs dans les bois de feuillus de basse et moyenne montagne qu’on a le plus de chance de le trouver. L’if commun est une plante particulièrement toxique pour l’Homme et le bétail. En effet, toutes les parties de la plante à l’exception du fruit rouge (attention à la graine !) sont toxiques.

J - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES 

• Jonc fleuri (Butomus umbellatus) - Butomacées

Le Jonc fleuri n’est pas un jonc. En effet, bien qu’étant une plante aquatique, le Jonc fleuri appartient à la famille des Butomacées. Il est d’ailleurs le seul représentant de cette famille Botanique. Il se reconnait facilement lors de sa floraison rose tirant sur le blanc et disposée en ombelle. C’est aussi une plante comestible. En effet, son rhizome peut se consommer une fois bouillie. Bien qu’espèce protégée dans certaines régions de France et en Algérie, on le considère comme espèce envahissante en Amérique du Nord.

• Jusquiame noire (Hyoscyamus niger) - Solanacées

La Jusquiame noire est une plante annuelle ou biannuelle de la famille des Solanacées. Elle possède une odeur désagréable et des poils glanduleux collants. Riche en alcaloïdes, cette plante herbacée est une plante très toxique et ses symptômes ressemblent à ceux de la Belladone ou de la Datura. Elle se reconnaît facilement grâce à son inflorescence en cyme unipare hélicoïde. Aussi, sa fleur est jaune avec l’intérieur tirant sur le pourpre ou violet. On trouve cette espèce sur les terrains en friche ou labourés.

L - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES

• Laiteron délicat (Sonchus tenerrimus) - Astéracées

Le Laiteron délicat est une des espèces de Laiteron les moins communes dans la Flore Française. En effet, on le trouve surtout dans le Sud-Est de la France. Le Laiteron délicat fait aussi partie des plantes comestibles. Il peut être biannuel ou vivace selon le climat. Ce n’est pas une plante très haute. Il mesure de 20 à 40 centimètres de haut. Ses feuilles font partie des signes les plus distinctifs le permettant de le différencier facilement des autres espèces de Laiteron. Enfin, il appartient à la famille des Astéracées, la même famille que celle du pissenlit.

• Laiteron maraîcher (Sonchus olearaceus) - Astéracées

Le Laiteron maraîcher est une plante herbacée annuelle appartenant à la famille des Astéracées. C’est aussi une des plantes sauvages françaises les plus communes. On le trouve en effet un peu partout jusqu’à 2600 mètres d’altitude. Plante comestible on peut consommer ses feuilles crues en salade lorsqu’elles sont jeunes ou cuites comme des légumes si elles sont plus vieilles. Ses fleurs jaunes et ses boutons floraux sont également comestibles. On le confond facilement avec le laiteron des champs, plante non toxique pour l’Homme.

• Lamier à feuilles embrassantes (Lamium amplexicaule) - Lamiacées

Le Lamier à feuilles embrassantes est une des différentes espèces de Lamiers qu’on peut croiser en France. Il ressemble de loin au Lamier Pourpre car il a lui aussi des fleurs roses. Mais ses feuilles embrassant la tige sont ovales-arrondies, crénelées, pétiolées ou alors orbiculaires en forme de  rein, sessiles, embrassant les verticilles, crénelées–lobées. Parmi les plantes sauvages françaises, elle est très commune. On la trouve en effet dans toutes les régions de France Corse y comprise.

• Lamier Blanc (Lamium album) - Lamiacées

Le Lamier Blanc est une des plantes sauvages françaises les plus communes qu’il soit. On le trouve sur l’ensemble du territoire bien que moins présent dans le sud du pays et en Corse. C’est aussi une plante sauvage comestible et médicinale reconnue.

• Lamier Jaune (Lamium galeobdolon) - Lamiacées

Appartenant lui aussi à la famille des Lamiacées, on peut le confondre avec le Lamier Blanc lorsqu’il n’est pas en fleurs. Les risques de confusions ne sont pas graves, car lui aussi est comestible. C’est également une plante médicinale intéressante pour ses propriétés diurétiques, vulnéraires et astringentes, mais ses feuilles sentent assez mauvais. Le Lamier Jaune fait partie des plantes sauvages françaises les plus communes bien que moins commun que les autres espèces de lamiers.

• Lampourde glouteron (Xanthium strumarium) - Astéracées

On appelle aussi la Lampourde glouteron, Lampourde commune. Commune car, effectivement, elle est considérée comme une mauvaise herbe sur les champs de Tournesol un peu partout dans le monde. On la trouve en effet en France, en Asie jusqu’en Sibérie. Ainsi qu’en Amérique et en Afrique septentrionale. Cette plante herbacée appartenant à la famille des Astéracées peut être considérée comme une plante médicinale car elle soignerait de certaines maladies. Enfin, elle se reconnaît facilement avec ses fruits capsules caractéristiques.

• Lampsane commune (Lapsana communis) - Astéracées

Appartenant à la famille des Astéracées, la Lampsane commune est une des plantes herbacées à fleurs jaunes les plus communes de la Flore Française. En effet, on la trouve d’ailleurs dans la plupart des zones tempérées du monde. Cette plante annuelle comestible apprécie les terres retournées, en bordure des chemins, sur les talus, dans les bois clairs et les friches, le tout principalement en prairie. Les feuilles sont à consommer jeunes avant l’apparition de la hampe florale, elles ont un goût plus amer.

• Laurier-tin (Viburnum tinus) - Adoxacées

Cet arbuste à feuillage persistant de la famille des Adoxacées porte plusieurs noms. En effet, on le trouve à la fois sous l’appellation Laurier-tin, mais aussi sous le nom Viorne-tin. Ce n’est d’ailleurs pas un Laurier. Il peut mesurer jusqu’à 7 mètres de hauteur au grand maximum. C’est une plante cultivée pour son feuillage et sa floraison blanche comme plante ornementale. Elle est aussi légèrement toxique. En effet, ses fruits ne présentent aucun intérêt alimentaire chez l’Homme et peuvent provoquer des troubles digestifs.

• Lavande papillon (Lavandula stoechas) - Lamiacées

La Lavande Papillon est une des espèces de Lavande qu’on peut trouver à l’état sauvage dans le sud de la France. Elle fait partie de la famille des Lamiacées et est largement cultivée. Assez peu rustique, elle ne supporte pas les températures en dessous de -5 °C. Mais sa belle floraison rose lui laisse un rôle non négligeable en tant que plante ornementale. Elle attire de nombreux pollinisateurs grâce à son odeur forte. Aussi, ses fleurs sont largement utilisées pour faire des huiles essentielles.

• Lierre Terrestre (Glechoma hederacea) - Lamiacées

Le Lierre Terrestre est une plante herbacée vivace de la famille des Lamiacées qui ne dépasse pas les 40 cm de hauteur. C’est une plante particulièrement intéressante. Elle est en effet comestible et on lui reconnait des vertus médicinales. En plus de ces qualités, elle a un rôle écologique important. Elle est en effet très mellifère. Elle attire donc les pollinisateurs. Mais attention, on peut toutefois la confondre avec d’autres plantes, souvent comestibles. La floraison rose permet de lever le doute.

M - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES

• Mauve à petites fleurs (Malva parviflora) - Malvacées

La Mauve à petites fleurs est une plante annuelle faiblement poilue appartenant à la famille des Malvacées. Ses feuilles sont toutes suborbiculaires, superficiellement lobées et crénelées. C’est une espèce assez rare en France. On ne la trouve que dans bords des chemins, décombres, dans la Provence, dans le Languedoc, le Roussillon et en Corse. Elle a aussi besoin d’un sol riche en nutriment, au pH basique. Ainsi que beaucoup de lumière et de chaleur pour prospérer.

• Menthe sylvestre (Mentha longifolia) - Lamiacées

La Menthe Sylvestre, qu’on appelle aussi menthe à feuilles longues, est une plante herbacée vivace et rhizomateuse appartenant à la famille des Lamiacées. Cette espèce de menthe est de morphologie extrêmement variable. Ainsi, on en recense une vingtaine de sous-espèces. D’ailleurs, on trouve la Menthe sylvestre de l’ouest de l’Europe à l’Asie centrale et l’Afrique du Sud. Cette plante comestible dégage cependant une odeur bien moins agréable que les autres espèces de menthes.

• Mercuriale annuelle (Mercurialis annua) - Euphorbiacées

La Mercuriale annuelle fait partie des mauvaises herbes des cultures. Appartenant à la famille des Euphorbiacées, c’est aussi une plante toxique. En effet, son pollen peut être irritant pour certaines personnes et elle provoque spasmes et vomissements en cas d’ingestion. On la trouve sur presque toute la France mais elle a une préférence pour les sols nitrophiles jusqu’à 1800 mètres d’altitude. Elle porte des feuilles opposées, ovales-lancéolées, dentelées, courtement pétiolées et de couleur vert-clair. C’est une espèce dioïque dont les fleurs mâles et fleurs femelles sont de couleur verte.

• Merisier (Prunus avium) - Rosacées

Le Merisier, qu’on appelle aussi Cerisier Sauvage, est un arbre fruitier indigène d’Europe et appartenant à la famille des Rosacées. On le trouve dans les sols riches en humus, dans les bois de feuillus et assez dispersé. Ses fleurs blanches qui apparaissent en avril-mai donneront les Merises, ses fruits rouges comestibles en plus tard en été. On reconnaît facilement le Merisier avec les nectaires rouges qu’il présente sur le pétiole de ses feuilles, mais il est difficile de faire la différence avec les Cerisiers cultivés qui sont proches. Enfin, il est sensible à de nombreuses maladies.

• Millepertuis androsème (Hypericum androsaemum) - Hypéricacées

Anciennement rattachée à la famille des Clusiacées, le Millepertuis androsème fait désormais partie de la famille des Hypéricacées. On trouve cette plante sauvage française principalement dans le Sud-Ouest de la France. Assez rare ailleurs, elle fait partie des plantes protégées dans certaines régions de France. Il aime les endroits ombragés et les sols calcaires, acides humifères ou frais. On le reconnaît grâce à sa floraison jaune et ses petits fruits rouges et noirs. Ainsi que ses feuilles opposées, de forme simple, entières.

• Morelle noire (Solanum nigrum) - Solanacées

La Morelle Noire appartient à la famille des Solanacées. Et comme beaucoup de plantes de la famille des Solanacées, c’est une plante toxique. En effet, cette plante annuelle aux fruits noirs produit de la solanine, une substance chimique toxique. Mais une fois complétement mûr et noir, le fruit de la Morelle noire devient comestible. C’est en effet une plante consommée dans plusieurs pays comme en Grèce. Dans certains pays, on mange aussi les feuilles cuites.  Attention à ne pas confondre la Morelle noire avec la Belladone ou la Douce-amère.

• Mouron blanc (Stellaria media) - Caryophyllacées

Le Mouron blanc est une des plantes sauvages françaises les plus intéressantes qui soit. En effet, cette petite plante herbacée aux fleurs blanches se trouve presque toute l’année et de partout. On peut même l’apercevoir dans l’Himalaya à plus de 4300 mètres d’altitude ! Il s’agit d’une plante comestible. En effet, elle était même cultivée dans le temps pour ses feuilles au goût de noisettes lorsqu’elles sont crues et à celui de l’épinard une fois chauffées. Mais il faut cependant faire attention quant au sol sur lequel elle a poussé. Elle a en effet la capacité de fixer les métaux lourds, ce qui peut être toxique.

• Moutarde des champs (Sinapis arvensis) - Brassicacées

La Moutarde des champs appartient à la famille des Brassicacées. On peut d’ailleurs facilement la confondre avec le Colza ou la Moutarde noire puisque ce sont des plantes de la même famille. La Moutarde des champs produit elle aussi des fleurs jaunes aux teintes souffre. Cette espèce de plante comestible et aromatique est commune dans toutes les régions de France. Les jeunes pousses, tiges et fleurs peuvent se consommer. Les graines aussi, et elles donnent d’ailleurs une sorte de moutarde lorsqu’elles sont moulues.

• Moutarde noire (Brassica nigra) - Brassicacées

Bien connue comme plante condimentaire, la Moutarde est une plante herbacée annuelle appartenant à la famille des Brassicacées. Elle se repère vite avec ses fleurs jaunes dans les champs cultivés ou même dans la nature. Elle se différencie aussi du Colza par ses tiges glauques et ses poils. La Moutarde noire mesure environ 1 mètre de hauteur et fleurit d’avril à octobre. Ses fruits sont des siliques, un type de fruit capsule dont on consomme les graines. Cette plante comestible aurait aussi des propriétés médicinales.

N - LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES

• Nielle des blés (Agrostemma githago) - Caryophyllacées

Plante herbacée annuelle RÉPARTITION : Champs de céréales du monde entier. COMESTIBILITÉ : Graines Toxiques PROTECTION : Non

O- LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES

• Oseille commune (Rumex acetosa) – Polygonacées

Appartenant à la famille des Polygonacées, l’Oseille commune est une plante potagère largement cultivée qui se trouve aussi assez facilement dans la Nature. Nous la cultivons d’ailleurs pour ses feuilles tendres qu’on peut consommer toute l’année. Il faut toutefois ne pas en abuser car elle est riche en acide oxalique. Cette plante comestible permet aussi d’identifier un sol légèrement acide. Mais lorsqu’elle est jeune, elle peut se confondre avec les hastées et les gouets.

• Ortie brûlante (Urtica urens) - Urticacées

L’Ortie brûlante porte plusieurs noms. En effet, on peut également la nommer Ortie grièche ou Petite Ortie. Elle appartient à la famille des Urticacées, la même famille que la Grande Ortie (Urtica dioica). La différence principale reste la taille, elle est en effet plus petite que la Grande Ortie. Elle ne mesure que 60 cm de haut au maximum. Très commune en France, cette plante comestible pousse es décombres, les friches et les lieux cultivés ayant reçu un excès de fumure. D’est d’ailleurs une des mauvaises herbes les plus communes.

P- LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES

• Panais (Pastinaca sativai) - Apiacées

Le Panais est une plante herbacée biannuelle qui appartient à la famille des Apiacées. Il était autrefois très cultivé comme légume ainsi que plante fourragère. Aujourd’hui, on le trouve à la fois dans la nature et dans quelques champs même si sa culture a été réduite depuis quelques siècles, détrôné par la pomme de terre. Toutes les parties de la plante sont comestibles, mais c’est surtout la racine qui sert à la consommation humaine, dans les potages ou pot-au-feu.

• Panic-pied-de-coq (Echinochloa crus-galli) - Poacées

À la base, le Panic-pied-de-coq ne fait pas partie des plantes sauvages françaises. En effet, il est probablement originaire d’Asie Tropicale. Depuis, il s’est naturalisé un peu partout dans le monde. Comme beaucoup d’autres Poacées, il s’agit d’une plante comestible si on se contente de ses graines avec lesquelles on peut obtenir de la farine. Beaucoup considèrent aussi le Panic-pied-de-coq comme une mauvaise herbe redoutable, notamment dans les rizières où elle se sent très à l’aise. Elle absorbe l’azote destiné aux plantes de culture et propage des maladies pouvant baisser les rendements.

• Pariétaire de Judée (Parietaria judaica) - Urticacées

La Pariétaire de Judée est une des plantes sauvages françaises qu’on voit le plus en ville. En effet, son mode de vie saxicole lui confère une bonne adaptation aux zones urbaines. Appartenant à la famille des Urticacées, on la trouve dans toute la France métropolitaine, Corse y comprise. Cette plante herbacée vivace a la capacité de sécréter des substances chimiques par les racines pour dissoudre la roche et ainsi s’installer. Sa floraison verte très discrète libère un pollen très allergisant.

• Pensée sauvage (Viola tricolor) - Violacées

La Pensée sauvage, qu’on appelle aussi Pensée tricolore est une petite plante herbacée de la famille des Violacée. C’est aussi l’ancêtre de la Pensée cultivée. Elle peut être annuelle, biannuelle voire même vivace si le climat le permet. Assez commune dans tout le continent Eurasiatique, on la trouve même au Québec. Elle aime les sols acides ou neutres de type prairies ou alluvions jusqu’à 2700 mètres. C’est aussi une plante médicinale car elle contient de nombreuses substances chimiques intéressantes.

• Petite ciguë (Aethusa cynapium) - Apiacées

Plante herbacée annuelle RÉPARTITION : Europe et Caucase. COMESTIBILITÉ : Toute la plante est toxique PROTECTION : Non

• Peuplier blanc (Populus alba) - Salicacées

Comme pour le Peuplier Noir, le Peuplier Blanc appartient à la famille des Salicacées. Il est donc cousin des Saules. Il fait aussi partie des plus beaux arbres de la Flore Française grâce à son écorce blanche. Il se distingue aussi facilement des autres espèces de Peupliers grâce à ses feuilles rappelant celles des érables. De plus leur couleur vert foncé sur le dessus contraste vraiment avec le duvet blanc tomenteux de leur face inférieure. Enfin, il fait partie des plantes françaises sauvages comestibles et médicinales. On le trouve d’ailleurs dans presque toute la France.

• Peuplier noir (Populus nigra) - Salicacées

Appartenant à la famille des Salicacées, le Peuplier noir compte parmi les plus grands arbres de France. En effet, ce dernier peut mesurer jusqu’à 30 mètres de hauteur. Facilement reconnaissable avec ses feuilles en pointe, il pousse aussi principalement dans les milieux humides aux côtés des Saules et des Aulnes. Il caractérise d’ailleurs le milieu de la ripisylve. Le Peuplier noir est une plante comestible et médicinale reconnue. Ses bourgeons, écorce et jeunes pousses peuvent se consommer et servir en médecine douce pour de nombreuses utilisations différentes.

• Pimprenelle (Sanguisorba minor) - Rosacées

Appartenant à la famille des Rosacées, la Pimprenelle, qu’on appelle aussi petite pimprenelle ou sanguisorbe est une herbacée vivace commune de la Flore Française. On la trouve en effet partout en France dans les prés secs et des terrains pauvres, surtout sur sol calcaire. C’est une plante comestible dont les feuilles ont un goût agréable de concombre. Il est facile de la reconnaître grâce à ses feuilles qui comportent jusqu’à 12 paires de folioles arrondies dentées. Ses fleurs vertes sont très petites et denses, en têtes globuleuses. On peut la confondre avec la Grande Pimprenelle, mais il s’agit aussi d’une espèce comestible.

• Pin sylvestre (Pinus sylvestris) - Pinacées

Le Pin sylvestre est une des essences forestières les plus importantes d’Europe et de Russie. En effet, ce grand arbre pouvant mesurer jusqu’à 40 mètres de hauteur est largement utilisé en sylviculture. Appartenant à la famille des Pinacées, ce grand résineux pousse dans de nombreux types de sols, supporte la sécheresse et le froid jusqu’à 2000 mètres d’altitude. C’est aussi une plante comestible et médicinale. On utilise son huile essentielle pour soigner les malades de l’appareil respiratoire tandis que ses pignons de pins et jeunes aiguilles se mangent.

• Potentille ansérine (Potentilla anserina) - Rosacées

Appartenant à la famille des Rosacées, la Potentille ansérine est une plante herbacée vivace à fleurs jaunes qu’on trouve surtout dans le Nord de la France, principalement en Île-de-France. La Potentille ansérine est une plante comestible qu’on peut aussi classer comme plante médicinale pour ses actions antispasmodique, hémostatique, odontalgique ou analgésique. Cette plante aime les bords des routes, des chemins, des étangs ou des fossés. C’est aussi une plante rudérale.

R- LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES

• Renouée à feuilles d'Oseille (Persicaria lapathifolia) - Polygonacées

La Renouée à feuilles d’oseille est une des espèces de la famille des Polygonacées qu’on peut retrouver dans la Flore Française. C’est une plante herbacée qui aime les zones humides où elle s’y développe agressivement. C’est aussi une plante héliophile. Elle a donc un grand besoin de lumière. Cette espèce est commune dans l’ensemble du territoire Français. Plante comestible, il faut faire attention lorsqu’on la cueille car elle pousse dans les zones humides où les parasites et maladies peuvent exister.

• Renouée douce (Persicaria mitis) - Polygonacées

La Renouée douce est aussi une autre espèce de Persicaria. Mais elle est beaucoup plus rare. En effet, on ne la trouve presque que dans le Centre de la France et en Île-de-France. Glabrescente, et herbacée elle arbore un port qui semble beaucoup plus léger que d’autres Renouées. Ses fleurs oscillent entre le vert, le rouge et plus rarement le blanc. Elles se rassemblent épis grêles, interrompus, plus ou moins penchés. Cette espèce végétale apprécie beaucoup les lieux humides. Mais c’est une plante sauvage française qu’on ne trouvera pas dans le Sud du pays.

• Renouée persicaire (Persicaria maculosa) - Polygonacées

La Renouée persicaire est une plante herbacée annuelle de la famille des Polygonacées. Elle porte aussi plusieurs noms. Ainsi, Persicaire douce, Pied-rouge, Pilingre ou encore Fer à cheval désignent la même plante. Cette plante affectionne particulièrement les lieux humides où elle a tendance à devenir envahissante. On la considère d’ailleurs comme une mauvaise herbe. C’est aussi une plante comestible. On peut la reconnaître facilement grâce à la forme de ses feuilles ou avec sa floraison rose survenant de juillet à septembre.

• Renouée poivre d'eau (Persicaria hydropiper) - Polygonacées

La Renouée poivre d’eau est une autre des différentes espèces similaires à la Renouée à feuilles d’Oseille. En effet, elle occupe le même type de biotope que cette dernière. Mais elle a besoin de moins de soleil pour prospérer. Aussi, cette plante comestible est une plante cultivée au Bangladesh et au Japon comme condiment, d’où son nom de poivre d’eau. La Recherche s’intéresse beaucoup à cette plante pour les propriétés anti-glycation. Enfin, on la trouve dans presque toute la France en dehors des régions du Sud.

• Réséda jaune (Reseda lutea) - Résédacées

Appartenant à la petite famille Botanique des Résédacées, le Réséda jaune est une des plantes comestibles sauvages qu’on rencontre un peu partout en France. Les jeunes pousses se consomment crues en salade et les tiges cuites comme des asperges. On peut aussi la considérer comme une plante médicinale. Elle possède en effet des propriétés diurétiques et sudorifique. Il aime les sols calcaires, les lieux pierreux et caillouteux et les friches. On la trouve dans presque toute l’Eurasie.

• Roquette (Eruca sativa) - Brassicacées

Bien connue dans les salades des restaurants, la Roquette est une plante herbacée annuelle de la famille des Brassicacées. Et c’est une plante comestible, ses feuilles se mangent justement en salade. La Roquette est une plante plutôt rare dans la nature. Mais on la trouve dans des champs largement cultivés. Ses feuilles sont meilleures jeunes et dégagent une saveur piquante et poivrée. Elle présente une hétérophyllie avec des grandes feuilles basales et de plus petites feuilles caulinaire, épaisses, pennatilobées.

• Roseau de Chine (Miscanthus sinensis) - Poacées

Le Roseau de Chine est une plante herbacée vivace et rhizomateuse originaire d’Asie. Cette plante a été largement introduite en Europe et en Amérique du Nord pour servir de plante ornementale. Malgré son caractère envahissant, elle fait désormais partie des plantes sauvages françaises puisqu’on peut commencer à en observer dans la Nature. On l’utilise aussi comme plante de paillage afin de couvrir le sol lors des plantations.

• Rue Officinale (Ruta graveolens) - Rutacées

La Rue officinale est un sous-arbrisseau de la famille des Rutacées qu’on peut utiliser pour ses vertus médicinales et aromatiques. On reconnaît facilement cette espèce par son feuillage glauque, semi-persistant et ses fleurs jaunes. Lors de sa floraison, la Rue officinale dégage une forte odeur rappelant celle de du coco (pas la noix de coco). Cette odeur est presque désagréable. Même si la plante s’utilise en tant qu’aromatique, il ne faut pas en abuser car c’est une plante toxique.

S- LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES

• Sabot de Vénus (Cypripedium calceolus) - Orchidées

Le Sabot de Vénus est une des plantes sauvages françaises les plus rares de notre territoire. En effet, cette plante herbacée vivace appartenant à la famille des Orchidées ne pousse que dans les sols alcalins. On la trouve seulement dans l’Est de la France et plutôt dans les Alpes. C’est aussi la seule Orchidée de la sous-famille des Cypripedioideae en Europe. Elle se reconnaît facilement grâce à ses fleurs hermaphrodites et zygomorphes de couleur jaune et pourpre / brun.  Elle fleurit de mai à juillet.

• Sapin Blanc (Abies alba) - Pinacées

Le Sapin blanc est un des plus grands arbres du monde. En effet, il peut mesurer jusqu’à 80 mètres de hauteur. C’est aussi une essence très importante dans la sylviculture en France. Cet arbre au feuillage persistant fait partie de la famille des Pinacées. C’est donc un conifère résineux. Il peut aussi vivre jusqu’à 500 ans. Le Sapin blanc peut se classer dans la catégorie des plantes comestibles. En effet, les jeunes pousses et les pignons de pins peuvent se consommer. On utilise aussi cette essence pour faire de l’huile essentielle à usage thérapeutique.

• Sapin de Douglas (Pseudotsuga menziesii) - Pinacées

Le Sapin de Douglas n’est pas un Sapin, mais il fait partie des plus grands arbres du monde. En effet, il peut dépasser les 100 mètres de hauteur. Ce grand conifère résineux appartenant à la famille des Pinacées est une des essences majeures des sylviculteurs français. Il grandit vite et produit un bon bois d’œuvre qu’on utilise aussi pour la construction. Malheureusement, il est défavorable à la biodiversité. Bien qu’originaire d’Amérique du Nord, il est désormais assez envahissant en France car largement cultivé pour son bois. Il a tendance à acidifier le sol et rendre l’atmosphère humide.

• Saule cendré (Salix cinerea) - Salicacées

Parmi les plantes sauvages françaises, le Saule cendré est une des plantes médicinales rentrant dans la composition de l’aspirine grâce aux substances chimiques qu’il contient. Appartenant à la famille des Salicacées, cet arbuste dépasse rarement les 6 mètres de hauteur. Il présente aussi un polymorphisme assez grand et se décline en plusieurs sous-espèces. Son bois se travaille bien et est très souple. On l’emploie donc en vannerie ou en menuiserie, voire pour le cerclage des tonneaux en bois.

• Saule des vanniers (Salix viminalis) - Salicacées

Avec son bois très souple, le Saule des vanniers peut servir à la confection d’objets très variés : paniers, cabas ou chapeaux. Il appartient à la famille des Salicacées. Cet arbuste ne dépasse pas les 6 mètres de hauteur et est une espèce dioïque. Les rameaux, jaunâtres ou rougeâtres, portent des feuilles lancéolées un peu ondulées, glabres sur la face supérieure et soyeuses sur la face inférieure. Le Saule des vanniers est aussi une des plantes sauvages françaises les plus intéressantes pour la dépollution du sol.

• Scorsonère des prés (Scorzonera humilis) - Astéracées

De loin la Scorsonère des prés ressemble au Pissenlit. En effet, elle appartient également à la famille des Astéracées et possède des fleurs jaunes. Mais contrairement au Pissenlit, la Scorsonère des prés est une espèce végétale protégée dans certaines régions de France. C’est une plante vivace à souche épaisse, dépourvue au collet de fibres chevelues. Elle est presque absente du Sud-Est de la France. En effet, elle aime les zones humides comme les marais ou les prés et bois humides. Elle a besoin de beaucoup d‘humidité atmosphérique ainsi que d’un sol riche en matière organique.

• Séneçon commun (Senecio vulgaris) - Astéracées

Le Séneçon commun est une des plantes sauvages françaises les plus communes dans le Monde. On le trouve en effet dans toutes les zones tempérées du globe. Cette plante herbacée annuelle aux formes variables peut mesurer jusqu’à 1m50 de hauteur. Elle appartient à la famille des Astéracées. C’est une plante toxique pour la plupart des mammifères bien qu’on l’ait utilisé comme plante médicinale par le passé. D’ailleurs, les bénéfices n’étaient pas aussi importants que les risques hépatiques.

• Séneçon doronic (Senecio doronicum) - Astéracées

Appartenant à la famille des Astéracées, le Séneçon doronic est une plante herbacée vivace à https://monde-vegetal.fr/fleurs-jaunes/fleurs jaunes qu’on trouve dans les zones montagnardes héliophiles à sols basiques secs ou frais de France. On peut facilement le confondre avec l’Arnica des montagnes ou le Doronic à grandes fleurs qui sont des espèces de la même famille mais pas du même genre. On peut utiliser le Séneçon doronic comme plante ornementale mais pas comme plante comestible. En effet, la plante est toxique, peut importante la partie utilisée.

• Souci des champs (Calendula arvensis) - Astéracées

Le Souci des champs, qu’on appelle aussi Souci sauvage, est une plante herbacée annuelle pouvant mesurer jusqu’à 3 mètres de hauteur. Cette plante aux fleurs jaunes appartient à la famille des Astéracées et pousse principalement dans les régions méditerranéennes d’Europe. Contrairement aux pissenlits, le fruit du Souci des champs (qui est aussi un akène) ne comportent pas de pappus. Il ne s’envole donc pas avec le vent. Enfin, le Souci des champs est une plante sauvage comestible. En effet, ses bourgeons floraux relèvent le goût de la viande et ses feuilles ont des propriétés médicinales.

• Sumac de Virginie (Rhus typhina) - Anacardiacées

Souvent très utilisé comme plante ornementale, le Sumac de Virginie est un arbuste à fleurs rouges appartenant à la famille des Anacardiacées. Originaire de Virginie, aux États-Unis, il  démontre malheureusement son côté invasif en France ainsi qu’en Europe. Avec ses feuilles imparipennées et composées, il peut se confondre avec l’Ailante glanduleux, même si les deux espèces n’ont pas les mêmes ports. Le Sumac de Virginie est une plante comestible en partie. En effet, on utilise ses fruits rouges acides pour créer la limonade rose. Mais le latex est toxique. En effet, son contact avec la peau peut provoquer des allergies ou des dermatoses.

• Sureau hièble (Sambuscus ebulus) - Adoxacées

Appartenant aussi à la famille des Adoxacées, le Sureau hièble peut se confondre avec d’autres espèces de Sureaux qui sont comestibles. Mais il est assez facile à reconnaître car il ne dépasse pas les 2 mètres de hauteur. Cette plante toxique n’est non plus pas un arbuste mais une plante herbacée. Aussi ses corymbes sont dressés, alors que celles du Sureau noir ont un port retombant. Enfin, le Sureau hièble apprécie les zones de typoe ourlets externes médioeuropéens, eutrophiles, mésohydriques. Sa floraison blanche arrive entre s’étale de juin à août.

• Sureau noir (Sambuscus nigra) - Adoxacées

Le Sureau noir, qu’on appelle aussi le Grand sureau, est un arbuste de la famille des Adoxacées et plutôt assez commun dans la flore française sauvage. Cet arbuste à feuillage caduc et à la floraison blanche se trouve en effet dans toute l’Europe, une bonne partie de l’Asie de l’Ouest et en Amérique du Nord. C’est une plante comestible dans la mesure où on fait cuire ses baies et ses fleurs. Crues, elles sont toxiques car elles contiennent de l’oxalate de calcium et d’autres alcaloïdes.

T- LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES

• Tamier commun (Dioscorea communis) - Dioscoréacées

Appartenant à la famille des Dioscoréacées, le Tamier commun est une plante herbacée grimpante qu’on trouve facilement dans les haies et bois de toute la France métropolitaine. C’est une des plantes sauvages françaises qu’on trouve aussi en Afrique du Nord. Les jeunes pousses du Tamier commun sont comestibles et servent même de plat régional dans certaines régions d’Occitanie. Mais le Tamier commun est pourtant une plante toxique car toutes les autres parties de la plante peuvent occasionner des troubles digestifs. Enfin, il se reconnaît facilement avec ses fleurs vertes et feuilles en cœur.

• Trèfle des prés (Trifolium pratense) - Fabacées

C’est une des plantes sauvages françaises les plus communes de nos prairies, de nos jardins et de nos champs. En effet, on la trouve dans presque toute la France. Ainsi qu’en Eurasie et en Afrique du Nord. C’est une plante comestible particulièrement utilisée comme plante fourragère. Ses fleurs roses sont en effet comestibles ainsi que toutes les autres parties de la plante. On peut aussi classer cette espèce dans les plantes médicinales car elle a de nombreuses vertus thérapeutiques. Enfin, elle est mellifère et permet de fixer l’azote dans le sol.

• Tussilage Pas-d'âne (Tussilago farfara) - Astéracées

Le Tussilage Pas-d’âne est une plante herbacée vivace à rhizomes appartenant à la famille des Astéracées. C’est aussi une espèce bio-indicatrice. En effet, il prospère sur les terrains instables riches en bases comme les terrains vagues. On peut consommer cette espèce pionnière. En effet, les feuilles et ses fleurs jaunes sont comestibles. Mais il ne faut pas non plus en abuser. Enfin, le Tussilage fait partie des plantes médicinales les plus utilisées en phytothérapie pour ses actions pectorales.

U- LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES

• Utriculaire des marais (Utricularia vulgaris) - Lentibulariacées

L’Utriculaire des marais est une plante aquatique herbacée carnivore à fleurs jaunes qu’on trouve flottant dans les étendues d’eaux stagnantes tels que les marécages et tourbières. On trouve cette plante carnivore dans toute la partie holarctique, dont la France où nous l’avons classé sur la liste des espèces végétales protégées dans de nombreuses régions. Son nom utriculaire vient des pièges qu’elle utilise pour capturer de petits organismes afin de s’en nourrir.

V- LISTE DES PLANTES SAUVAGES FRANÇAISES

• Valerianella auricula (Valerianella auricula) -Caprifoliacées

Anciennement rattachée à la famille des Valérianacées qui n’est plus d’actualité, la Valerianella auricula appartient désormais à la famille des Caprifoliacées. C’est une plante herbacée annuelle à fleurs blanches qu’on trouve plutôt dans le sud de la France. Ses feuilles supérieures sont  linéaires, entières ou dentées-incisées. Elle pousse sur les lieux cultivés et incultes et fleurit de mai à juillet. Ses fruits sont de forme ovoïde-subglobuleux, renflés, un peu plus long que large, rétréci au sommet.

• Vigne cultivée (Vitis vinifera) - Vitacées

La Vigne cultivée est un arbrisseau sarmenteux largement à feuillage caduc largement cultivé dans le monde, et ce, depuis les débuts de l’agriculture. On connaît tous cette plante pour ses fruits comestibles au goût sucré et qui donne le vin. Il existe aussi de nombreuses variétés donnant des formes, couleurs et goûts différents. Les feuilles aussi sont comestibles. Moins connu, la Vigne cultivée est également utilisée comme plante médicinale.

• Vigne-vierge à trois pointes (Parthenocissus tricuspidata) - Vitacées

La Vigne-Vierge à trois pointes peut se confondre avec la Vigne cultivée et la Vigne-vierge à cinq folioles qui font aussi partie de la même famille, celle des Vitacées. Cette plante grimpante au feuillage caduc produit des feuilles rouges en automne avant leur abscission (chute). On l’utilise donc comme plante ornementale. Même si elle est originaire de Chine, elle a commencé à se naturaliser dans la partie Est de la France. On peut utiliser cette plante comme plante médicinale. Elle sert en partie au traitement du paludisme.

• Violette odorante (Viola odorata) - Violacées

Appartenant à la famille des Violacées, la Violette odorante est une plante herbacée vivace largement utilisée en parfumerie. Mais on la considère aussi comme une plante médicinale et comestibles en dehors de sa racine qui peut être légèrement toxique et provoquer des vomissements. C’est une plante bio-indicatrice permettant de repérer les sols riches en bases. Elle pousse un peu partout es bois clairs, lisières, haies, pelouses, prairies et bords des chemins de France.

• Viorne lantane (Viburnum lantana) - Adoxacées

La Virone lantane est une espèce d’arbuste à feuilles caduques appartenant à la famille des Adoxacées. Il ne dépasse pas les 5 mètres de hauteur. Ses feuilles sont opposées et mesurent de 6-13 cm de long ainsi que 4-9 cm de large. Elles sont aussi ovales, finement dentées, à face inférieure duveteuse grise. On utilise la Viorne lantane principalement comme plante ornementale pour sa floraison blanche. Mais il s’agit d’une plante légèrement toxique dont les fruits peuvent provoquer des vomissements.

• Viorne obier (Viburnum opulus) - Adoxacées

Appartenant à la famille des Adoxacées, la Viorne obier est un arbuste qui ne dépassera guère les 4m de hauteur. C’est une espèce végétale assez commune. On la trouve en effet en Amérique du Nord, en Europe dont la France et l’Asie. La Viorne obier aime les sols humides, les marais et marcotte facilement. On considère cette espèce comme une plante toxique sans trop de danger malgré les troubles digestifs que ses fruits peuvent engendrer.

• Vulpie-queue-de-rat (Vulpia myuros) - Poacées

Considérée comme une mauvaise herbe, surtout en Australie où elle s’est naturalisée, la Vulpie-queue-de-rat est une plante herbacée très commune en France. On la trouve de partout où le sol est riche en nutriment et que la luminosité est assez forte. Comme de nombreuses espèces de Poacées, elle est difficile à reconnaître car elle peut s’hybrider avec d’autres espèces. Mais sa ligule est courte, et ses panicules de 10-20 cm, spiciformes étroites, sont souvent arquées.

• Vulpin des Champs (Alopecurus agrestis) - Poacées

Appartenant à la grande famille des Poacées, le Vulpin des champs (Alopecurus agrestis) est une des plantes les plus communes des prairies et champs Français. Il est si commun qu’il porte de nombreux noms différents. Dans cette Liste des Plantes Sauvages Françaises, le Vulpin des champs est d’ailleurs une puissante adventice des cultures. En effet, il peut d’ailleurs faire perdre en rendement les champs de céréales et de légumineuses. Il est aussi inscrit sur la liste noire des pires mauvaises herbes du Canada, pays dans lequel il s’est naturalisé.

Article Suivant

BOIS DE HOUX : Comment l’utiliser ?

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

RECONNAÎTRE & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître et utiliser les plantes (recettes et remèdes).