• Type:

Lamier Jaune (Lamium galeobdolon)

Photos du Lamier jaune

Afin de vous permettre de reconnaître plus facilement le Lamier Jaune dans la Nature, voici une série de photographies pour vous aider à l’identifier. N’hésitez pas non plus à cliquer sur ces photos pour les agrandir et ainsi voir plus de détails. Profiter aussi de ces photos en prenant votre temps.

#1 Description du Lamier Jaune

En plus des Photos, retrouvez une rapide description pour chacun des éléments de la plante :

  • PORT GÉNÉRAL : C’est une petite plante herbacée vivace dressée, mais dépassant rarement 40 cm de haut. Bien qu’on l’appelle aussi Ortie Jaune, il ne pique pas. Et il n’appartient pas non plus à la famille des Urticacées. En fait, le Lamier Jaune appartient à la famille des Lamiacées. Il aura donc un port caractéristique : Tige carrée, avec un peu de poils, mais aussi des feuilles opposées décussées. Enfin, sa racine est pivotante. 
  • FEUILLES : Les feuilles de ce Lamier dégagent une odeur plutôt désagréable. Elles sont pétiolées, de forme ovale à ovale-acuminée, et presque triangulaires. Le bord du limbe des feuilles est aussi denté. Leurs nervures sont assez marquées. Il existe aussi des sous-espèces avec des tâches argentées sur le dessus des feuilles. Enfin, les feuilles des Lamiers Jaunes ont tendance à pencher vers le bas.
  • FLEURS : La floraison du Lamier Jaune est une des plus belles parmi les différentes espèces de Lamiers. Ses fleurs sont jaunes avec quelques tâches orange. On peut aussi noter la présence de poils. Chaque fleur pousse sans pédoncule et l’ensemble des fleurs (l’inflorescence) constitue un glomérule. Enfin, le Lamier Jaune fleurit d’avril à juin. Ses fleurs sont très mellifères et attirent de nombreux insectes pollinisateurs.
  • FRUITS : Comme pour toutes les Lamiacées, les fruits de Lamium galeobdolon sont des tétrakènes. C’est-à-dire des fruits composés de quatre akènes réunis. Il a une dissémination myrmécochore, ce sont dont les fourmis qui assurent la dispersion de ses graines.
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

MAÎTRISER LES PLANTES QUI VOUS ENTOURENT

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître et utiliser les plantes (reconnaissances, recettes et remèdes).

#2 HABITAT DU LAMIER JAUNE

Voyons maintenant où trouver le Lamier Jaune dans la Nature

  • AIRE DE RÉPARTITION : Assez commun dans la Nature, Lamium galeobdolon ne poussera pas de partout. En fait, on le trouve principalement en Europe (et plus particulièrement en Europe Centrale), en Asie mineure et depuis peu, en Amérique du Nord où i lest jugé envahissant. En France, il sera présent dans presque tout le pays, bien qu’un peu plus rare dans l’Ouest, dans le Sud et en Corse. Mais on peut le trouver dans de rares cas.
  • HABITAT : Le Lamier Jaune aime les lieux ombragés à l’abri du soleil. Il aime aussi les lieux plutôt humides, avec une préférence pour les sols frais légèrement sec. Il préfère le calcaire, mais ne pousse pas sur sols caillouteux. On le trouvera surtout sur terrains argileux. Il poussera donc dans les forêts de feuillus, en basse montagne 
  • PHYTOSOCIOLOGIE : Avec ses caractéristiques écologiques, on trouvera le Lamier Jaune en compagnie de différentes espèces végétales. On se concentre donc surtout sur les espèces d’arbres et d’arbustes avec qui il pousse comme la Viorne lantane, le Charme commun, le Noisetier, différentes espèces de Chênes, près des Frênes élevés, des Cornouillers Sanguins ou encore du Hêtre commun. Enfin, au niveau des plantes herbacées, on peut le croiser aux côtés de la Grande Ortie ou encore du Lamier Blanc, un proche cousin.
carte de l'aire de répartition du Lamier Jaune en France

Carte de France sur la répartition naturelle du Lamier Jaune

#3 Comment utiliser le lamier jaune ?

Comme de nombreuses plantes sauvages, il a plusieurs utilisations dont les principales sont :

  • PLANTE COMESTIBLE : Le Lamier Jaune fait partie des plantes sauvages comestibles de France. D’ailleurs on peut manger toutes les parties de cette plante. Les feuilles ainsi que les fleurs restent les meilleures. Vous pouvez très bien les consommer crues ou cuites. Même si les feuilles n’ont pas une très bonne odeur, elles développent un 
  • PLANTE MÉDICINALE : En plus d’être comestible, le Lamier Jaune est aussi une plante médicinale. Bien que peu utilisé par la pharmacopée française, il n’en demeure pas moins astringent, diurétique et vulnéraire. 
  • PLANTE ORNEMENTALE :  Il existe aussi des variétés de Lamiers Jaunes ornementales, notamment avec des tâches argentées sur les feuilles pour décorer les parcs et jardins. Ce sont des plantes intéressantes pour les milieux exposés à l’ombre.
  • AIDE AU VERGER : en plus d’être comestible, ornemental et médicinal, le Lamier Jaune est aussi une aide pour les vergers et potagers. Grâce à ses racines, il fixe l’azote dans le sol, ce qui améliore le sol. Placer sous les arbres fruitiers, puisqu’il résiste bien à l’ombre, il les aide à se nourrir grâce à l’azote qu’il fixe dans le sol.
  • PLANTE MELLIFÈRE : Le Lamier jaune, comme toutes les autres espèces de Lamiacées est aussi une plante mellifère intéressante. Il attire de nombreux insectes pollinisateurs. Il devient d’autant plus intéressant dans les jardins ombragés lorsqu’on ne peut pas planter de végétaux héliophiles comme la Lavande ou le Thym.

#4 confusions possibles

Voyons avec quelles autres espèces de plantes on peut confondre le Lamier Jaune :

Une fois en fleur, le Lamier Jaune ne porte plus aucune confusion si ce n’est entre les sous-espèces de cette même espèce. Sinon, lorsqu’il n’est pas en fleur, on peut le confondre avec les espèces suivantes :
  • LAMIER BLANC (Lamium album) : Appartenant au même genre, le Lamier Blanc et le Lamier Jaune se confondent facilement. Mais le Lamier Blanc a une tige plus rouge, des feuilles un peu moins triangulaires et qui ne pointent pas forcément vers le bas. Enfin, il n’a normalement pas de tâches argentées sur les feuilles et est beaucoup plus commun.
  • LAMIER MACULÉ (Lamium maculatum) : Il développe des fleurs roses tachetées de violet. Mais lorsqu’il n’est pas en fleur, on peut le confondre avec le Lamier Jaune. Pour le reconnaître on regarde les feuilles. Les feuilles du Lamier Maculé sont généralement plus petites et beaucoup plus arrondies. Elles n’ont pas une odeur aussi désagréable que celles de l’Ortie Jaune.
  • GRANDE ORTIE (Urtica dioica) : de loin on peut les confondre, mais l’ortie se reconnaît très vite à ses poils urticants. Si vous n’avez pas le coup d’œil, lorsque vous la toucherez, vous verrez la différence.
  • ÉPIAIRE DES BOIS (Stachys sylvatica) : assez commune dans les forêts, on peut la croiser près des Lamiers Jaunes et donc se tromper. Mais l’Épiaire des bois va se reconnaître avec ses feuilles qui ont une forme de cœur plus marquée et surtout par leur disposition. Ses feuilles ne pointent pas vers le bas comme pour l’Ortie Jaune.
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

MAÎTRISER LES PLANTES QUI VOUS ENTOURENT

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître et utiliser les plantes (reconnaissances, recettes et remèdes).

Article Précédent

Orchis géant (Himantoglossum robertianum)

Article Suivant

Valériane Rouge (Centranthus ruber)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

RECONNAÎTRE & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître et utiliser les plantes (recettes et remèdes).