• Type:

Nerprun alaterne – Rhamnus alaternus

Vous connaissez le Nerprun Alaterne – Rhamnus alaternus ? Si ce n’est pas le cas, je vais vous le présenter. Pour commencer c’est un petit arbuste à feuilles persistantes très commun autour du bassin méditerranéen. En fait, c’est même une plante de garrigue typique.

AU PROGRAMME :

  • Photos + Description du Nerprun Alaterne
  • Habitat : où le trouver dans la Nature
  • Utilisations : Comestible ? Toxique ? Médicinale ? etc
  • Confusions éventuelles

Et dans cet article, nous allons voir comment reconnaître le Nerprun Alaterne grâce à des photos, mais aussi à une description botanique détaillée. Ainsi, vous allez facilement l’identifier dans la Nature.

Ensuite, nous verrons où trouver le Nerprun Alaterne à l’état sauvage. Pour ce faire, nous verrons ses besoins écologiques, mais pas que. Nous allons aussi regarder son aire de répartition dans le monde, sa présence en France et sa phytosociologie.

Puis, la meilleure partie : quelle sont les utilisations du Nerprun Alaterne. Dans cette section, nous verrons si c’est une plante comestible, toxique ou médicinale. Et même peut-être davantage d’utilisations.

Enfin, nous terminerons par ses éventuels risques de confusions. Et surtout comment faire la différence avec ses éventuelles confusions.

Mais assez parlé, commençons notre aventure botanique aux côtés du Nerprun Alaterne.

IDENTIFICATION DU NERPRUN ALATERNE AVEC PHOTOS

apprendre les plantes réaliser ses propres remèdes infusions et recettes sauvages cours de botanique

DESCRIPTION DU NERPRUN PURGATIF

PORT GÉNÉRAL

Le Nerprun Alaterne est un petit arbuste à feuillage persistant qui appartient à la famille des Rhamnacées. Il mesure entre 1 et 5 mètre de hauteur. On le considère d’ailleurs plus comme un arbrisseau que comme un arbuste.

Il vit généralement une centaine d’années et on peut le reconnaître facilement dans la Nature. Cet arbuste porte des rameaux alternes, mais non épineux comme c’est le cas pour d’autres espèces de Nerpruns. Il a aussi un port peu élevé et peu touffu.

Ainsi, ses branches ont souvent des espaces et son houppier est clairsemé. Enfin, ses rameaux sont glabres. C’est-à-dire que son écorce ne porte pas de pilosité (poils, duvet, duvet tomenteux etc). Sauf sur les jeunes rameaux. Il est possible de voir de petits poils. Mais dans l’ensemble, c’est une plante assez polymorphe.

FEUILLES

Puisque le Nerprun Alaterne possède un feuillage persistant, même en hiver, on pourra s’appuyer sur ses caractéristiques pour mieux le reconnaître. Mais comme je vous l’ai dit juste avant, le Nerprun Alaterne est une plante polymorphe. Ses feuilles n’ont donc pas toujours la même forme. Mais elles ont généralement les caractéristiques suivantes :

Elles sont entières et ont une texture coriace. Aussi, les feuilles du Nerprun Alaterne ont une couleur verte assez foncée et sont luisantes. Elles poussent de manière alterne sur les rameaux de l’arbuste. Au niveau de la forme ses feuilles sont ovales ou lancéolées, parfois un peu losangiques.

Elles ont aussi des bords cartilagineux. Le bord des feuilles est très lâchement denté. En fait, toutes les feuilles ne possèdent pas de dent. Certaines peuvent donc avoir les bords lisses. Enfin, les feuilles du Nerprun Alaterne comprennent 4 à 6 nervures peu saillantes. Elles n’ont pas de poils ou de duvet.

FLEURS

Le Nerprun Alaterne a une floraison typique des plantes de la famille des Rhamnacées. Ainsi, il fera des inflorescences en petites grappes regroupant plusieurs fleurs. Mais utiliser les fleurs comme élément d’identification n’est pas indispensable, car sa floraison est courte. Et en effet, le Nerprun Alaterne ne fleurit que de mars à avril.

Puisque le Nerprun Alaterne fait partie des plantes dioïques (mais pas dioïque stricte), les fleurs femelles et les fleurs mâles sont séparées. Donc un plant possède soit des organes reproducteurs mâles, soit des organes reproducteurs femelles. Mais il peut aussi avoir des fleurs

Les fleurs ne possèdent pas de pétales. Leur couleur oscille entre le vert, le jaune et l’ocre selon la période de floraison et des individus. Le calice de chaque fleur comporte 5 lobes lancéolés.

Pour faire la différence entre les fleurs mâles et les fleurs femelles du Nerprun Alaterne, il faut regarder les lobes de ces calices. Ainsi, les calices des fleurs mâles sont réfléchis (recourbés) alors que les calices des fleurs femelles sont dressées.

FRUITS

Les fruits du Nerprun Alaterne sont des drupes. Une drupe étant un fruit charnu à noyau (comme les Cerises, les Abricots ou les Pêches). Donc le fruit du Nerprun Alaterne est une sorte de petite cerise et comporte un noyau.

Chaque fruit a une forme globuleuse (arrondie). La fructification du Nerprun Alaterne commence dès la fin de l’été. Mais c’est surtout en automne que ses fruits seront les plus observables. D’ailleurs, ils passent du vert au rouge, puis au brun ou au noir lorsqu’ils murissent.

Chaque fruit mesure entre 3 et 7 mm de diamètre. Et comptent en général 3 noyaux durs.

HABITAT DU NERPRUN ALATERNE

Maintenant que nous savons comment reconnaître le Nerprun Alaterne, passons maintenant à son habitat. Dans cette partie nous allons donc voir quelle est son aire de répartition mondiale. Puis nous verrons sa présence en France.

Ensuite, nous irons nous attarder sur ses besoins écologiques pour mieux connaître les écosystèmes dans lesquels il pousse. Enfin, nous parlerons phytosociologie. C’est-à-dire que nous verrons quelles sont les plantes avec lesquelles il pousse pour donner une meilleure idée de son habitat.

Alors continuons notre aventure botanique avec le Nerprun Alaterne.

AIRE DE RÉPARTITION

rhamnus alaternus carte de son aire de répartition mondiale
Carte montrant la répartition mondiale de Rhamnus alaternus (2021)

Comme vous pouvez le voir sur cette carte, l’aire de répartition du Nerprun Alaterne est principalement méditerranéenne. Ainsi, nous trouverons le Nerprun Alaterne en Espagne, en Italie, dans le Sud de la France, au Portugal, mais pas que.

Il est aussi assez présent sur les côtes de la Grèce et on peut aussi le trouver en Israël, en Turquie ou encore en Afrique du Nord comme au Maroc et en Algérie. Il pousse même en Europe de l’Est comme en Ukraine où il est bien présent en Crimée.

Par contre, si vous êtes attentifs, vous verrez sur cette carte que le Nerprun Alaterne ne pousse pas qu’en Europe. Et en effet, malgré que cette espèce soit à l’origine européenne, il a été introduit dans d’autres pays du monde.

Ainsi, on le retrouvera sur la côte Ouest des États-Unis d’Amérique et dans le Sud-Est de l’Australie. Les deux régions ayant un climat similaire à celui de la Méditerranée.

PRÉSENCE EN FRANCE

présence de Rhamnus alaternus en france carte
Aire de répartition de Rhamnus alaternus en France (2021)

Maintenant, intéressons-nous à la présence du Nerprun Alaterne en France. Comme vous le remarquez, Rhamnus alaternus est principalement présent dans le Sud de la France.

En fait, il est même presque exclusivement présent en Occitanie et surtout en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Mais on peut toutefois trouver quelques populations dans le Massif Central ou encore près des côtes Atlantique et même autour du Bassin Parisien.

Je vous joins une liste des départements les plus propices de France pour le trouver en pleine Nature.

DÉPARTEMENTS LES PLUS PROPICES : Isère, Ardèche, Drôme, Vaucluse, Var, Bouches-du-Rhône, toute la Corse, Aveyron, Lot, Aude, Garonne ou encore les Pyrénées-Orientales.

BESOINS ÉCOLOGIQUES

Comme tous les êtres vivants, le Nerprun Alaterne doit répondre à certains besoins écologiques afin de se développer correctement. Et il a certaines particularités. Parmi ses particularités les plus flagrantes nous avons le portrait suivant :

  • PLANTE HÉLIOPHILE : le Nerprun Alaterne est une plante héliophile. Il a donc besoin de lumière et plus particulièrement de soleil pour pousser normalement. Il grandira donc dans des espaces ouverts, dégagés de la plupart des arbres. Donc on ne le trouvera pas en forêt.
  • PLANTE XÉROPHILE : Le Nerprun Alaterne est une plante xérophile. Il aime donc la chaleur et le sec. D’ailleurs, même s’il peut résister à -15 °C, on comprend mieux son aire de répartition méditerranéenne. De la chaleur et du sec, il en a. Et on le trouvera donc dans les talus ensoleillés, les rochers ou encore les coteaux secs.
  • PLANTE CALCICOLE : Aussi, le Nerprun Alaterne fait partie des plantes calcicoles. Il aime donc les sols calcaires riches en bases. Pour cette raison, il affectionnera particulièrement les garrigues du sud de la France. Ces paysages lumineux, chauds et surtout au sol particulièrement riche en calcaires. Toutefois, il supporte aussi plutôt bien les sols acides.
  • SOL : enfin, le sol doit être plutôt pauvre en matières organiques pour qu’il puisse grandir normalement. Donc décidément, on ne le trouvera pas dans les bois épais. Mais il peut pousser dans des forêts éparses de Chênes Verts ou de Pins d’Alep.

MILIEUX TYPIQUES : Ainsi, pour résumer les milieux typiques dans lesquels le Nerprun Alaterne pousse nous aurons la liste suivante : les friches lumineuses, les broussailles, les garrigues, les coteaux secs, les hauts de talus, les maquis, les matorrals ou encore les forêts éparses, lisières et clairières près des Chênes Verts ou Pin d’Alep.

PHYTOSOCIOLOGIE DU NERPRUN ALATERNE

Pour aller encore un peu plus loin que ses besoins écologiques, nous allons nous intéresser à la phytosociologie du Nerprun Alaterne. Nous allons donc voir quelles sont les plantes avec lesquelles il pousse. Ainsi, nous aurons une meilleure idée de ses habitats naturels.

La liste que je vais vous présenter n’est bien sûr pas exhaustive, mais elle vous donnera une bonne idée de son milieu. Ainsi, nous avons les plantes suivantes :

Arbre à perruques, Buis commun, Amélanchier, Érable à feuilles d’Obier, Pistachier Lentisque, Pistachier Térébinthe, Asperge Sauvage, Arbousier, Bruyère Arborescente, Bruyère à balais, Chêne Vert, Chêne Liège, Myrte Commun, Filaire à larges feuilles, Salsepareille d’Europe, Genévrier de Phénicie, Genévrier Cade, Chêne Kermès, Euphorbe de Garrigues ou encore différentes espèces de Genêts.

UTILISATIONS DU NERPRUN PURGATIF

Bien, maintenant que nous savons comment reconnaître et trouver notre arbuste dans la Nature, passons à la meilleure partie : quelles sont les utilisations du Nerprun Alaterne. Donc ici, nous allons voir s’il est comestible, médicinal, toxique et même d’autres usages pas forcément très connus.

NERPRUN ALATERNE COMESTIBLE ?

Premièrement, est ce que le Nerprun Alaterne est comestible ? Est-ce qu’on peut le manger ? Ce que soit consommer ses feuilles ses fruits ses fleurs ou même ses graines ? Alors je vais répondre à ces questions.

Alors non le Nerprun Alaterne n’est pas une plante comestible. En fait, vous ne pourrez pas manger ses feuilles, ni même ses fleurs, son écorce ou encore même ses fruits.

En soit, consommer un seul fruit du Nerprun Alaterne ne vous enverra pas à l’hôpital. Les fruits sont si petits qu’un seul d’entre eux ne représente pas un danger. Toutefois, d’après des sources peu sûres, on ferait des gâteaux et des pins avec les fruits cuits du Nerprun Alaterne. Mais ne considérez pas cette plante comestible pour autant.

Les fruits contiennent de la rhamine, un purgatif. Donc les fruits du Neprun Alaterne feraient vomir si on les consommait à hautes doses. Mais les cas d’intoxications sont rares.

NERPRUN ALATERNE TOXIQUE ?

Oui, le Nerprun Alaterne peut être considéré comme une plante toxique. En soit, il n’est pas dangereux comme certaines autres plantes beaucoup plus toxiques.

Mais il contient des substances comme la rhamine qui peuvent avoir des effets purgatifs. Il contient aussi des hétérosides anthracéniques comme la rhamnotoxine ou encore la franguloside. Eux aussi aux effets purgatifs. C’est-à-dire nous faire vomir après consommation de baies de Nerprun Alaterne.

Les signes d’intoxications suite à une consommation excessive de Nerprun Alaterne sont les suivants : apparition de syndromes digestifs avec vomissements et diarrhées, parfois aussi oligurie (diminution du volume des urines) et protéinurie (présence de protéines dans l’urine) passagères.

Mais les cas d’intoxications sont très rares. Alors on peut dire que cette plante n’est que moyennement toxique. Toutefois, un cas d’intoxication au Neprun Alaterne a été rapporté en Tunisie. L’homme qui s’était intoxiqué avec cette plante le prenait comme traitement.

Car oui, le Nerprun Alaterne, même si non comestible, est une plante médicinale plutôt intéressante. Intéressante si on fait attention ! Et c’est ce que nous allons voir maintenant. Mais d’avance, je ne vous la recommande pas.

NERPRUN ALATERNE MEDICINAL ?

Par conte, le Nerprun Alaterne est une plante médicinale. Et encore de nos jours, il est utilisé comme dans les médecines traditionnelles de nombreux pays. C’est une plante qui contient des tanins, divers glucosides et divers alcaloïdes (dont la rhamine, un purgatif).

Le Nerprun Alaterne contient aussi des anthocyanines susceptibles d’avoir une action sur les radicaux libres.

Il y a même des études récentes qui laissent imaginer l’utilisation du Nerprun Alaterne comme plante d’amaigrissement. Et même pourquoi pas lutter contre l’obésité et les maladies liées dans un futur proche grâce aux extraits ethanoliques délipidés des feuilles de cet arbuste.

Le tout sans effets hépatotoxiques (toxiques pour le foie) et néphrotiques (nocif pour les reins). Je vous mets le résumé de l’étude en question si ça vous intéresse. Mais utiliser cet arbuste soit même à des fins d’automédication peut être dangereux. Comme en témoigne ce cas d’intoxication au Nerprun Alaterne en Tunisie.

Malgré son potentiel risque, le Nerprun Alaterne sert dans les médecines traditionnelles comme :

  • Anti-anémie : on utilise son écorce et des feuilles pour lutter contre différentes maladies de l’hémoglobine.
  • Anti-douleur articulaire : les feuilles s’utilisent pour soulager la douleur dans les articulations.
  • Shampoing : une solution de Nerprun Alaterne permettrait de fortifier les cheveux et d’enlever les pellicules.
  • Apaiser les douleurs dentaires : l’écorce aurait des vertus anti-douleur au niveau bucal.

CONTRE INDICATIONS :

Je ne suis déjà pas spécialement fan de cette plante en tant que plante médicinale. Et je ne vous conseille donc de ne pas utiliser le Nerprun Alaterne à des fins d’automédication. Mais dans certains cas encore plus que d’autres. Ainsi, il sera fortement déconseillé aux femmes enceintes, aux personnes cardiaques, celles souffrant d’ulcères ou encore d’hypertension et du syndrome du colon irritable.

PLANTE ORNEMENTALE

Beaucoup moins connue comme utilisation, mais le Nerprun Alaterne peut s’utiliser comme plante ornementale. Alors en soit, je vous l’accorde, ce n’est pas spécialement l’arbuste de jardin le plus joli qui soit. D’autant plus qu’il a un port assez lâche et mal proportionné.

Mais le gros avantage du Nerprun Alaterne c’est sa résistance. En fait, puisqu’il est xérophile, calcicole et héliophile, il supportera très facilement les endroits chauds, secs et en plein soleil. Plus particulièrement sur les pentes.

Vous pourrez donc l’utiliser comme arbuste dans des lieux difficiles là où beaucoup d’autres plantes ne pourraient pas pousser. Par exemple, vous pouvez obtenir une haie aux feuilles persistantes avec cet arbuste.

ESSENCE DE REBOISEMENT

Un peu dans la même logique, vous pouvez utiliser le Nerprun Alaterne comme une essence de reboisement. Et on l’utilise d’ailleurs souvent en Méditerranée pour reboiser les garrigues après des incendies.

Il pousse relativement bien dans les milieux difficiles. Il pourra aussi préparer le terrain par la suite pour des plantations d’arbres. Le Nerprun Alaterne aura aussi l’avantage d’être très résistant aux fortes chaleurs, aux sécheresses et aux rayons ultraviolets du soleil.

Ces raisons en font une plante de reboisement assez efficace.

PLANTE ENVAHISSANTE

Malheureusement, sa résistante à la chaleur, à la sécheresse et au soleil le rende aussi dangereux pour certains écosystèmes. On le considère d’ailleurs comme une plante envahissante dans plusieurs régions de la planète.

Ainsi, en Australie ou en Amérique du Nord où il a été introduit, on le juge comme une mauvaise herbe. Il devient d’ailleurs particulièrement envahissant sur les parties côtières du Sud-Est de l’Australie. Dans ces régions, ses effets sont néfastes, car il remplace des espèces indigènes comme Alyxia buxifolia, une plante endémique.

Puisqu’il colonise vite les sols de ces régions et produit de l’ombre, il empêche aussi les plantes herbacées plus petites de se développer. Il offre donc une grosse concurrence pour l’eau et les nutriments à ces plantes.

Comme le Nerprun Alaterne se reproduit vite, il forme des fourrés denses. Mais ces fourrés broussailleux sont pauvres en biodiversité. Des programmes de luttes contre le Nerprun Alaterne ont été réalisés afin de maintenir ces populations. Et ainsi, éviter d’empirer son invasion.

ÉCOLOGIE ET RÔLE DANS LA GARRIGUE

Dans la Garrigue, le Nerprun Alaterne aura un rôle particulièrement intéressant. Nous sommes loin de son impact environnemental comme en Australie où il détruit la biodiversité en place.

En fait, dans les garrigues méditerranéennes, le Nerprun Alaterne augmente la biodiversité. Il permet de maintenir les sols pauvres facilement érodés par le vent et la chaleur. Il permet aussi de garder un semblant d’humidité et de fraicheur lorsqu’il est en grand groupe de population.

Souvent associé à des Chênes Verts qui nourrissent diverses espèces de mammifères comme les sangliers et les écureuils, le Nerprun Alaterne leur offre une cachette. Aussi, le Nerprun Alaterne est une plante mellifère qui attire de nombreuses espèces d’insectes pollinisateurs. Parmi elles, les abeilles et les bourdons.

Enfin, ses feuilles seront la cible de nombreuses maladies et serviront de nourriture à de nombreux insectes. Insectes qui attireront eux-mêmes d’autres insectes prédateurs, puis des oiseaux qui s’occuperont de consommer ces insectes prédateurs.

PLANTE TINCTORIALE

Une autre utilisation méconnue du Nerprun Alaterne : ses facultés de plante tinctoriales. Et en effet, oui, le Nerprun Alaterne est une plante tinctoriale appréciée encore de nos jours dans certains pays. Mais son usage s’est considérablement réduit depuis l’avènement des teintures chimiques.

En utilisant son écorce, on pouvait obtenir une teinture jaune.

CONFUSIONS POSSIBLES

CONFUSIONS AVEC D’AUTRES ESPÈCES :

Comme avec toutes les espèces de plantes sauvages, on peut confondre le Nerprun Alaterne avec d’autres plantes. Mais les confusions sont rapides à éviter, car notre arbuste a des caractéristiques uniques. Ce qui le rend facilement identifiable.

  • FILAIRE A FEUILLES LARGES (Phillyrea latifolia) : C’est une autre plante de garrigue. Un petit arbuste de la famille des Oléacées, lui aussi à feuilles persistantes. Mais il ressemble beaucoup au Nerprun Alaterne. Alors pour éviter les confusions on regarde ses feuilles et ses fruits Les feuilles du Nerprun Alaterne ont une forme différente sur le même arbuste. Ce qui n’est pas le cas du Filaire. Aussi, les fruits du Filaire à feuilles larges ressemblent à de petites olives noires bleutées.
  • NERPRUN FAUX LICET (Rhamnus lycioides) : On l’appelle aussi Argousier de la Méditerranée, mais ce n’est pas un Argousier. Pour le différencier c’est très simple. Il a un feuillage caduc en hiver. Aussi, ses feuilles sont plus fines et ses baies sont plus brunes que rouges ou noires.
  • BOURDAINE (Frangula alnus) : C’est un autre arbuste de la famille des Rhamnacées. Mais elle ne pousse pas dans le même milieu. On trouvera la Bourdaine plutôt dans les forêts humides, en clairières ou en montagne. Aussi, elle a le feuillage caduc et des feuilles beaucoup plus grandes.
  • NERPRUN DES ALPES (Rhamnus alpinus) : C’est surtout le nom qui porte à confusion puisque c’est une autre espèce de Nerprun. Mais ce dernier ressemble plus au Nerprun Purgatif qu’au Nerprun Alaterne. Il a des feuilles caduques et pousse dans les Alpes.
  • Nerprun Purgatif (Rhamnus cathartica) : Le plus commun des Nerpruns. Mais le Nerprun Purgatif pousse dans les endroits plutôt humides. Il est aussi beaucoup plus grand, ressemble beaucoup au Cornouiller Sanguin et porte quelques épines.

Il existe aussi des sous-espèces de Nerprun Alaterne.

Comme avec toutes les espèces de plantes sauvages, des sous-espèces existent. Mais les différences ne sont que minimales. Parmi ces sous espèces ou ses variétés, nous pouvons citer les plantes suivantes :

  • Rhamnus alaternus L. subsp. alaternus. C’est l’espèce type.
  • Rhamnus alaternus L. subsp. myrtifolia : caractérisé par un port retombant et aux minuscules fruits.
  • Rhamnus alaternus ‘argenteovariegata’ : une variété ornementale prisée pour ses feuilles panachées.

Mais la plupart du temps, c’est Rhamnus alaternus subsp alaternus qui sera le plus commun.

Article Précédent

Plante de Garrigue : Comestible, Aromatique, Toxique ?

Article Suivant

Cyprès de Provence – Cupressus sempervirens

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

IDENTIFIER, CULTIVER & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître, cultiver et utiliser les plantes (recettes et remèdes).