• Type:

Pour commencer, les Oléacées représentent une famille Botanique comprenant de nombreuses plantes sauvages, ornementales cultivées, médicinales, comestibles ainsi que certaines toxiques.

Bien que comportant 900 espèces de plantes à travers le monde, le tout réparti en 25 genres, les Oléacées ne sont pas une très grande famille. En effet, d’autres familles comme les Astéracées, Fabacées et Orchidées comptent plusieurs milliers d’espèces.

Ceci dit, les Oléacées comprennent certaines des plantes les plus intéressantes que vous pourrez utiliser.

Caractéristiques des Oléacées

Premièrement, commençons par les caractéristiques des Oléacées. Comment reconnaître une plante faisant partie de cette famille. Bien sur la liste des critères d’identification des Oléacées n’est pas exhaustive, mais vous avez déjà une bonne piste.

  • Elles sont toutes des plantes dicotylédones. C’est-à-dire qu’a leur naissance, les jeunes plantules émergentes de leur graine lors de la germination comportent deux feuilles primaires (cotylédons).
  • Les plantes de la famille des Oléacées sont généralement des arbres ou des arbustes, dans de rares cas des plantes grimpantes ligneuses.
  • Leurs feuilles sont entières (parfois composée, mais sans stipule) et opposées sur les rameaux.
  • Lors de leur floraison, elles développent des fleurs à corolles tubuleuses.
  • Inflorescence en cyme bipare, souvent modifiée pour donner une inflorescence ressemblant à une grappe ou à une panicule de fleurs.
  • Chaque fleur est tétramère. Avec 4 pétales (2 à 6 parfois), 4 sépales soudés entre eux. 2 étamines pouvant aussi jusqu’à 4 chez certaines espèces.
  • Leurs fruits ou graines sont soit a tissus oléagineux. Ce sont soit des drupes, des baies, des samares ou des fruits à capsules.
apprendre les plantes réaliser ses propres remèdes infusions et recettes sauvages cours de botanique

Principales espèces

Les Frênes (Fraxinus) – parmi les plus grandes Oléacées

Oléacées Galerie photo de frêne commun fraxinus excelsior
Feuilles composées d’un Frêne commun (Source Photo)

Commençons d’abord par le genre comprenant les plus grandes espèces d’Oléacées, mais aussi les plus communes : Les Frênes. Les Frênes sont de grands arbres à feuilles caduques pour la plupart. On les rencontrera aussi le plus souvent dans les forêts des milieux tempérés. Ils ont des bourgeons noirs et des fruits regroupés en leurs grappes de samares simples.

Petit fun fact, une forêt de frêne s’appelle une frênaie. Ils fournissent un bois dur et élastique ainsi qu’un bon combustible pour le bois de chauffage. Enfin, ils ont des vertus médicinales.

Je ne vous présente pas toutes les espèces de Frênes dans le monde, mais seulement les plus communes. En effet, il existe une soixantaine d’espèce de Frêne. Ce qui représente un gros morceaux dans les Oléacées.

Principales espèces de Fênes

  • Frêne blanc (Fraxinus americana). On le trouve aux États-Unis et Canada et c’es l’espèce d’Oléacées la plus répandu en Amérique du Nord.
  • Frêne oxyphylle (Fraxinus angustifolia). Celui-là est une plante sauvage française qu’on trouve aussi dans tout le bassin méditerranéen.
  • Frêne élevé (Fraxinus excelsior). C’est le plus grand Frêne d’Europe. Il peut mesure jusqu’à 45 mètres de hauteur et est très commun. Médicinal, il pousse souvent en compagnie des Aulnes et Peupliers.
  • Frêne noir (Fraxinus nigra). Le Frêne Noir est une espèce de Frêne américaine. Cette espèce d’Oléacées porte aussi d’autres noms comme frêne de grève et de frêne gras.
  • Frêne à fleurs (Fraxinus ornus). Le Frêne à fleurs fait partie des différentes espèces de Frêne qu’on trouve naturellement en France à l’état sauvage.
  • Frêne à pétiole large (Fraxinus platypoda). Pour le coup, c’est une espèce de Frêne poussant en Chine et au Japon, mais toujours en régions tempérées.
  • Frêne rouge de Pennsylvanie (Fraxinus pennsylvanica). Une espèce de Frêne Américain qu’on plante toutefois en France comme arbre ornemental pour ses résistances face aux maladies, au vent et à son houppier moins large que d’autres espèces.
  • Frêne de Syrie (Fraxinus syriaca). Une espèce de Frêne suçon trouve en Syrie et au Turkestan. Il est petit, ne dépassant pas les 15 m, mais très résistant à la sécheresse.
  • Frêne de l’Arizona (Fraxinus velutina). Un des Frênes qui pousse aux États-Unis et au Mexique. On le trouve principalement dans l’Est américain.

Les Lilas (Syringa) – Oléacées à belles floraisons

fleurs de Lilas commun Oléacées
Fleurs de Lilas commun (Source Photo)

Qui ne connait pas les Lilas (Syringa) ?

C’est une plante qu’on voit souvent dans les parcs et jardins des villes grâce à la beauté de ses fleurs. Veuillez toutefois à ne pas le confondre avec d’autres espèces comme le Buddleia de David (Buddleja davidii) ainsi que le Lilas d’Inde (Lagerstroemia indica) qui n’appartient pas à la même famille.

Vous avez aussi le Lilas de Californie (Ceanothus sp.) qui appartient à la famille des Rhamnacées et non celle des Oléacées.

Les lilas sont de grands arbustes pouvant atteindre plus de 5 mètres de haut avec une belle floraison rose ainsi que des fruits capsules. Ils ont aussi des feuilles en triangle.

Enfin, passons aux principales espèces de Lilas.

  • Lilas commun (Syringa vulgaris). Celui-là, on le trouve dans le Sud de la France à l’état sauvage. Et dans les parcs et jardins. C’est l’espèce de véritable Lilas la plus commune en France.
  • Lilas de Perse (Syringa x persica). Le lilas de Perse est une espèce d’Oléacées d’origine horticole. Il résulte de l’hybridation de Syringa laciniata et Syringa afghanica. On le trouve seulement dans les parcs et jardins.
  • Lilas de Hongrie (Syringa josikaea). Cette espèce d’Oléacées se rencontre en Ukraine, en Russie et en Hongrie d’où son nom.
  • Lilas à petites feuilles (Syringa microphylla). C’est une espèce de Lilas de petite taille. Il ne dépasse pas les 2 mètres de hauteur et possède des feuilles plus petites que ses cousins.

Les Oliviers – Star des Oléacées

Oléacées famille botanique
Olives et rameaux d’Olivier Européen (Source Photo)

L’Olivier est l’espèce phare des Oléacées, et aussi une des plus conues. On l’utilise à la fois comme arbre ornemental grâce à la beauté de son feuillage, son tron devenant massif lorsqu’il est vieux et à sa faculté de résister au soleil ainsi qu’à la sécheresse.

Bien sûr, il sert à la production d’olive et d’huile d’olive qui sont à la fois comestibles et médicinales. Leurs fruits sont des drupes (les olives).

Mais saviez-vous qu’il existe plusieurs espèces d’Oliviers ? Voici les principales

  • Olivier européen (Olea europaea). L’Oliver européen est le plus connu. C’est avec lui qu’on obtient l’huile d’olive et on consomme abondamment ses fruits à travers le monde. C’est l’Olivier « classique » qu’on voit chez nous et qui pousse dans la Garrigue française.
  • Olivier du Cap (Olea capensis). Beaucoup plus grand que l’Olivier Européen, il peut mesure jusqu’à 40 mètres de hauteur. On le trouve dans le Sud de l’Afrique.
  • Bois d’olive blanc (Olea lancea). Cette petite espèce d’Olivier pousse à Madagascar.

Les Troènes (Ligustrum) – Oléacées toxiques

Troène commun avec feuilles et baies noires
Feuillage du Troène commun (Source Photo Monde Végétal)

Les Troènes sont aussi des plantes très connues de la famille des Oléacées. On utilise les Troènes principalement comme plante ornementale. En effet, avec la petite taille d’arbuste et surtout leur feuillage persistant ou semi-persistant, ils permettent de se cacher facilement de ses voisins.

D’où leur utilisation dans les jardins des particuliers. Avec leur belle floraison blanche et leurs baies noires, ils peuvent aussi s’utiliser en massifs.

Mais attention, les Troènes sont des plantes très toxiques. Ils peuvent même entrainer la mort en cas d’ingestion. Voyons ensemble les espèces de Troènes les plus communes en France.

  • Troène commun (Ligustrum vulgare). Toute simplement l’espèce de troène la plus commune de France. On le trouve d’ailleurs sur tout le territoire. Dans les bois, les clairières, les haies champêtres. Aussi, c’est la seule espèce indigène.
  • Troène à feuilles ovales (Ligustrum ovalifolium). Le Troène à feuilles ovales porte aussi le nom de Troène de Californie, mais il pousse normalement en Chine ainsi qu’au Japon.
  • Troène de Chine (Ligustrum sinense). Il peut devenir assez gros et même dépasser les 7 mètres de hauteur.
  • Troène luisant (Ligustrum lucidum). Le Troène luisant est plus grand qu’un simple arbuste. Il peut mesurer jusqu’à 14 mètres de hauteur.

Les Osmanthes (Osmanthus) – Oléacées piquantes

Osmanthe à feuilles de houx (Osmanthus heterophyllus)
Osmanthe à feuilles de houx (Source Photo)

Les Osmanthes sont des plantes qu’on utilise principalement comme arbustes ornementaux chez nous. Ils se caractérisent par une floraison blanche et proviennent d’Asie tempérée.

Parmi la trentaine d’espèce d’Osmanthes qu’on connaît, plusieurs ont des feuilles épineuses semblables aux feuilles de Houx. Ils ont aussi un feuillage persistant. Il ne tombe donc pas l’hiver.

Les différentes espèces de ces Oléacées qu’on peut croiser dans les jardins et parcs des villes sont :

  • Osmanthe à feuilles de houx (Osmanthus heterophyllus) dont les feuilles sont semblables aux feuilles de Houx bien qu’ils ne fassent pas partie des mêmes familles.
  • Osmanthus decorus (Osmanthus decorus). C’est une espèce d’Osmanthe qu’on associe aussi aux Filaires. Ainsi Phillyrea decoraet Osmanthus decorus désignent la même plante.
  • Olivier odorant (Osmanthus fragrans). Contrairement à son nom, l’Olivier odorant n’est pas un Olivier, mais une Osmante. Ses fleurs sont très parfumées.

Les Forsythias – très décoratifs

Forsythias à fleurs jaunes
Fleurs jaunes de Forsythias (Source Photo)

Les Forsythias sont très bien connus. Ils font partie des Oléacées qui offre la plus belle floraison jaune de printemps. Les Forsythias proviennent essentiellement d’Asie pour la plupart.

Et ce n’est qu’à partie de 1833 que le premier Forsythia arrive en Europe. Depuis, on les utilise comme arbustes ornementaux grâce à leur petite taille, leur facilité d’entretien et leur prix très abordable.

Au sein des Oléacées, ils ne représentent qu’une toute petite fraction des différences espèces végétales de cette famille.

Voici quelques espèces de Forsythias parmi les 7 espèces qu’on connait.

  • Forsythia vert (Forsythia viridissima). Le Forsythia vert fait partie des plantes sauvages d’Asie les plus résistantes au froid. Il peut descendre jusqu’à -30 degrés.
  • Forsythia intermédiaire (Forsythia x intermedia). D’origine horticole, le Forsythia intermédiaire s’utilise dans de nombreux parcs et jardins des villes. C’est une des espèces les plus communes chez nous.
  • Forsythia de Corée (Forsythia koreana). Le Forsythia de Corée porte aussi le nom de Corail dorée ou Gaenari.

Les Jasmins (Jasminum) – Oléacées grimpantes

jasmin d'hiver
Fleurs de Jasmin d’Hiver (Source Photo)

Les Jasmins appartiennent à la famille des Oléacées. Mais quand je parle de Jasmin, je parle de véritables Jasmins. Ainsi, le Jasmin étoilé (Trachelospermum jasminoides) n’appartient pas à la famille des Oléacées. Mais à celle des Apocynacées. C’est donc plus un cousin de la Petite Pervenche que de l’Olivier.

Les Jasmins sont des plantes sauvages pour la plupart, horticoles pour d’autres, qui ont la particularité d’être des lianes ligneuses.

Et parmi les différentes espèces de jasmins de la famille des Oléacées, nous avons:

  • Jasmin ligneux (Jasminum fruticans). C’est une des rares espèces de Jasmins à pousser naturellement en France.
  • Jasmin rose (Jasminum polyanthum). Originaire de Chine, il devient maintenant envahissant en Australie et en Nouvelle-Zélande.
  • Jasminum officinale (Jasminum officinale). On l’appelle aussi Jasmin Blanc qu’on utilise dans les parfumeries.
  • Jasmin d’Espagne (Jasminum grandiflorum). Le Jasmin d’Espagne poussent à l’origine dans l’Himalaya. Parmi les Jasmins, c’est le plus parfumé.
  • Jasmin sambac (Jasminum sambac). C’est l’espèce qu’on utilise pour le Thé au Jasmin en Asie.
  • Jasmin d’hiver (Jasminum nudiflorum). Les Jasmins d’hiver sont les plus utilisé dans les parcs et jardins de France grâce à leur belle floraison jaune en hiver.

Les Filaires (Phillyrea) – Plantes médicinales

Filaire à large feuille (Phillyrea latifolia) ou Filaire à feuilles étroites (Phillyrea angustifolia)
Filaire à l’état sauvage (Source Photo)

Les Filaires font partie des Oléacées les moins connues. Pourtant ils sont très intérassant d’un point de vu médicinal. On les utilise aussi dans les jardins pour crééer une ambianc rapellant le sud de la France : la Garrigue.

On les trouve justement dans le Sud de la France, aux côtés de l’Olivier, du Chêne Kermès ainsi que du Chêne Vert ou de l’Arbousier.

Ils ne comportent que deux seules espèces. Deux espèces indignes qui plus est, à savoir :

  • Filaire à large feuille (Phillyrea latifolia). Dont il est difficile de faire la différence avec de jeunes plants d’Olivier sans olives et sans fleurs.
  • Filaire à feuilles étroites (Phillyrea angustifolia). Le Phillyrea angustifolia aime le vent méditerranéen et supporte très bien les fortes chaleurs.

Cet article sur la famille des Oléacées touche maintenant à sa fin. J’espère donc qu’il vous aura plu.

Article Précédent

Galerie Photo d’Hellébore fétide

Article Suivant

COMMENT FAIRE LA DIFFÉRENCE ENTRE CHÊNE VERT ET CHÊNE KERMÈS ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

RECONNAÎTRE & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître et utiliser les plantes (recettes et remèdes).