• Type:

Les Cupressacées (Cupressaceae)

Les Cupressacées (Cupressaceae) représentent une famille Botanique de conifères comptant environ 150 espèces réparties en plus ou moins 30 genres distincts. Dans cette famille, on y retrouve par exemple les Genévriers ou le Cyprès de Provence.

Les espèces de cette famille sont très proches de celle des Pinacées, famille avec laquelle les Cupressacées battent de nombreux records du monde.

Les Cupressacées poussent aussi sur une très large partie du globe et s’adaptent bien dans des milieux difficiles. On les apprécie aussi énormément comme plantes ornementales, mais certaines espèces font également partie des plantes médicinales ou aromatiques.

Découvrons donc les caractéristiques de cette famille et les espèces qui la compose.

 

 

Du changement dans cette famille

Avec les progrès de la recherche moléculaire, la famille des Cupressacées a quelque peu changé. Voyons ensemble ces nouvelles modifications.

Avant le progrès technolgoique et l’apparition de nouvelles méthodes de classification moléculaires, on classait les plantes selon leurs ressemblances.

Mais avec les progrès de la science, les classifications ont évolués. Et désormais, d’anciennes familles ont disparues, souvent intégrées dans des familles botaniques plus grandes.

C’est aussi le cas pour les Cupressacées qui voient leur nombre grandir au détriment de certaines familles. 

Par exemple, les plantes de la famille des Taxodiacées ont été déplacés à l’intérieur de la famille des Cupressacées. Les genres Athrotaxis, Cryptomeria, Cunninghamia, Glyptostrobus, Metasequoia, Sequoia, Sequoiadendron, Taiwania et Taxodium ont été donc déplacés chez les Cupressacées.

Mais le genre Sciadopitys fait désormais partie des Sciadopityaceae. 

 

Sous-famille des Cupressacées

De nos jours, on sépare la famille des Cupressacées en plusiuers sous-familles que voici :

  • Athrotaxidoideae : qui comprend le seul genre Athrotaxis comprenant lui-même 3 espèces : Athrotaxis selaginoides, Athrotaxis × laxifolia et Athrotaxis cupressoides.
  • Callitroideae : dans la sous-famille des Callitroideae, on retrouve les genres suivants : Actinostrobus, Austrocedrus,  Callitris, Diselma, Fitzroya, Libocedrus, Neocallitropsis, Papuacedrus, Pilgerodendron et Widdringtonia. Mais finalement, il y a peu d’espèces dans cette sous-famille. Comptez environ une vingtaine d’espèces différentes.
  • Cunninghamioideae : la sous-famille des Cunninghamioideae ne comprend qu’un seul genre : Cunninghamia. Lui même représenté par seulement deux espèces (Cunninghamia konishii & Cunninghamia lanceolata).
  • Cupressoideae : c’est sans doute la plus importante des sous-familles des Cupressacées puisqu’on y retrouve tous les genres les plus importants : Cupressus, Thuya, Juniperus, Chamaecyparis et Calodecrus. Mais on y retrouve aussi des genres plus méconnus comme  Fokienia, Hesperocyparis, Microbiota ou encore Tetraclinis pour ne citer qu’eux.
  • Sequoioideae : c’est dans cette sous-famille qu’on retrouve les géants parmi les géants : les Séquoias. 3 genres pour seulement 3 espèces : Sequoia sempervirens, Sequoiadendron giganteum et Metasequoia glyptostroboides.
  • Taiwanioideae : et enfin la sous-famille des Taiwanioideae qui ne comprend qu’un seul genre et une seule espèce : Taiwania cryptomerioides.

PRINCIPAUX GENRES ET ESPÈCES

Puisque la famille des Cupressacées comprend une trentaine de genre, voyons les plus importants.

La famille des Cupressacées reste une petite famille botanique puisqu’elle ne comprend qu’une trentaine de genres divisés en 150 espèces. Voici donc la liste des genres les plus importants 

LES CYPRÈS VÉRITABLES : les rois des Cupressacées

Cyprès Cupressus Cupressacées Cyprès d'Italie

Cupressus sempervirens – Photo de Monde Végétal

On compte plus ou moins 35 espèces de Cyprès à travers le monde. Les plus connues étant le Cyprès de Provence et le Cyprès d’Arizona, très apprécié pour son feuillage bleuté.

Les Cyprès véritables appartiennent au genre Cupressus. Car il y a aussi les faux Cyprès, qui eux appartiennent à d’autres genres et avec qui ont peut les confondre facilement.

Chacune de ces espèces développe une forme plus ou moins élancée. Avec des variétés cultivées en Totem très appréciées dans les parcs et jardins.

Mais les Cyprès sont aussi souvent utilisés comme plantes médicinales.

LES GENEVRIERS (Juniperus) : les Cupressacées les plus communs

Genévrier Cade Juniperus oxycedrus Cupressacées

Juniperus oxycedrus – Photo de Monde Végétal

On estime qu’il existe près de 80 espèces de Genévriers (Juniperus) à travers le monde. La plupart de ces espèces poussent dans l’hémisphère nord.

Les plus connus sont le Genévrier Commun, le Genévrier Cade, le Genévrier de Phénicie ou encore le Genévrier Sabine très toxique.

On reconnaît facilement les genévriers par leurs cônes en forme de baies. Il va de soi que ce type de cône n’est bien sûr pas une baie.

Pour le feuillage, on distingue deux types : le feuillage en écailles et le feuillage en aiguilles. Dans tous les cas, les Genévriers sont des plantes de garrigues parfaitement adaptées à la chaleur et à la sécheresse.

LES CHAMAECYPARIS : les faux Cyprès

Chamaecyparis lawsoniana Allumi Cupressacées des jardins

Chamaecyparis lawsoniana ‘Allumi’ – Source Photo

Chez les Cupressacées, il existe deux genres botaniques qui se ressemblent énormément : Cupressus & Chamaecyparis.

Et Chamaecyparis concentre les Faux Cyprès. D’ailleurs, certaines de ces espèces sont très connues comme le Cyprès de Lawson.

Très résistants à la fois au climat et à la taille, on trouve les Chamaecyparis de plus en plus dans nos parcs et jardins. Notamment dans les haies.

Mais à l’origine, ces arbres proviennent d’Amérique du Nord pour la plupart. Même si certaines espèces comme le Cyprès de Taiwan (Chamaecyparis formosensis) pousse en Asie du Sud-Est.

LES THUYAS : de grandes Cupressacées odorantes

Thuya Géant Thuya occidentalis Cupressacées

Thuja occidentalis – Source Photo

En plus des Faux Cyprès, un autre genre peut facilement se confondre avec les vrais Cyprès : les Thuyas.

On les reconnaît par leurs feuilles en forme d’écailles, mais contrairement aux Cyprès, ils forment des cônes allongés et non en forme de boules.

Certaines espèces comme le Thuya Occidental font aussi partie des plantes médicinales malgré leur toxicité en raison de la présence de Thuyone, un composé toxique.

Dans tous les cas, les Thuyas proviennent soit d’Amérique du Nord, soit d’Asie tempérée.

Mais on les retrouve souvent dans nos parcs et jardins, notamment en haies. 

CALODECRUS : de grandes Cupressacées ressemblant aux Séquoias

Calocèdre Cèdre à encens Calocedrus Cupressacées

Calocedrus decurrens – Photo de Monde Végétal

Dans le monde, on compte normalement 4 espèces de Calocèdres. Bien qu’on les appelle aussi Cèdres à encens, ils n’ont rien à voir avec les véritables Cèdres du genre Cedrus.

Les Calocèdres sont de grands arbres originaires de Chine et d’Amérique du Nord. Certains spécimens dépassent les 60 mètres de hauteur. Mais en Europe, ils sont plus petits.

Le plus connu d’entre eux est le Cèdre blanc de Californie (Calocedrus decurrens) qui pousse en compagnie du Sapin de Douglas dans la Nature.

De loin on peut les confondre avec les Séquoias. Mais leur écorce ainsi que leurs cônes sont bien différents.

TAXODIUM : les Cupressacées les plus résistants à l'eau

Taxodium distichum Cyprès Chauve Cyprès des Marais

Taxodium distichum – (Source Photo)

Peut-être que le nom de Taxodium ne vous dit rien ?

Pourtant, si vous avez déjà vu un film tourné dans les Bayous marécageux de la Louisiane et de la Floride, vous avez forcément déjà vu un des plus célèbres représentant du genre.

Qu’on l’appelle Cyprès Chauve ou Cyprès des Marais, Taxodium distichum est une des Cupressacées les plus résistantes à l’eau.

Comme les 2 autres espèces de Taxodium d’ailleurs. 

Ce genre a la particularité de produire des pneumatophores : des sortes d’excroissances au niveau des racines qui permet alors à l’arbre de respirer même dans les zones constamment submergées.

 

LES SÉQUOIAS : nouvellement rattachés aux Cupressacées

Sequoiadendron giganteum Séquoia Géant Cupressacées

Sequoiadendron giganteum – Photo de Monde Végétal

Tout le monde a déjà entendu parler des Séquoias tant ils sont grands. On les considère d’ailleurs comme les plus grands arbres du monde.

Mais ce sont aussi des géants menacés. Autrefois présents sur l’ensemble de l’hémisphère nord, on ne trouve les Séquoias plus que dans une mince bande dans l’Ouest Nord Américain.

Il ne reste aujourd’hui que deux espèces de « Séquoias ».

La première, le véritable Séquoia, avec le Séquoia à feuilles d’If (Sequoia sempervirens) qu’on confond avec une fausse espèce de Séquoia : le Séquoia Géant, représenté par Sequoiadendron giganteum.

Car oui, le Séquoia Géant n’est pas un véritable Séquoia malgré sa ressemblance de loin.

CALLITRIS : des espèces de Cupressacées méconnues

Callitris rhomboidea Cupressacées Cupressaceae

Callitris rhomboidea – Source Photo

En Europe, le genre Callitris est totalement méconnu. Pourtant, on compte au moins 16 espèces appartenant à ce genre botanique.

La plupart de ces espèces poussent normalement en Océanie et tout particulièrement en Australie ainsi qu’en Nouvelle-Zélande.

Ce qui en fait les Cupressacées les plus méridionaux de la planète. 

Comparés à certains de leurs cousins, ils sont plutôt petits avec 25 m au maximum en général.

Adaptés à la sécheresse, leurs cônes ne s’ouvrent qu’après les incendies. Permettant ainsi de coloniser rapidement un nouveau milieu.

LIBOCEDRUS : toujours dans les Cupressacées méconnues

Libocedrus plumosa une espèce rare

Libocedrus plumosa – Source Photo

Si vous habitez en Europe, il est très probable que vous n’ayez ni jamais vu, ni entendu parler des Libocèdres (Libocedrus).

Et c’est normal puisque ces arbres poussent en Nouvelle Calédonie et en Nouvelle-Zélande.

Ils ressemblent aux Thuyas et Calocèdres primitifs bien qu’ils soient différents lorsqu’on regarde attentivement.

Leurs feuilles ont une forme d’écaille plus ou moins aplatie selon les espèces.

La plupart de ces espèces, comme Libocedrus austrocaledonicus sont menacées par la destruction de leur habitat.

+ D'AUTRES GENRES MÉCONNUS

Neocallitropsis un genre de Cupressacées méconnue

Neocallitropsis (ou Callitris) pancheri – (Source Photo)

Bien sûr, il existe d’autres genres de plantes appartenant à la famille des Cupressacées. 

Et beaucoup de ces genres ne comprennent que 1, 2 ou 3 espèces. On peut par exemple citer : 

Actinostrobus, Athrotaxis, Austrocedrus, Cryptomeria, Cunninghamia, Diselma, Fitzroya, Fokienia, Glyptostrobus, Metasequoia, Microbiota, Neocallitropsis, Papuacedrus, Pilgerodendron, Platycladus, Taiwania, Tetraclinis, Thujopsis et les bien menacés Widdringtonia.

La plupart de ces espèces sont des reliques du passé et sont maintenant menacées par la destruction de leur habitat. 

Certaines de ces Cupressacées ont la chance d’avoir un intérêt ornemental et sont donc parfois cultivés dans les parcs et jardins.

RECONNAÎTRE LES CUPRESSACÉES

Quelles sont les caractéristiques majeures pour reconnaître les Cupressacées ?

Comme toutes les autres familles botaniques, les plantes appartenant à la famille des Cupressacées développent des caractéristiques qui leur sont propres. Et nous allons donc voir quelles sont ces caractéristiques. 

Ainsi, vous allez plus facilement reconnaître ces plantes et éviter les confusions.

#1 - LES CUPRESSACÉES SONT DES ARBRES

Déjà, premier critère pour reconnaître les Cupressacées : ce sont tous des arbres.

Enfin plus précisément des plantes ligneuses. Car même si certaines espèces ne sont que des arbustes de petite taille comme le Genévrier de Phénicie qui ne dépasse généralement pas 8 mètres de haut, toutes les espèces de Cupressacées sont bel et bien des plantes ligneuses.

Il n’y a donc aucune plante herbacée dans cette famille contrairement à la famille des Brassicacées, Astéracées ou des Lamiacées où les plantes ligneuses sont rares.

La raison est simple. Puisque les Cupressacées appartiennent à l’ordre des Gymnospermes, ils ne peuvent pas être des plantes herbacées. Les dernières herbacées Gymnospermes ne se trouvent maintenant qu’à l’état de fossile.

#2 - LES CUPRESSACÉES ONT DES FRUITS EN FORME DE CÔNES

cônes fruits du Cyprès d'Arizona

Cupressus arizonica 

cônes fruits du Genévrier Commun

Juniperus communis

cônes fruits du Thuja occidentalis

Thuja occidentalis (Source)

Puisque les Cupressacées sont des Gymnospermes, elles ne vont pas développer le même type de fruits que les Angiospermes (plantes à fleurs).

Comme chez leurs cousines les Pinacées, les Cupressacées développent des structures en forme de cônes. Mais contrairement aux Pinacées comme les Pins, Sapins ou Cèdres, les Cupressacées ne développent pas de « pommes de pins ».

Les cônes des Cupressacées servent aussi à différencier les genres au sein de cette famille, car ils n’ont pas tous la même forme. Mais différencier chaque espèce de chaque genre simplement grâce aux cônes reste difficile.

  • Chez les Cyprès, le Cône aura un aspect de grosse boule ligneuse arrondie un peu bosselée. Une fois à maturité, les valves s’ouvrent pour laisser s’échapper les graines.
  • Chez les Genévriers, les cônes eux, on une forme de baie. On parle alors de cônes bacciformes. Ce genre est le plus simple à identifier dans cette famille. Mais faire la différence entre toutes les espèces de Genévriers reste difficile.
  • Les Thuyas, eux, développent des cônes élancés à valves mesurant environ 1 cm de long. Leur pollen est souvent allergisant.
  • Chez les Séquoias, que ce soit chez le Séquoia Géant (Sequoiadendron giganteum) ou le Séquoia à feuilles d’If (Sequoia sempervirens), les cônes ressemblent à des cônes de Cyprès (Cupressus) plus allongés. Il en est de même pour les Métaséquoias. 
  • Enfin, pour citer un dernier exemple, chez les Cyprès Chauves (Taxodium) les cônes ont une forme entre ceux du Cyprès et des Séquoias.

#3 - LES CUPRESSACÉES ONT DES FEUILLES EN ÉCAILLES OU EN AIGUILLES

feuillage en écaille du Cyprès de Provence Cupressus sempervirens

Cupressus sempervirens 

Verticille d'aiguilles comme chez le Genévrier Cade

Juniperus oxycedrus

feuilles an aiguilles aplaties du Séquoia sempervirens

Sequoia sempervirens (Source)

En plus des cônes, une autre différence majeure pour reconnaître une plante de la famille des Cupressacées réside dans les feuilles. Et on distingue deux types de feuilles selon les espèces : des feuilles en écailles ou des feuilles en aiguilles.

En dehors des Genévriers qui peuvent présenter les deux caractéristiques à la fois, les autres espèces sont normalement soit à écailles, soit à aiguilles.

Et en dehors des Genévriers, les aiguilles ne piquent pas. Mais on note plusieurs configurations possibles :

  • Présence d’écailles : elles peuvent être parfaitement applaties comme chez le Cyprès de Provence, ou avec des bords légèrement piquants comme chez le Thuya géant (Thuja plicata).
  • Verticille de 3 : chez certaines espèces de Genévriers comme chez le Genévrier Cade et Commun, les aiguilles sont piquantes et poussent en verticilles. 
  • Feuilles en aiguilles : Les Taxodiums ou Sequoias (véritables séquoias) développent des feuilles en forme d’aiguilles ressemblant beaucoup aux feuilles d’Ifs (Taxus) plutôt qu’à celles des Sapins (Abies) et (Épicéas).  Leurs aiguilles ne piquent pas. 

La plupart des espèces de la famille des Cupressacées ont un feuillage persistant. Mais il peut arriver à certaines espèces de perdre leur feuillage comme le Cyprès Chauve (Taxodium distichum).  Ce phénomène est plutôt rare dans la famille, alors on peut la considérer comme une famille d’arbres à feuillage persistant.

Rappelez-vous simplement que certaines espèces de Taxodiums peuvent perdre leurs feuilles.

Du fait de la ressemblance entre les feuilles des Taxodiums et celles des Ifs, on peut parfois confondre les deux. Pourtant, les Taxus appartiennent à la famille des Taxacées et non à celle des Taxodiacées nouvellement inscrite dans la famille des Cupressacées.

 

#4 - LES CUPRESSACÉES SONT MONOÏQUES

Parlons maintenant d’une autre particularité des Cupressacées. Ce sont toutes des plantes monoïques.

C’est-à-dire qu’un individu présente les deux sexes. Mais que ces sexes (mâle ou femelle) sont séparés sur le même pied. Autrement dit, un individu fait ses fleurs mâles d’un côté et ses fleurs femelles de l’autre.

Cette séparation des sexes se vérifie lors de la floraison. Bien que les cônes mâles n’aient pas toujours la même couleur chez toutes les espèces, ils sont constamment discrets.

Certaines espèces comme les Genévriers sont dioïques. Autrement dit, les individus sont soit mâles, soit femelles. Vous ne pourrez donc pas observer des fruits chez les individus mâles.

Dans tous les cas, la pollinisation des Cupressacées n’a pas besoin des insectes. Elle se fait par le vent.

#5 - AUTRES PARTICULARITÉS DES CUPRESSACÉES

La plupart des espèces de la famille des Cupressacées dégage une bonne odeur aromatique de résine. Pourquoi ? Car ce sont des plantes riches en huiles essentielles.

On voit donc souvent ses plantes dans les produits cosmétiques, pharmaceutiques ou homéopathiques.

L’écorce de ces espèces est aussi souvent épaisse. La plupart de ces espèces sont très bien adaptées à la sécheresse, et elles ont donc développé une écorce large et fibreuse qui leur sert de protection contre les incendies.

Cette écorce est plutôt molle en comparaison à l’écorce d’autres arbres.

Utilisations des cupressacées

Voyons ensemble certaines des utilisations les plus connues de plantes de cette famille.

Puisqu’il existe au moins une centaine d’espèces de Cupressacées, il sera difficile de résumer toutes les utilisations qu’il est possible de faire avec ces plantes.

Néanmoins, on distingue 4 grandes catégories : aromatiques, médicinales, ornementales et bois utiles.

 

LES CUPRESSACÉES SONT DES PLANTES ORNEMENTALES

La principale raison d’utiliser les Cupressacées réside dans leurs atouts ornementaux. 

En effet, la plupart de ces plantes donnent de très beaux résultats dans les parcs  et jardins. Selon les espèces, les utilisations ornementales ne sont pas les mêmes.

Par exemple, les Séquoias Géants auront une place de choix isolé en plein milieu d’un parc. Les passants profiteront alors de leur immensité.

Pour les lacs d’inspiration asiatique, les Métaséquoias, qu’on appelle aussi Sapin d’eau, donneront tout de suite du cachet à un étang. Alors que pour les allées et les cimetières, les vénérables Cyprès de Provence marqueront le paysage.

N’oublions pas non plus les haies taillées. Nulle autre pareil que les Thuyas et Chamaecyparis pour résister à l’appétit des cisailles mécaniques.

Enfin, planté dans les massifs, certaines variétés naines serviront à donner du volume aux parterres de fleurs. 

LES CUPRESSACÉES SONT PARFOIS DES PLANTES AROMATIQUES

Certaines espèces de Cupressacées font partie des plantes aromatiques. Et certaines sont mêmes beaucoup utilisées ! 

C’est par exemple le cas pour les Genévriers, et plus précisément pour le Genévrier Commun (Juniperus communis) qui produit les baies de genièvre qu’on retrouve dans la choucroute.

Par contre, on ne peut pas considérer ces plantes comme des plantes comestibles. La texture de leur feuillage est beaucoup trop robuste.

Manger ces plantes sera désagréable. On se contente d’utiliser simplement les Genévriers et Cyprès pour parfumer les plats. Les autres n’ont aucun intérêt pour la cuisine.

CE SONT AUSSI DES PLANTES MÉDICINALES POUR CERTAINES

Le monde des plantes médicinales est vaste. Il est donc tout à fait normal de retrouver certaines plantes de cette famille dans les remèdes de grands-mères.

Voici quelques exemples

  • SEQUOIA GÉANT : on utilise le Séquoia Géant plutôt en gemmothérapie. Il aurait des propriétés stimulantes de l’activité ostéoblastique. Il aiderait aussi à la consolidation des fractures en assurant une meilleure minéralisation. On lui prête aussi d’autres propriétés comme le rééquilibrage de la prostate et il serait tonique sexuel.
  • GENÉVRIER COMMUN : le Genévrier Commun est une plante utilisée à la fois en phytothérapie, en aromathérapie et en gemmothérapie. On lui prête de nombreuses propriétés médicinales comme remède hépatique, diurétique, digestif, emménagogue ou encore carminatif.
  • CYPRÈS COMMUN : le Cyprès Commun, qu’on appelle aussi Cyprès de Provence ou Cyprès d’Italie, n’est pas qu’une plante ornementale puisqu’il s’utilise à la fois en phytothérapie et aromathérapie. Pour celui-ci, on lui prête des effets vasoconstricteurs, astringents et hémostatiques, car c’est une plante riche en tanins.
  • GENÉVRIER CADE : enfin, pour terminer sur les quelques exemples de plantes médicinales, parlons rapidement du Genévrier Cade (Juniperus oxycedrus). C’est une plante connue de l’aromathérapie car riche en huiles essentielles. Il a des propriétés cicatrisantes, répulsives contre les insectes ou encore entre dans la composition de différents produits en cosmétiques.

UN BOIS UTILE

Comme toutes les Cupressacées sont des arbres, on peut bien sûr parler de leur bois. D’autant plus que certaines espèces sont très intéressantes pour plusieurs raisons.

Par exemple, les Genévriers sont les rares arbres à réussir à pousser dans les milieux les plus secs. Ils sont donc pour certaines populations Africaines ou du Moyen-Orient, la seule source de bois d’œuvre de construction et de chauffage.

D’autres spécimens comme les Thuyas, offrent un bois largement exploité en Amérique du Nord. On les trouve d’ailleurs sous l’appellation Cèdre Rouge. D’autres essences forestières comme le Cèdre Blanc de Californie, une autre espèce de Thuya, est également appréciée.

Malgré leur taille imposante, les Séquoias n’offrent pas de bois très intéressant. Et heureusement pour eux ! 

RECORD DU MONDE CHEZ LES CUPRESSACÉES

Voyons ensemble certaines des utilisations les plus connues de plantes de cette famille.

Hypérion plus grand arbre du monde Cupressacées

Hyperion (Source)

Général Sherman arbre le plus imposant du monde

Général Sherman (Source)

arbre de tule

Arbre de Tule (Source)

La famille des Cupressacées comprend certains des plus beaux records du monde des plantes.

  • L’ARBRE LE PLUS GRAND : il y a débat sur l’arbre le plus grand du monde. Certains pensent qu’il s’agisse d’un Eucalyptus regnans mesurant potentiellement 132,60 mètres. Mais ce record fait encore débat de nos jours. Le plus grand arbre du monde encore debout s’appelle Hyperion et mesure 116 mètres de hauteur. Il s’agit d’un Séquoia à feuilles d’if de Californie du Nord.
  • L’ARBRE LE PLUS VOLUMINEUX : en ce qui concerne l’arbre le plus volumineux du monde, nous avons encore affaire à une plante de la famille des Cupressacées. Et cette fois-ci, c’est une autre espèce de Séquoia : le Séquoia Géant représenté par un arbre nommé Général Sherman. D’un âge vénérable de 2200 ans, ce titan a développé un tronc de 1 487 m³. 
  • L’ARBRE LE PLUS LARGE : toujours dans le classement des plus large, nous retrouvons une autre Cupressacée. Cette fois-ci, c’est L’arbre de Tule, un Cyprès de marais mexicain (Taxodium mucronatum). Cet énorme arbre a un tronc monumental de 42 mètres de circonférence.
  • L’ARBRE LE PLUS LOURD JAMAIS PESÉ : L’arbre le plus lourd serait encore un arbre de la famille des Cupressacées. Et on a déjà parlé de lui : le Général Sherman. Avec un tel volume de bois, on estime que son poids est de 6 167 tonnes. Espérons simplement qu’on ne l’abattra jamais pour connaître son poids exact.
Article Précédent

Iyokan(Citrus iyo) : un agrume Japonais méconnu

Article Suivant

LES DIFFÉRENTES ESPÈCES DE SÉQUOIAS

2 commentaires

  1. Très intéressant et rare. C’est le genre de connaissances que l’on ne trouve guère et donc Merci.
    J’ai réalisé un jardin ‘Remarquable ‘ avec quelques Cupressacées : 10 Metasequoia différents, 15 Taxodium différents, Chamaecyparis, Calocedrus, Sequoia sempervirens et Séquoiadendron, Cephalotaxus.
    J’aimerais bien vous rencontrer éventuellement chez moi en Ardèche.

    1. Bonjour Raphaël. Et merci beaucoup pour votre commentaire. Peut-on continuer en privée par mail ou sur les réseaux sociaux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

IDENTIFIER, CULTIVER & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître, cultiver et utiliser les plantes (recettes et remèdes).