• Type:

Les Différentes Espèces de Taxodiums

Connaissez-vous les différentes espèces de Taxodiums ? Vous savez, les Cyprès des Marais qu’on peut voir  à la fois au Mexique, en Floride ou en Louisiane ?

Si ce n’est pas le cas, vous tombez bien, on regarde ensemble et en images, les espèces appartenant au genre Taxodium.

AU PROGRAMME :

Présentation du genre Taxodium

Avant de connaître les différentes espèces de Taxodiums, encore faut-il savoir ce que sont les Taxodiums

différentes espèces de Taxodiums genre botanique

Quelques Taxodiums (Source Photo)

Premièrement, le genre Taxodium est un tout petit genre botanique.

Il ne comprend en effet seulement 3 espèces de Taxodiums encore vivantes de nos jours.

Ces espèces sont toutes de grands arbres. Et plus précisément des conifères. Ce sont donc des Gymnospermes.

Auparavant inscrits dans la famille des Taxodiacées, ils font désormais partie de celle des Cupressacées où ils ont été déplacés dans la sous-famille des Taxodioidées.

Ils sont ainsi très proches des Cypromeria et Glyptostrobus eux-mêmes inscrits dans la sous famille des Taxodioidées.

  • CARACTÉRISTIQUES DES TAXODIUMS

Comme je vous l’ai dit, les Taxodiums sont des arbres. Ces grands conifères ont un nom latin qui signifie « qui ressemble à l’If (Taxus). La raison ? Parce que leur feuillage ressemble effectivement aux feuilles des Ifs.

Nous sommes donc sur des conifères à aiguilles molles, en balais et non à aiguilles piquantes en pinceaux comme chez les Pins. Aussi, les Taxodiums ne développent pas de feuilles en écailles comme chez les Cyprès, les Genévriers ou les Thuyas.

Par contre, contrairement à la plupart des Conifères qui ont un feuillage persistant, toutes les espèces de Taxodiums ne gardent pas toujours leurs feuilles. En effet, sur les 3 espèces vivantes de nos jours, 2 ont un feuillage caduc. On les reconnaît donc assez facilement en hiver.

Leurs cônes (« pomme de pin ») ne ressemblent pas à celles des Sapins (Abies), ni à celles des Épicéas (Picea). Ils forment plutôt des sortes de boules plus ou moins globuleuses assez caractéristiques de la famille des Cupressacées.

Enfin, un autre signe caractéristique : les pneumatophores. Les pneumatophores sont des racines aériennes spécialisées et très caractéristiques du genre Taxodium. Elles permettent à ces arbres de pousser dans des milieux constamment inondés.

Par conséquent, les différentes espèces de Taxodiums poussent dans des milieux types marécages, notamment les Bayous de Floride. Mais les Taxodiums, naturellement originaires d’Amérique du Nord et du Sud, sont maintenant plantés un peu partout dans le monde pour leur beauté.

CONFUSIONS POSSIBLES :

Les Taxodiums peuvent se confondre avec d’autres Cupressacées qui leur ressemblent :

  • Métaséquoia de Chine (Metasequoia glyptostroboides)
  • Cyprès chinois des marais (Glyptostrobus pensilis)
  • Kahikatea (Dacrycarpus dacrydioides) qui appartient aux Podocarpacées.

Cyprès Chauve - Taxodium distichum

Dans cette liste sur les différentes espèces de Taxodiums, c'est le plus connus

Cyprès Chauve, Cyprès de Louisiane Taxodium distichum

Cyprès Chauve (Source Photo)

Bien qu’on l’appelle Cyprès Chauve ou Cyprès de Louisiane, Taxodium distichum n’appartient pas au genre des Cyprès (Cupressus). 

Le Cyprès Chauve porte son nom en raison de son feuillage caduc. C’est donc une des deux espèces de Taxodiums à perdre ses feuilles.

Aussi, il fait partie des arbres les mieux adaptés aux milieux humides. On le trouve en effet dans les Bayous de Louisiane et dans les marécages de Floride.

D’ailleurs, le Cyprès Chauve est l’arbre emblème de Louisiane.

Il a été introduit en Europe en 1637.

 

  • RECONNAÎTRE LE CYPRÈS CHAUVE
  • Le Cyprès Chauve porte bien son nom, car il fait partie des espèces de Taxodiums caduques. Il perd donc ses feuilles en hiver.
  • Il ressemble à Taxodium mucronatum, car ses feuilles mesurent de 1 à 1,6 cm de long sur 1 à 2 mm de large. Elles sont aussi disposées en spirales sur les rameaux, mais tordues à leur base. Par contre, ses feuilles sont un peu plus claires et fines. 
  • Ses cônes femelles sont globuleux, et mesurent de 2 à 3,5 cm de diamètre. Ils sont donc un peu plus gros que ceux de Taxodium mucronatum.
  • Contrairement à Taxodium mucronatum, Taxodium distichum produit des pneumatophores en toutes circonstances.
  • Résiste mieux au froid que les autres espèces de Taxodiums. On le trouvera donc plus facilement en Europe et en Amérique du Nord dans les parcs que ses cousins.
feuillage de Taxodium distichum une des différentes espèces de Taxodiums

Feuillage (Source Photo)

Exemple de pneumatophore qu'on trouve chez les espèces de Taxodiums

Pneumatophores (Source Photo)

Cyprès chauve en automne une des espèces de Taxodiums à feuillage caduc

Couleurs d’Automne (Source Photo)

Cyprès de Marais Mexicain - Taxodium mucronatum

Parmi les différentes espèces de Taxodiums, le Cyprès de Marais Mexicain tient un record du monde

Le cyprès de marais mexicain Taxodium mucronatum

Cyprès de Marais Mexicain (Source Photo)

Encore une fois, le Cyprès de Marais Mexicain (Taxodium mucronatum), qu’on appelle aussi Cyprès de Montézuma, ne fait pas partie des véritables Cyprès (Cupressus).

Par contre, son nom montre effectivement son origine. Et on le trouve naturellement au Mexique ainsi que dans les pays voisins. 

Au Mexique, on le reconnaît d’ailleurs à la fois comme arbre national, mais aussi comme arbre religieux. Que ce soit dans les rites catholiques ou dans les rites des religions pré-colombiennes.

On le cultive aussi massivement pour des raisons ornementales. Comme son cousin, le Cyprès Chauve, il supporte extrêmement bien l’excès d’eau.

Il vit traditionnellement dans les marais, marécages et berges de rivières entre 300 et 2500 mètres d’altitude.

FUN FACT : l’arbre le plus large au monde est un Cyprès de Marais Mexicain. Et en effet, l’Arbre de Tule au Mexique, vieux de +/- 2000 ans possède un tronc monumental de 42 mètres de circonférence.

 

  • RECONNAÎTRE LE CYPRÈS DE MARAIS MEXICAIN
  • Contrairement au Cyprès Chauve, le Cyprès de Marais Mexicain possède un feuillage persistant et non caduc. Selon le climat, le Cyprès de Marais Mexicain peut avoir un feuillage semi-persistant.
  • Feuilles en forme d’aiguilles molles et non piquantes. Elles sont disposées en spirales sur les rameaux, sont tordues à leur base et mesurent 1 à 2 cm de long sur 1 à 2 mm de large.
  • Cônes ovoïdes de 1,5 à 3 cm de long sur 1 à 2 cm de large.
  • Ne produit pas toujours de pneumatophores (racines aériennes spécialisées), même s’il supporte bien les milieux humides. En fait, il ne les développe qu’en zones immergées. Pas sur terre ferme.
  • Moins rustique de Taxodium distichum qui tolère -20°C. 
feuilles du cyprès de marais mexicain Taxodium mucronatum une des différentes espèces de Taxodiums

Feuillage (Source Photo)

Taxodium mucronatum différentes espèces de Taxodiums cônes

Jeune Cône Femelle (Source Photo)

Arbre de Tule Taxodium mucronatum

Arbre de Tule (Source Photo)

Cyprès des Marais - Taxodium ascendens

C'est le moins connu des 3 espèces de Taxodiums de cette liste

Taxodium ascendens, c'est la plus simple des espèces de Taxodiums à reconnaître

Cyprès des Marais (Source Photo)

Le Cyprès des Marais (Taxodium ascendens) est certainement le moins connu des 3 espèces de Taxodiums encore en vie.

Mais c’est aussi le plus simple à reconnaître vous allez voir. On l’appelle aussi Cyprès des étangs. Et encore une fois, ce n’est pas un Cyprès, mais bien un Taxodium.

Il est typique des Cypress domes, un milieu de type marécage dominés par les Cyprès Chauves et Cyprès des Marais.

On l’associe parfois à une variété de Taxodium distichum avec lequel il pousse (T. distichum var. Imbricatum). Mais  

 

  • RECONNAÎTRE LE CYPRÈS DES MARAIS
  • On reconnaît le Cyprès des Marais par ses rameaux ascendants d’où son nom de Taxodium ascendens.
  • Il produit aussi des pneumatophores parfois hauts de plus d’un mètre.
  • Ses cônes sont un peu plus petits avec 2,5 cm de large.
  • Enfin, son écorce est souvent un peu plus grise que celle du Cyprès Chauve.
Feuillage de Taxodium ascendens une des différentes espèces de taxodiums

Feuillage (Source Photo)

Cônes de Taxodium ascendens une des différentes espèces de taxodiums

Cônes (Source Photo)

Pneumatophores de Taxodium ascendens une des différentes espèces de taxodiums

Pneumatophores (Source Photo)

Les espèces de Taxodiums disparues

Et on parle précisément de deux espèces de taxodiums très méconnues.

Les deux espèces de Taxodiums dont je parle sont Taxodium wallisii et Taxodium dubium

  • TAXODIUM DOUTEUX :

La Tadoxium douteux (Taxodium dubium) est une espèce éteinte de Taxodium dont on a retrouvé plusieurs fossiles. On estime que cet arbre a été découverte en 1823. Et on lui donne plusieurs noms.

Ainsi Taxodium crassum ou Taxodium longifolium sont des synonymes qui décrivent cette espèce.

D’après les fossiles retrouvés, le Taxodium Douteux semble avoir vécu du Paléocène Supérieur au Pliocène sur les terres qui sont aujourd’hui l’Amérique du Nord et l’Europe.

Si vous souhaitez plus d’informations sur Taxodium dubium, voici un article Wikipédia en anglais.
 
  • TAXODIUM WALLISII
Beaucoup moins connu que l’autre espèce fossile de Taxodium, Taxodium wallsii est cependant beaucoup plus ancien.
 
Cette espèce daterait du Crétacé Supérieur (-70 millions d’années).  Il semblerait être le premier représentant des Taxodiums retrouvé.
 
Si jamais vous souhaitez plus d’informations sur le Taxodium wallisii, voici un article anglais du journal de l’université de Chicago.
 
Taxodium dubium

Taxodium dubium (Source Photo)

Article Précédent

Reconnaître la reine des prés

Article Suivant

Les Podocarpacées (Podocarpaceae)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

VOTRE PREMIER NOËL VEGETAL 

Avec le code promo NOELVEGETAL, vous obtiendrez 80% de réduction sur l'abonnement Monde Végétal TV. Aucun engagement. Vous pouvez apprendre à identifier, cultiver et utiliser les plantes pour le prix