• Type:

PALIURE AUSTRAL – Paliurus spina-christi

Parlons rapidement du Paliure Austral – Paliurus spina-christi (Paliurus australis est un synonyme)

Qu’on appelle aussi Épine-du-Christ ou encore Porte-Chapeau.

C’est un petit arbuste très épineux qu’on rencontre parfois autour du bassin méditerranéen. Et notamment dans le sud de la France. Cette plante de garrigue est aussi assez peu connues. Mais pourtant, elle est très facilement reconnaissable.

En plus, le Paliure Austral est une plante médicinale. Donc raison de plus de le découvrir.

AU PROGRAMME :

PHOTOS DU PALIURE AUSTRAL

Comment reconnaître facilement le Paliure Austral ?

DESCRIPTION DU PALIURE AUSTRAL

Une description détaillée pour reconnaître facilement cette plante

PORT GÉNÉRAL :

Premièrement, le Paliure Austral est un arbuste assez facile à identifier. Déjà, c’est un arbuste. Et il ne dépasse jamais les 6 mètres de hauteur.

Généralement, on le trouve entre 2 à 3 mètres de hauteur dans la Nature.

Son port est assez particulier. Son houppier est clairsemé. Ses branches poussent en zigzag et sont couvertes de nombreuses épines.

Chaque épine est d’ailleurs en forme de crochet et est recourbée vers l’intérieur de l’arbuste.

Enfin, puisqu’il appartient à la famille des Rhamnacées, il aura de nombreuses caractéristiques de cette famille botanique.

FEUILLES :

Les feuilles du Paliure Austral sont petites et peu nombreuses. On voit souvent des trous dans son feuillage tant ce dernier n’est pas dense.

D’ailleurs, c’est aussi un arbre à feuillage caduc. C’est-à-dire que ses feuilles tomberont l’hiver. Il n’en aura donc plu aucune.

En parlant de ses feuilles, les feuilles du Paliure Austral poussent de manière alterne sur les rameaux. Une épine est généralement présente à la base de chaque feuille.

Les feuilles sont simples, à bords plutôt lisses et à nervures assez peu marquées.

FLEURS :

Les fleurs sont difficiles à apercevoir, car elles sont toutes petites et discrètes. D’ailleurs, elles ont une couleur jaune verdâtre, ce qui les rend encore plus difficile à observer.

En plus, la période de floraison est courte puisqu’elle ne dure que de juin à juillet.

Mais les fleurs sont caractéristiques de la famille des Rhamnacées. Elles sont symétriques, en forme d’étoile et les étamines, au nombre de 5 sont clairement visibles.

FRUITS :

Le fruit est l’élément le plus caractéristique du Paliure Austral. On peut d’ailleurs le reconnaître rien qu’avec cet élément.

Il a une forme de petite cymbale de couleur jaune lorsqu’il est jeune. Puis, arrivé à maturité, son fruit deviendra brun-gris. Et par chance, il restera en place longtemps en hiver.

Permettant donc une identification facile.

HABITAT DU PALIURE AUSTRAL

Où trouver cet arbuste épineux dans la Nature ?

Dans cette section, nous allons voir où trouver l’Épine-du-Christ dans la Nature. Pour se faire, nous allons nous baser sur plusieurs éléments.

Premièrement, son aire de répartition à travers le Monde. Puis, plus précisément, sa présence en France. Ensuite, nous allons nous intéresser à ses besoins écologiques. Et enfin, on parle un peu phytosociologie pour voir quelles sont les plantes qui poussent à ses côtés.

AIRE DE REPARTITION DANS LE MONDE :

Paliurus Australis est une plante assez peu répandue et on ne va donc pas le trouver n’importe où. D’ailleurs, comme en témoigne cette carte, vous pouvez voir que son aire de répartition est assez petite.

Aire de répartition du Paliurus australis
Carte montrant la répartition de Paliurus australis dans le Monde (Source Image)

Comme vous pouvez le voir, son aire de répartition est strictement méditérannéenne. On le trouve surtout dans le Sud de la France, dans l’Est de l’Espagne ou encore dans une grande partie de l’Italie.

Mais Paliurus australis est aussi présent en Grèce, dans les Balkans ou encore en Turquie et même au Proche-Orient, puisqu’on le croise à Israël.

Il pousse aussi un peu dans le Caucase, comme en Arménie ou en Géorgie. Et même si on manque de données, on sait qu’il pousse aussi en Afrique du Nord.

Enfin, sa présence a été signalée en Australie et aux États-Unis d’Amérique. Il y a donc été introduit récemment. Mais il ne semblerait pas (encore) y être une espèce invasive.

En dehors de ces zones, il est presque impossible de le croiser. Même un peu plus au Nord de la France. Mais d’ailleurs, penchons-nous plus en détails sur sa présence en France justement.

LE PALIURE AUSTRAL EN FRANCE :

Comme je vous l’ai dit, son aire de répartition est principalement méditerranéenne. Et ça vaut aussi pour la France. D’ailleurs comme vous pouvez voir sur cette carte, le Paliure Austral pousse surtout dans le sud du Pays.

Paliurus australis en france
Aire de répartition du Paliurus australis en France (Source Image)

Pour être plus précis, on trouve l’espèce plutôt dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Un peu dans le Languedoc-Roussillon, mais globalement, surtout dans le Sud.

Quelques spécimens ont été aperçus un peu plus à l’intérieur des terres. Notamment près des grandes villes où des sujets cultivés dans des parcs et jardins ont dû se reproduire.

Mais globalement, c’est une plante du Sud-Est de la France. Avec une bonne concentration dans les Bouches-du-Rhône, le Var, les Alpes-Maritimes ou encore dans l’Hérault et le Gard.

BESOINS ECOLOGIQUES ET HABITATS TYPES

Quels sont les besoins écologiques du Paliure Austral ? C’est ce que nous allons voir dans cette partie. Ainsi, pour faire rapide, le Paliure Austral est un arbuste xérophile, héliophile, qui aime les sols argileux et pauvres.

  • XÉROPHILE : le Paliure Austral a besoin de chaleur pour se développer. Bien que rustique puisqu’il supporte -15°C, il ne se développe correctement que dans les endroits chauds et secs. Il n’aime donc pas les sols trop humides. Les garrigues ou coteaux secs lui correspondent parfaitement.
  • HÉLIOPHILE : le Paliure Austral est aussi une plante qui aime le soleil. Il ne pousse donc pas dans l’ombre des forêts, mais en terrain découvert. Il sera donc plutôt dans les formations buissonnantes ou les bords de chemins.
  • SUPPORTE L’ARGILE : les sols argileux sont difficiles pour beaucoup de plantes. Ce qui n’est pas le cas du Paliurus australis. Il peut donc pousser dans des sols très compacts. Même secs.
  • SOLS PAUVRES : En plus de supporter des conditions climatiques extrêmes, le Paliure Austral supporte très bien les sols pauvres. Il va donc pouvoir pousser dans des lieux où la plupart des végétaux manqueront de nutriments. On le trouvera donc dans les décombres, les sols aménagés par l’homme ou encore les sol peu profonds.

PHYTOSOCIOLOGIE

Quelles sont les plantes qui poussent aux côtés du Paliure Austral ? Ici, nous allons donc voir des plantes dont les besoins écologiques sont assez similaires à ceux de notre arbuste.

Bien sûr, cette liste est loin d’être exhaustive et certaines plantes ne sont pas bien représentées.

Mais grosso-modo, nous pourrons nous faire une bonne idée du type de milieux dans lequel il vit. Voici donc quelques plantes que vous pourriez croiser en sa compagnie.

Valériane Rouge
Valériane Rouge
Genévrier Cade
Genévrier Cade
Ciste Cotonneux qui pousse en compagnie du Paliure Austral
Ciste Cotonneux
Asperge à feuilles piquantes qu'on trouve en compagnie du Paliure Austral
Pin d’Alep
Chêne Vert
Chêne Vert
Ajonc de Provence
Ajonc de Provence

En plus de ces espèces communes dans les garrigues, on peut aussi noter d’autres espèces comme le Chêne Kermès très caractéristique de ces milieux ou d’autres moins communes comme l’Arbousier ainsi que le Cyprès de Provence.

UTILISATIONS DU PALIURE AUSTRAL

Comestible, Toxique, Médicinal ?

Quelles sont les utilisations du Paliure Austral ? Peut-on le manger ? L’utiliser en tant que plante médicinale ou faut-il se méfier de lui, car il est potentiellement toxique comme le Nerprun Alaterne, un cousin de sa famille ? Nous allons donc le passer au peigne fin. Voici l’essentiel :

  • PLANTE COMESTIBLE : en soi, le Paliure Austral n’est pas toxique. On peut en effet à la fois manger ses feuilles, ses fruits ou ses fleurs. Mais comestible ne veut pas dire intéressant d’un point de vue gustatif. Comme ses feuilles sont assez coriaces, on ne l’utilisera pas en salade. Aucun intérêt gustatif non plus pour les fleurs ainsi que les fruits.
  • TOXICITÉ ÉVENTUELLE : Les sources sont très peu nombreuses, mais certains affirment qu’il serait potentiellement toxique pour les animaux. Mais cette information n’est pas prouvée. Peut-être qu’elle sera modifiée par la suite.
  • PLANTE MÉDICINALE : par contre, le Paliure Australe fait partie des plantes médicinales. Il a de nombreuses vertus. Le Paliure Austral possède de nombreuses propriétés médicinales. On utilise principalement ses fruits, sous différentes formes, comme en décoctions. Il a des vertus diurétiques, antiinflammatoires et hépatoprotectrices.
  • RÔLE ÉCOLOGIQUE : enfin, son rôle écologique a une importance dans les écosystèmes de garrigue. Et ce, pour plusieurs raisons. Premièrement, ses fleurs attirent de nombreuses espèces d’insectes pollinisateurs. Ainsi que les fourmis. Ensuite, il permet d’abriter les petits animaux des prédateurs grâce à ses épines. Enfin, avec son feuillage caduc, il permet de nourrir durablement le sol en hiver. Et donc de l’enrichir pour passer par la suite à un nouvel écosystème quelques siècles plus tard.

CONFUSIONS AVEC LE PALIURE AUSTRAL ?

Avec son esthétique si inhabituelle, le Paliure Austral ne peut pas vraiment se confondre avec d’autres plantes. Rien que ces fruits en forme de cymbale permettent d’identifier facilement la plante.

Mais lorsqu’il n’est pas en fruits, d’autres plantes de la famille des Rhamnacées peuvent lui ressembler. C’est par exemple le cas des espèces suivantes :

  • JUJUBIER (Ziziphys ziziphus) : le Jujubier fait partie des arbustes fruitiers qu’on retrouve dans les paysages arides du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Mais il pousse aussi parfois dans les garrigues européennes. Pour faire la différence, on s’attardera sur les feuilles. Elles sont en effet plus allongées et moins larges.
  • JUJUBIER DE MAURICE (Ziziphus mauritiana) : rare en Europe, en dehors d’Espagne. Il résiste quand même à -10 °C. On le trouve en Afrique du Nord. Il est aussi épineux, mais ses feuilles sont allongées comme pour le Jujubier commun que nous avons vu précédemment.
  • PALIURE ORIENTAL (Paliurus orientalis) : il ne pousse qu’en Chine. On ne le trouvera donc pas en Europe. Faire la différence entre les deux espèces reste difficile.
  • PALIURE DE TAÎWAN (Paliurus ramosissimus) : aussi appelée Épine du Christ de Taïwan. On fera la différence principalement grâce aux bords des feuilles. En effet, les bords des feuilles de ce Paliure sont plus crénelé que ceux du Paliure Austral.
Article Précédent

GÉNÉRALITÉS SUR LES RHAMNACÉES

Article Suivant

LES GENÉVRIERS : Caractéristiques & Utilisations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

RECONNAÎTRE & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître et utiliser les plantes (recettes et remèdes).