• Type:

Molène de Boerhaave – Verbascum boerhavii

Aujourd’hui nous parlons de la Molène de Boerhaave – Verbascum boerhavii. On l’appelle aussi Molène de Mai. Et comme pour les autres espèces de Molènes, c’est une plante herbacée à tige dressée et qui appartient à la famille des Scrofulariacées.

Nous allons déjà donc voir dans un premier temps comment reconnaître la Molène de Boerhaave grâce à une série de photos. Mais également à l’aide d’une description botanique détaillée.

Ensuite, nous verrons où la trouver en nous intéressant à son habitat naturel. Ainsi, nous allons voir son aire de répartition mondiale. Puis, sa présence en France. Ensuite, nous verrons ses besoins écologiques. Et enfin, on parlera phytosociologie pour voir quelles plantes poussent à ses côtés.

En troisième partie, nous allons parler des utilisations de la Molène de Boerhaave. Que ce soit ses utilisations médicinales, alimentaires ou même dans le domaine de l’écologie.

Enfin, nous serons obligés de passer par les éventuels risques de confusions avec d’autres plantes sauvages. Alors commençons.

PHOTOS DE LA MOLÈNE DE BOERHAAVE

apprendre les plantes réaliser ses propres remèdes infusions et recettes sauvages cours de botanique

Mais à elles seules, les photos présentes juste au-dessus ne permettent pas d’identifier de manière très sûre la Molène de Boeerhave. C’est donc pourquoi je vous joins en plus une rapide description botanique. Ainsi, vous aurez plus de détails. Et vous serez ainsi en mesure de l’identifier plus facilement lorsque vous la croiserez dans la Nature.

DESCRIPTION BOTANIQUE DE LA MOLÈNE DE BOERHAAVE

PORT GÉNÉRAL :

Premièrement, la Molène de Boerhaave fait partie des plantes bisannuelles. Elle aura donc 2 types de port selon qu’elle se trouve dans sa première année de vie. Ou au contraire, sans sa seconde.

Durant sa première année, elle ne se présentera que sous forme d’une rosette de feuilles. Et ainsi, elle ne dépassera pas les quelques centimètres de hauteur.

Mais pendant sa deuxième année de croissance, la plante développera sa tige florale. Tige florale qui peut alors atteindre 1,2 mètre de hauteur. Mais généralement nous sommes plutôt en dessous de 1 mètre. Sa toge est robuste et arrondie.

Enfin, la plante est une plante velue caractérisée par un duvet blanc-argenté qui tombe lorsque la plante prend de l’âge.

FEUILLES :

Comme les feuilles sont présentes toute l’année, elles permettent d’identifier la Molène de Boerhaave toute l’année. Mais ce seront surtout les fleurs qui feront la différence. Quoiqu’il en soit, cette espèce possède deux types de feuilles : les feuilles basales (celles de la rosette) et les feuilles caulinaires (celles de la tige).

FEUILLES BASALES : les feuilles basales sont épaisses et plus grandes que les feuilles caulinaires. Elles ont aussi un duvet blanc cotonneux lorsqu’elles sont jeunes. Ce duvet viendra ensuite à tomber. Chaque feuille de la base porte un pétiole foncé, généralement entre le brun et le violet. Enfin, les feuilles de la base ont une forme ovale ou elliptique, avec des bords crènelés ou dentés-incisés.

FEUILLES CAULINAIRES : les feuilles caulinaires ont une taille plus petite que les feuilles en bas de la plante. Et plus on monte sur la tige, plus ces feuilles caulinaires seront petites. Elles portent aussi un duvet blanc qui reste plus longtemps que celui des feuilles du bas. Vous allez aussi observer qu’elles n’ont pas de pétioles. Mais au contraire, les feuilles de la tige embrassent la tige.

FLEURS :

Les fleurs permettent de facilement faire la différence entre la Molène de Boerhaave et les autres espèces. Premièrement, notre plante fleurit plus tôt. Et en effet, sa période de floraison se déroule d’avril à juillet avec une dominance en mai. D’où son nom de Molène de Mai.

La Molène de Boerhaave peut aussi bien avoir des inflorescences jaunes que blanches (même si plus rares). Ce qui est sûr, c’est que son inflorescence est rarement ramifiée. Elle n’a généralement qu’une seule tige florale.

Enfin, chaque fleur possède 5 pétales avec une gorge violette / brune et 5 étamines. Chacune de ces étamines a des poils violets et deux d’entre elles sont plus longues. Quant au stigmate, ce dernier est aussi violet et se termine par un bout arrondi.

FRUITS :

Comme avec toutes les espèces de Molène, la Molène de Boerhaave produit des fruits de type fruits capsules.

Ces derniers sont des fruits secs renfermant de nombreuses graines. La capsule de chaque fruit est assez grosse de forme ovoïde-conique et est légèrement plus longue que le calice.

Ces fruits attireront de nombreux insectes et oiseaux.

HABITAT DE LA MOLÈNE DE BOERHAAVE

Maintenant que nous savons comment reconnaître la Molène de Boerhaave, nous allons nous intéresser à son habitat. Ainsi, en regardant à la fois son aire de répartition et sa présence en France, vous allez être capable de la trouver plus facilement dans la Nature.

On parlera bien sûr de ses besoins écologiques afin de mieux comprendre les environnements dans lesquelles elle se développe. Enfin, on parlera phytosociologie et nous verrons les plantes avec lesquelles elle a tendance à pousser.

Alors commençons par son aire de répartition :

AIRE DE RÉPARTITION :

Carte montrant la répartition de la Molène de Boerhaave dans le monde

Comme vous pouvez le constater sur la carte ci-dessus, la Molène de Boerhaave est principalement présente en Europe. En fait, elle ne pousse même pratiquement qu’en Europe de l’Ouest.

Ainsi, on ne va la trouver qu’en France, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Corse et un peu en Suisse, en Allemagne et en Belgique.

Certaines sources affirment de sa présence en Afrique du Nord. Mais rien de bien sûr à ce sujet. Donc gardez à l’esprit que la Molène de Boerhaave est seulement une plante de l’ouest européen.

LA MOLÈNE DE BOERHAAVE EN FRANCE

Carte attestant de la présence de la Molène de Boerhaave en France

Comme vous pouvez le voir sur cette carte, la Molène de Boerhaave est principalement présente dans le sud de la France. Et plus particulièrement dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. On la croise aussi assez facilement en Corse et dans le Languedoc-Roussillon.

Bien sûr, vous avez dû voir que cette Molène était aussi présente plus au nord du pays sur la carte de sa répartition mondiale. Mais ce sont des individus beaucoup moins communs. Il vous sera alors presque impossible de les trouver dans la Nature.

En fait, la Molène de Boerhaave est même une des Molènes les plus rares en France. Même dans les régions les plus propices, il n’est pas toujours évident de mettre la main dessus.

Mais passons maintenant à ses besoins écologiques.

BESOINS ÉCOLOGIQUES :

Maintenant que nous avons vu dans quelles régions de France trouver la Molène de Boerhaave, nous allons désormais voir quels sont les habitats les plus propices pour cette dernière. Et pour cela, nous devons nous intéresser à ses besoins écologiques.

  • PLANTE HÉLIOPHILE : la Molène de Boerhaave est une plante héliophile. Elle a donc besoin de beaucoup de soleil et de lumière pour se développer correctement. Elle ne poussera donc pas dans les forêts. Mais au contraire elle poussera dans les endroits ouverts comme dans les champs, les prairies ou encore les bords de chemins.
  • PLANTE XEROPHILE : la Molène de Boerhaave est une plante xérophile. Elle aime donc les milieux chauds et secs. D’ailleurs, elle supporte bien la sécheresse. Elle pousse d’ailleurs principalement dans des milieux hostiles en compagnie des plantes de garrigues ou encore les talus exposés en plein soleil.
  • SOL PAUVRES : la Molène de Boerhaave se contente des sols les plus pauvres. Puisqu’elle pousse dans des milieux comme les garrigues et maquis, elle supporte parfaitement le manque de matière organique dans le sol. Elle poussera donc dans les friches vivaces xérophiles, mésoméditerranéennes occidentales.

PHYTOSOCIOLOGIE :

Ici, nous allons voir les différentes plantes sauvages qu’on peut observer aux côtés de la Molène de Boerhaave. Ainsi, vous allez pouvoir mieux reconnaître les milieux dans lesquels elle se trouve.

Alors bien sur, cette liste n’est pas exhaustive et selon les départements, pas tout à fait exacte. Mais elle a au moins le mérite de vous donner quelques idées. Donc parmi les plantes les plus communes aux côtés de la Molène de Boerhaave, nous avons les plantes suivantes :

Centaurée chausse-trape, Molène pulvérulente, Cardère Sauvage, Chardon Marie, Vipérine Commune, Armoise Commune, Chicorée Sauvage, Buglosse d’Italie, Vipérine faux-plantain, Millepertuis du Midi, Mauve de Tournefort ou encore Crépis à feuilles de Capselle.

UTILISATIONS DE LA MOLÈNE DE BOERHAAVE

Donc nous voilà à la meilleure partie de cet article. Comment utiliser la Molène de Boerhaave ? Nous allons ici voir quels sont ses usages alimentaires, ou encore ses propriétés médicinales. Et peut-être même d’autres de ses utilisations encore moins connues.

PLANTE COMESTIBLE ?

En soit, toutes les Molènes de France sont comestibles. Du moins dans la théorie. Car oui, bien qu’elles ne soient pas toxiques en soit, les Molènes possèdent un duvet parfois trop dense pour alors rendre la plante facilement consommable.

Et c’est le cas de la Molène de Boerhaave. En théorie comestible, car non toxique, elle reste difficile à manger. La raison, à cause de son duvet dont les petits poils peuvent gratter la gorge.

Aussi, je précise qu’elle est assez rare. Alors ne la considérez pas comme une plante comestible.

PLANTE MÉDICINALE ?

Vous avez aussi déjà remarqué que de nombreuses Molènes étaient considérées comme des plantes médicinales. Et beaucoup ont des propriétés similaires à celles du Bouillon Blanc.

Mais qu’en est-il de la Molène Boerhaave ?

Et bien malheureusement les données sérieuses manquent sur son sujet. Ainsi, on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une plante médicinale même si elle contient des substances proches de certaines de ces cousines.

Dans le doute de preuves amenées par des études sérieuses, oubliez-la de votre pharmacie maison.

PLANTE ÉCOLOGIQUE :

En revanche, ce qui est certain, c’est que la Molène de Boerhaave est très intéressante d’un point de vue écologique. Et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, elle va attirer de nombreux insectes pollinisateurs grâce à ses fleurs nombreuses et visibles. C’est une superbe plante mellifère.

Deuxièmement, elle sert aussi de nourriture à proprement parlé pour les insectes comme les chenilles. Chenilles qui deviendront par la suite papillon et qui butineront volontiers les fleurs de cette Molène.

Ensuite, lorsque la plante fructifie, ses fruits vont attirer de petits oiseaux qui se nourriront des graines pour prévenir l’hiver. Et en parlant d’hiver, les tiges florales desséchées serviront d’hôtels à insectes. Ainsi, elle les abritera du froid.

CONFUSIONS AVEC LA MOLÈNE DE BOERHAAVE

Malheureusement, nous sommes maintenant obligés de nous intéresser aux éventuelles confusions avec la Molène de Boerhaave. Et en effet, il existe plusieurs plantes sauvages qui lui ressemblent. Alors par chance, toutes ces plantes sauvages similaires sont d’autres espèces de Molènes.

Mais toutes les Molènes ne se valent pas. Certains sont plus intéressantes que d’autres. Et c’ets ce que nous allons voir ici.

CONFUSIONS ÉVENTUELLES AVEC :

  • BOUILLON-BLANC (Verbascum thapsus) : Le Bouillon Blanc est beaucoup plus grand et robuste que la Molène de Boerhaave. Il est aussi médicinal et même très réputé. Mais il a de grandes feuilles argentées sur les deux faces. J’ai fait un article plus précis pour éviter toutes les confusions avec le Bouillon Blanc si cela vous intéresse.
  • MOLÈNE NOIRE (Verbascum nigrum) : La Molène Noire peut ressembler à la Molène de Boerhaave mais elle est plus verte que cette dernière. Elle a aussi des tiges moins foncées.
  • MOLÈNE LYTCHNITE (Verbascum lychnitis) : La Molène Lychnite est très commune. Et elle se reconnaît d’autant plus facilement grâce à ses tiges florales très ramifiées. Enfin, elle a aussi des feuilles dont seuls la face inférieure est argentée.
  • MOLÈNE FLOCONNEUSE (Verbascum pulverulentum) : la Molène Floconneuse se reconnaît facilement par son abondant duvet blanchâtre qui tombent lorsque la plante grandit. Ce duvet fait comme des sortes de petits flocons, d’où son nom.
  • MOLÈNE DE PHÉNICIE (Verbascum phoeniceum) : la Molène de Phénicie est presque aussi rare que la Molène de Boerhaave. Mais elle se reconnaît très facilement grâce à ses fleurs violettes, rouges, roses ou même abricots.
  • MOLÈNE BLATTAIRE (Verbascum blattaria) : la Molène Blattaire est une toute petite Molène dépourvue de duvet, mais qui porte des petits poils glanduleux.
  • MOLÈNE FAUX PHLOMIS (Verbascum phlomoides) : La Molène Faux Phlomis ressemble beaucoup au Bouillon Blanc. Elle est donc très différente de la Molène de Boerhaave. Car elle a en effet de grandes feuilles argentées sur les deux faces.
  • MOLÈNE A FLEURS DENSES (Verbascum densiflorum) : la Molène à fleurs denses se reconnaît facilement par ses énormes fleurs, souvent deux fois plus grandes que celles des autres Molènes.
Article Précédent

Molène à Feuilles Sinuées – Verbascum sinuatum

Article Suivant

L’Oursin Bleu – Echinops ritro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

RECONNAÎTRE & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître et utiliser les plantes (recettes et remèdes).