• Type:

Ciste à feuilles de Sauge – Cistus salviifolius

Parlons un peu du Ciste à feuilles de sauge – Cistus salviifolius.

Le Ciste à feuilles de sauge, qu’on appelle aussi Ciste femelle, est un petit arbrisseau à fleurs blanches. Très résistant à la sécheresse et aux incendies, il fait partie des plantes de garrigue les plus communes autour du bassin méditerranéen.

Il appartient à la famille des Cistacées.

AU PROGRAMME :

PHOTOS DE CISTE À FEUILLES DE SAUGE

DESCRIPTION BOTANIQUE

En plus des photos de Ciste à feuilles de Sauge, je partage avec vous une description botanique détaillée de la plante. J’espère de cette manière, vous donner toutes les clefs afin d’identifier facilement cette espèce.

PORT GÉNÉRAL

Au niveau du port général, le Ciste à feuilles de Sauge se présente sous la forme d’un petit arbrisseau. Un petit arbrisseau qui ne dépasse pas le mètre de hauteur.

Généralement, on le trouvera entre 30 à 80 cm de haut. Ses branches sont plutôt touffues et son port soit dressé, soit prostré.

Contrairement à certaines espèces de Ciste, le Ciste à feuilles de Sauge n’est pas très odorant. Toutefois, Cistus salviifolius peut être assez polymorphe selon les régions et les individus.

FEUILLES

Le Ciste à feuilles de Sauge fait partie des plantes à feuillage persistant. C’est-à-dire qu’il ne perd pas ses feuilles en hiver, mais les garde toute l’année.

On peut donc facilement l’identifier grâce à son feuillage. Feuillage, qui comme son nom l’indique, nous rappelle les feuilles des Sauges.

Mais pour être plus précis, ses feuilles courtement pétiolées, ont une forme ovale ou oblongue. Elles sont aussi tomenteuses, et donc couvertes de petits poils assez coriaces au toucher.

D’ailleurs, leur texture gaufrée est justement coriace. Les feuilles du Ciste à feuilles de Sauge ne sont pas douces.

Enfin, elles sont aussi bien vert foncé aux nervures réticulées. Et elles sont disposées de manière opposée sur les rameaux.

FLEURS

Comme il fait partie de la famille des Cistacées, il produira lui aussi des fleurs typiques de cette famille botanique.

Chez le Ciste à feuilles de Sauge, les fleurs sont blanches. En fait, chaque fleur mesure entre 4 à 6 centimètres de diamètre et comporte 5 pétales blancs. Pétales blancs pouvant aussi être légèrement froissés.

Les fleurs poussent par groupe de 1 à 4 au sommet de pédoncules axillaires penchés avant la floraison. Les pédoncules sont longs.

Au centre de la fleur, on voit le cœur bien jaune constitué du pistil et de nombreuses étamines.

Aussi, derrière les pétales, on peut observer 5 sépales verts. Ils sont ovales en cœur et tomenteux.

FRUITS

Le Ciste à feuilles de Sauge produit des fruits de type capsule. Cette capsule se présente sous la forme pentagone. C’est donc une capsule à 5 valves.

Le fruit mesure entre de 5-7 mm de long et est de couleur brune. On voit un très léger duvet tomenteux sur chaque valve qui la compose.

Enfin, lorsque le fruit va s’ouvrir, il va laisser s’échapper de très nombreuses petites graines. Ces graines seront ensuite disséminées par les fourmis ou par les animaux à poils.

apprendre les plantes réaliser ses propres remèdes infusions et recettes sauvages cours de botanique

HABITAT DU CISTE À FEUILLES DE SAUGE

Ici, nous voyons l’habitat du Ciste à feuilles de Sauge. Nous allons donc voir son aire de répartition ainsi que sa présence en France. Mais pas seulement.

Nous verrons aussi ses besoins écologiques ainsi que sa phytosociologie. De cette manière, vous allez connaître parfaitement son environnement. Et trouver du Ciste à feuilles de Sauge dans la Nature sera très simple.

AIRE DE RÉPARTITION

CISTUS SALVIIFOLIUS répartition carte
Carte montrant la répartition de Cistus salviifolius dans le monde (Source)

Comme vous pouvez le voir sur cette carte, on ne trouve pas le Ciste à feuilles de Sauge n’importe où dans la Nature.

En fait, son aire de répartition est strictement méditerranéenne. Et plus précisément, on va surtout le trouver dans l’Ouest de la Méditerranée. Bien que présent à l’Est, il sera tout de même un peu moins commun.

Ainsi, c’est surtout en France, en Espagne, au Portugal et en Italie que Cistus salviifolius est le plus commun.

Mais il pousse également en Afrique du Nord. Par exemple, dans le Nord du Maroc ou dans le Nord de l’Algérie.

Par contre, retenez que c’est surtout en France et en Espagne que le Ciste à feuilles de Sauge sera le plus présent.

CISTE À FEUILLES DE SAUGE EN FRANCE

CISTUS SALVIIFOLIUS carte france
Carte montrant la répartition de Cistus salviifolius en France (Source)

Puisque la France est un des territoires où vous avez le plus de chances de trouver Cistus salviifolius, nous devons regarder en détails où est-il présent exactement.

Et comme vous pouvez le voir sur cette carte, son aire de répartition au sein du territoire français est très disparate. Et en effet, on remarque qu’il pousse surtout dans le Midi de la France et un peu sur la façade Atlantique.

En fait, 3 régions sont les plus propices. Et on trouvera principalement le Ciste à feuilles de Sauge en Provence, en Occitanie et en Corse.

Mais il est aussi assez présent en Aquitaine.

En dehors de ces zones, il ne sera généralement pas l’espèce de Ciste la plus commune.

BESOINS ÉCOLOGIQUES

Comme toutes les plantes, le Ciste à feuilles de Sauge devra répondre à certains besoins écologiques. Pour résumer rapidement la chose, Cistus salviifolius est une plante héliophile, silicicole, xérophile, gravivole et psammophile.

  • HÉLIOPHILE : puisque c’est une plante héliophile, il aura donc un grand besoin de soleil. Cette espèce ne peut donc pas pousser en forêt où dans les endroits trop ombragés.
  • SILICICOLE : les plantes silicicoles sont des végétaux qui aiment pousser dans les terrains riches en silices et silicates. Comme les terres ocres ou les landes. Il ne faut pas confondre silicicole et silicole. Silicole désignant les plantes grandissant dans l’humus et les feuilles mortes. Le Ciste à feuilles de Sauge lui, aime les sols pauvres représentés par les terres riches en silices.
  • GRAVICOLE : puisque Cistus salviifolius est une espèce gravicole, il aime pousser dans les terres riches en graviers. Ce sont des sols donc très bien drainés puisqu’ils n’absorbent pas l’eau.
  • PSAMMOPHILE : en plus d’être gravicole, le système racinaire du Ciste à feuilles de Sauge s’adapte bien au sable. On le considère donc comme une plante psammophile. Il peut donc pousser dans les dunes.
  • XÉROPHILE : enfin, c’est une plante qui supporte extrêmement bien la chaleur et les longues périodes de sécheresse. D’où son adaptation au climat méditerranéen, voire semi-aride. Il peut supporter plusieurs mois de sécheresse.

PHYTOSOCIOLOGIE

Enfin, pour terminer sur l’habitat du Ciste à feuilles de Sauge, parlons rapidement de sa phytosociologie. Nous voyons donc rapidement quelles sont les plantes qui poussent à ses côtés. Ainsi, vous verrez très bien dans quels types d’environnement il va pouvoir pousser à l’état sauvage.

Mais déjà, commençons par les formations végétales :

  • Fourrés et fruticées dunaires sclérophylles : ce sont des fourrés ou des broussailles des milieux chauds et secs perdant leurs feuilles lors de sécheresse. Parmi ces plantes, nous retrouverons, entre autres, l’Immortelle d’Italie, la Carline à Corymbe ou encore le Ciste de Montpellier.
  • Maquis bas à Éricacées : Maquis ouest-méditerranéens bas, de moins d’1 mètre de haut. Végétation dominée par les Bruyères. Par exemple, nous allons trouver le Ciste à feuilles de Sauge en compagnie des espèces suivantes : Bruyère Arborescente, Lavande Papillon, Bruyère à balais ou encore le Genêt poilu.
  • Maquis dominés par Cytisus : Maquis bas ouest-méditerranéens, dominés par des arbustes de la famille des Fabacées. Comme les Genêts ou l’Adénocarpe à feuilles pliées
  • Maquis dominés par le Ciste Cotonneux : rassemblant beaucoup aux paysages de garrigues, mais sol moins calcaire. On le croisera en compagnie du Thym vulgaire ou du Chêne Kermès.

Enfin, d’autres plantes peuvent aussi pousser en compagnie des Cistes à feuilles de Sauge dans une moindre mesure. Par exemple, le Laurier Tin, ou encore le Pistachier Térébinthe, l’Asperge à feuilles piquantes et l’Aphyllantes de Montpellier sont parfois en sa compagnie.

UTILISATIONS DU CISTE À FEUILLES DE SAUGE

Reconnaître et trouver les plantes est indispensable pour bien connaître un végétal. Mais la meilleure façon de connaître le Ciste à feuilles de Sauge, c’est de savoir quelles sont ses utilisations.

Est-ce qu’on peut en faire d’un point de vue médicinal, alimentaire ou ornemental.

CISTE À FEUILLES DE SAUGE COMESTIBLE OU PAS ?

En soit, le Ciste à feuilles de Sauge ne fait pas partie des plantes toxiques de France. Mais on ne peut pas pour autant le considérer comme une plante comestible.

La raison vient de plusieurs choses. Déjà, sa texture. Et en effet, la texture des feuilles est tout bonnement trop coriace pour être utilisée en salade. Même cuites, les feuilles ne restent pas très agréables à manger.

En plus, aucunes sources sérieuses sur les autres parties de la plante. Nous ne savons donc pas si les fleurs, les fruits ou encore les graines peuvent se consommer sans risques.

Donc, par mesure de sécurité, on ne peut pas considérer cette plante comme une plante comestible.

PROPRIÉTÉS MÉDICINALES DU CISTE À FEUILLES DE SAUGE ?

Si le Ciste à feuilles de Sauge n’est pas une plante comestible, on peut se poser la question à savoir si on peut le considérer comme une plante médicinale ?

En effet, certaines espèces de Cistes comme le Ciste Ladanifère ou le Ciste Cotonneux possèdent des propriétés médicinales intéressantes. Parmi lesquelles, des propriétés adoucissantes et cicatrisantes.

Alors qu’en est-il du Ciste à feuilles de Sauge ?

Eh bien, dans certaines traditions médicinales, ses fleurs sont utilisées en cataplasme ou en baumes pour leurs propriétés médicinales. Des propriétés communes aux autres Cistes, à savoir cicatrisantes et adoucissantes pour la peau.

Mais il ne fait pas partie des plantes reconnues par la pharmacopée française. On ne peut donc pas affirmer avec exactitude si c’est une véritable plante médicinale. D’autant plus qu’aucune étude sérieuse sur le sujet n’a été pratiquée en France.

Donc même s’il a du potentiel, je ne considère pas le Ciste à feuilles de Sauge comme une plante médicinale. Il y a bien plus intéressant.

PLANTE ORNEMENTALE

Par contre, un de ses gros points forts, c’est son côté ornemental. Et ce, pour plusieurs raisons. En fait, incorporer du Ciste à feuilles de Sauge dans votre jardin peut être intéressant.

Déjà, c’est une plante particulièrement résistante. En effet, le Ciste à feuilles de Sauge peut résister à de très gros épisodes de sécheresses. Des épisodes de sécheresses pouvant durer plusieurs mois.

Il est très bien adapté au manque d’eau. Ce qui limite par conséquent les arrosages.

Aussi, il s’adapte facilement aux sols pauvres où rien ne pousse. Les rocailles ou les dunes ne lui font pas peur. Et c’est une des rares plantes à supporter les sols siliceux.

Donc pas besoin d’amendements ou de fertilisation des sols, puisqu’il aime de base, les sols pauvres.

Enfin, il ne craint ni les maladies, ni les insectes. Et en plus, pas d’entretien nécessaire comme de la taille et son feuillage persistant donne du vert toute l’année à vos massifs.

Bref, le Ciste à feuilles de Sauge reste une des plantes les plus simples à cultiver.

REBOISEMENT APRÈS INCENDIE & DÉSERTIFICATION

Puisque de base, il pousse en climat méditerranéen, le Ciste à feuilles de Sauge résiste bien aux aléas climatiques engendrés par ce type de climat.

Par exemple, les grands épisodes de sécheresses estivales et les incendies.

  • LUTTE CONTRE LA DÉSERTIFICATION :

Le Ciste à feuilles de Sauge fait partie des plantes qui permettent de lutter contre la désertification. Un phénomène problématique qui prend de l’ampleur à mesure que le temps passe. Et qui menace l’Europe du Sud, dont la France.

Grâce à sa résistance au manque d’eau, il permet de maintenir un couvert végétal, et donc d’éviter l’érosion et l’appauvrissement des sols menacés par l’avancé des zones désertiques.

  • REBOISEMENT APRÈS INCENDIES :

Avec la sécheresse et le manque d’eau, les incendies sont nombreux en Méditerranée. Seules quelques espèces de plantes comme le Chêne Liège, le Chêne Vert ou encore l’Arbousier peuvent supporter de telles conditions.

On les appelle des plantes pyrophytes. Des plantes dont la propagation, la multiplication ou la germination sont stimulées par le feu. Ce sont aussi parmi les premières plantes à repeupler une zone ravagée par les flammes.

Et c’est aussi le cas du Ciste à feuilles de Sauge. Ce dernier repart très vite de souche et ses graines ont la capacité de mieux germer après un incendie. Ce qui permet de reboiser vite après un tel accident.

CONFUSIONS POSSIBLES

Comme avec toutes les plantes sauvages, il existe des confusions. Et en particulier avec les autres espèces de Cistes qui poussent parfois en sa compagnie.

Ainsi, nous aurons :

  • CISTUS CRETICUS : le Ciste de Crète produit des fleurs roses. Ce qui limite grandement la confusion lors des périodes de floraison. Mais ses feuilles ressemblent beaucoup à celles de Cistus salviifolius. Pour faire la différence il faut regarder le pétiole et le bord des feuilles. Chez le Ciste de Crète, les feuilles sont bien pétiolées et leurs bords sont un peu ondulés.
  • CISTUS MONSPELIENSIS : le Ciste de Montpellier peut en plus de ressembler au Ciste à feuilles de Sauge, se mélanger et créer des hybrides (Cistus x florentinus). Mais on différencie le Ciste de Montpellier, produisant lui aussi des fleurs blanches, par ses feuilles plus lancéolées.
  • CISTUS POPULIFOLIUS : on l’appelle le Ciste de Narbonne ou le Ciste à feuilles de Peuplier. Ce dernier, même s’il produit des fleurs blanches, se distingue facilement par ses feuilles qui rappellent plutôt celles des liserons que celles des peupliers.
  • CISTUS LAURIFOLIUS : le Ciste à feuilles de Laurier aura, comme son nom l’indique, des feuilles qui ressemblent à celles du Laurier. Et plus précisément aux feuilles du Laurier du Portugal.
  • CISTUS LADANIFER : le Ciste Ladanifère est beaucoup plus grand que le Ciste à feuilles de Sauge. Il peut en effet mesurer plus de 2 mètres. Et surtout, ses fleurs blanches ont la particularité de développer des tâches pourpres à la base de chaque pétale. Ce qui n’est pas le cas du Ciste à feuilles de Sauge.
Article Précédent

Les Cistes

Article Suivant

Différences entre Fragon et Laurier d’Alexandrie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

RECONNAÎTRE & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître et utiliser les plantes (recettes et remèdes).