• Type:

Où trouver de la Chélidoine contre les verrues ?

Où trouver de la Chélidoine pour soigner ses verrues ? Vous savez, la Grande Chélidoine (Chelidonium majus). On l’appelle aussi Herbe aux verrues ou Grande éclaire, Chélidoine majeure, Sologne, Herbe du diable ou encore Chélidoine verrue.

Cette plante que beaucoup considèrent comme une mauvaise herbe, mais qui est pourtant largement connue pour combattre les verrues et les durillons.

Nous allons voir ici comment la trouver facilement dans la nature. Nous allons déjà commencer par voir son aire de répartition, mais aussi son habitait. Et bien sûr, sa phytosociologie. C’est-à-dire quelles plantes poussent à ses côtés.

De cette manière, vous allez très bien visualiser le type de milieux qu’aime la Grande Chélidoine.

AIRE DE RÉPARTITION

chelidonium majus aire de répartition
Aire de répartition de la Grande Chélidoine dans le monde – Source

La Chélidoine pour verrues est une des plantes les plus communes sur Terre comme en témoigne cette carte. Et comme vous le voyez, elle sera principalement présente dans l’hémisphère nord.

Bien qu’on la retrouve aussi facilement dans l’hémisphère sud. Notamment dans le Sud du Brésil et dans le Nord de l’Argentine. Mais on trouve également la Grande Chélidoine en Nouvelle-Zélande et en Australie.

En ce qui concerne l’hémisphère nord, c’est sans conteste en Europe qu’elle poussera le plus. Elle fait même partie des plantes les plus communes d’Europe Occidentale.

Par exemple, elle sera très commune en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni ou encore même dans le Sud de la Suède. Et on la trouve jusqu’à l’Extrême-Orient. En Sibérie, en Corée et au Japon.

Enfin, elle pousse même en Amérique du Nord, dont principalement dans l’Est du Canada et des États-Unis. Vous comprenez donc qu’on la trouvera plutôt facilement où que vous soyez en dehors des zones arides, arctiques et équatoriales.

TROUVER DE LA CHÉLIDOINE EN FRANCE

chelidoine verrue ou en trouver
Présence de la Chélidoine en France – Source

Maintenant que nous avons vu son aire de répartition gigantesque à travers le monde, recentrons-nous un peu plus en Europe. Et regardons où trouver de la Chélidoine en France, un des pays où cette plante est la plus commune.

Et comme vous le voyez sur cette carte, elle pousse sur tout notre territoire. D’Est en Ouest, du Nord au Sud. On la trouve même en Corse.

Après, bien sûr, certains départements sont plus propices à son développement.

Les départements comprenant des montagnes, la Chélidoine sera un peu plus rare. En effet, elle ne pousse normalement pas à plus de 1700 mètres d’altitude.

En France, pour faire simple, la Chélidoine à verrues et l’Homme sont liés. Cette plante a tendance à être plus commune dans les lieux anthropisés.

On la trouvera donc facilement dans les zones rurales agricoles ou près des murs de villes.

BESOINS ÉCOLOGIQUES

Pour savoir où trouver de la Chelidoine contre les verrues, il faut aussi connaître ses besoins écologiques. Car, même si on connaît son aire de répartition, ses besoins écologiques nous informent sur le type d’habitat qu’elle apprécie.

Et vous vous doutez bien qu’entre une clairière, une forêt sombre, les berges d’un cours d’eau ou encore les coteaux secs, nous n’avons pas les mêmes contraintes écologiques.

Pour faire simple, la Chélidoine est une plante calcicole, nitrophile, mésosciaphile, plutôt saxiterricole et mésoxérophile.

  • CALCICOLE : comme c’est une plante calcicole, elle préfère les sols et substrats calcaires, donc riches en base. Un sol au pH basique lui est préférable, bien qu’elle n’ait pas non plus la frayeur des sols un peu acides.
  • NITROPHILE : une plante nitrophile (ou nitrophyte) est une plante ayant besoin de sols riches en nitrates (azote) ou en déchets organiques à minéralisation rapide. On trouve donc cette plante comme mauvaise herbe dans les cultures, jardins et potagers.
  • MÉSOSCIAPHILE : puisque la Chélidoine est une plante mésosciaphile, elle supportera donc un peu l’ombre. Mais aussi les positions ensoleillées. On la trouvera ainsi à la fois dans des forêts un peu claires, mais aussi dans des zones dégagées comme les bords de chemins.
  • SAXITERRICOLE : plutôt saxiterricole, la Chélidoine s’adapte très bien dans les fissures des rochers et des murailles. Même si elle est aussi capable de pousser en pleine terre.
  • MÉSOXÉROPHILE : une plante xérophile est une plante supportant bien le chaud et le sec. Comme la plupart des plantes de garrigue. Et donc une plante mésoxérophile est une plante supportant moyennement ces conditions. Donc la Chélidoine supporte le manque d’eau sans pour autant être aussi résistante que des plantes confrontées à la sécheresse estivale.
apprendre les plantes réaliser ses propres remèdes infusions et recettes sauvages cours de botanique

TROUVER DE LA CHÉLIDOINE GRÂCE À SA PHYTOSOCIOLOGIE

La Phytosociologie est l’étude des populations végétales. Nous allons voir ici quelles sont les plantes qui ont tendance à pousser aux côtés de la Grande Chélidoine. De cette manière, vous pourrez plus facilement déduire de la présence de cette dernière.

Je précise que la liste qui va suivre est loin d’être exhaustive, mais se veut assez représentative. Ce sont des plantes qu partagent des besoins écologiques assez similaires, notamment des plantes des milieux suivants :

  • Flore des vieilles villes (ruines & décombres)
  • Flore des murs (flore muricole)
  • Mauvaises Herbes des Cultures

Nous allons donc souvent trouver ces espèces assez près :

  • Lierre Grimpant (Hedera helix) – Araliacées
  • Cymbalaire des murailles (Cymbalaria muralis) – Plantaginacées ou Scrofulariacées
  • Pariétaire Officinale (Parietaria officinalis) – Urticacées
  • Capillaire noire (Asplenium adiantum-nigrum) – Aspleniacées
  • Herbe à Robert (Geranium robertianum) – Géraniacées
  • Orpin Blanc (Sedum album) – Crassulacées
  • Lierre Terrestre (Glechoma hederacea) – Lamiacées
  • Ronce Bleue (Rubus caesius) – Rosacées

Enfin, pour ceux qui veulent voir plus de plantes je partage avec vous une liste plus complète. Donc n’hésitez pas.

RÉCOLTE DE LA GRANDE CHÉLIDOINE

Maintenant que nous savons où trouver de la Chélidoine dans la Nature, parlons de sa récolte. Nous allons voir quand et comment récolter cette plante sauvage.

On récolte la Chélidoine principalement au printemps. Mais on peut aussi la cueillir en été. Et en fait toute l’année.

Par contre, puisque nous sommes respectueux de la Nature, nous évitons de récolter la plante lorsqu’elle est en fleur.

La raison ? Laisser les insectes butiner. Aussi, la floraison demande beaucoup d’énergie à une plante. Alors laissons-la tranquille.

Enfin, après la récolte, si nous n’avez pas le temps, pensez aussi aux herboristeries et aux pharmacies. Ces lieux de commerces, qu’ils soient en physique ou en ligne vous permettre de trouver de la Chélidoine facilement.

Et de la trouver sous différentes formes. Pas que la plante fraîche, mais aussi sous teinture mère, extraits ou éventuellement sous forme de gélules.

BONUS : en plus de la Chélidoine, découvrez 10 plantes pour enlever les verrues.

Article Précédent

Pin d’Alep ou Pin Parasol ? Les différences, sans confusions.

Article Suivant

Echium vulgare VS Echium plantagineum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

IDENTIFIER, CULTIVER & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître, cultiver et utiliser les plantes (recettes et remèdes).