• Type:

CHARME COMMUN (Carpinus betulus)

LE CHARME COMMUN (Carpinus betulus) en photo

Galerie photo de Charme commun : Afin de mieux observer cette espèce de plante sauvage, vous pouvez cliquer sur les images. De cette manière les photos apparaitront plus grandes. Vous observerez donc plus de détails.

DESCRIPTION DU CHARME COMMUN

Le Charme commun, qu’on appelle aussi tout simplement charme ou charmille est un arbre de taille moyenne. Il appartient à la famille des Bétulacées. C’est donc un cousin du Noisetier ainsi que des Bouleaux. Il fait partie des plantes les plus communes dans les forêts d’Europe Centrale.
  • PORT : Arbre de taille moyenne. Il peut atteindre jusqu’à 20 mètres de hauteur. Son houppier est assez régulier et dense. Le charme pousse souvent en cépée, car il est couramment abattu pour son bois. Sinon il ne possède qu’un seul tronc à la base. 
  • FEUILLE : Feuillage marcescent. Les feuilles du Charme sèchent et restent en placent sur l’arbre durant l’hiver et ne tombent qu’au printemps lors de la repousse. Chaque feuille pousse de manière alterne sur les rameaux. Elles sont aussi de forme oblongue aiguë avec les bords doublement dentées. Les nervures sont aussi très marquées et les nervures secondaires partant de la nervure centrale sont alternes elles aussi. Enfin, on peut noter que les feuilles du Charme commun sont légèrement poilues sur les nervures de la face inférieure de la feuille.
  • FLEURS : Floraison assez discrète à cause des couleurs oscillant entre le jaune et le vert des fleurs. D’ailleurs le Charme commun fleurit d’avril à mai. Espèce monoïque. Ce qui signifie que les fleurs mâles et femelles sont séparées, mais pousse sur le même individu. Chaque fleur pousse dans une inflorescence en chaton pendant.  Les chatons mâles sont cylindriques, les chatons femelles plus grêles.
  • FRUITS : Fructification entre septembre et octobre. Les fruits du Charme sont des akènes. On les appelle des samares. Ses fruits ont la particularité d’être formés d’une ailette qui leur permet de se disperser grâce au vent lorsqu’ils ont atteint leur maturité.
  • ÉCORCE & TRONC : Son tronc présente des cannelures assez marquées. L’écorce, de couleur brun gris foncé s’épaissie avec le temps. Le bois est très dur et homogène. Lorsqu’on le coupe, on aperçoit le blanc ivoire du bois. Bois cassant.
  • BOURGEONS : les bourgeons sont bruns avec le bord des écailles légèrement blanc. Ils ont une forme ovoïde, présentent quelques poils blancs. On peut aussi noter la présence de lenticelles ovales ou rondes sur les jeunes rameaux. Les bourgeons du Charme se terminent par une petite pointe, d’où leur ressemblance avec les rameaux de Hêtre commun.
 

Où TROUVER LE CHARME COMMUN

  • AIRE DE RÉPARTITION : Le Charme commun se trouve dans presque toute l’Europe centrale. Ainsi on le retrouve en Allemagne, France, Italie, Pologne, dans les Balkans et même jusqu’en Turquie et en Asie mineure. Il est également présent, mais moins commun dans le sud de l’Angleterre ainsi qu’en Suède. Enfin, on note quelques peuplements anecdotiques dans le Nord de l’Espagne ainsi qu’en Europe de l’est et dans les états Baltes.
  • EN FRANCE : Le Charme commun est présent dans une très grande partie de la France. Mais on remarque qu’il est presque absent des Cévennes, et non signalé en Corse. Il est aussi très rare dans les régions du sud du pays. Il est absent en haute montagne.
  • BESOINS ÉCOLOGIQUES : Le Charme s’adapte à de nombreuses contraintes écologiques. C’est une espèce qui supporte facilement le froid, résiste assez bien au sec tout en supportant la pleine lumière ainsi que la mi-ombre. Il s’accommode aussi de l’humus et des terres un peu plus pauvres. Il aime aussi bien le calcaire que les sols plus acides (tant qu’ils ne soient pas trop acides).
 

Carte de répartition du Charme en France

UTILISATIONS

  • BOIS DE CHAUFFAGE : La première utilisation du Charme reste le bois de chauffage. En effet, son bois possède une combustion lente et régulière avec un fort pouvoir calorifique. Il chauffe donc longtemps et bien.
  • BOIS D’OEUVRE : Le bois du Charme commun a aussi sa place dans la création de certaines pièces et outillage. Restant toutefois assez difficile à travailler il permet de réaliser des manches d’outils. Mais on ne l’emploie pas pour des gros travaux de menuiserie.
  • ARBRE ORNEMENTAL : Espèce très intéressante pour la confection de haies ou en tant qu’arbre d’alignement. Il demande en effet peu de soins et supporte facilement la taille et le climat français. Avec ses faibles dimensions, on peut aussi bien l’utiliser dans les parcs et jardins qu’en alignement dans les villes.
  • PLANTE À BONSAÏ : Puisqu’il supporte bien la taille et reste de dimensions relativement modeste, on peut aussi l’utiliser comme plante à Bonsaï.
  • PLANTE COMESTIBLE : Le Charme commun fait partie des plantes sauvages comestibles. Mais il n’a pas de réels intérêts dans ce domaine. En effet, bien que les jeunes pousses soient comestibles crues en salades et que les graines grillées peuvent également se consommer, leur récolte est fastidieuse. Enfin, la plante devient trop riche en tanins une fois que les feuilles prennent de l’âge. Enfin, les copeaux de bois permettent de fumer les viandes et le poisson pour leur donner du goût.
  • PLANTE MÉDICINALE : Le Charme commun présente plusieurs utilisations d’un point de vue médicinal. Par exemple, en gemmothérapie, il aide le système sanguin. Il a aussi des vertus antispasmodique, soutient les défenses immunitaires ainsi que d’aider le foie à faire baisser le cholestérol.
  • IMPORTANCE ÉCOLOGIQUE : C’est la meilleure utilisation du Charme commun. Il attire de nombreux petits animaux, insectes et oiseaux. Il nourrit les écureuils avec ses graines, les abeilles avec ses fleurs ainsi que diverses espèces de champignons et d’insectes avec son bois et son feuillage. C’est une excellente espèce à utiliser dans les haies champêtres. Enfin, le Charme Commun est une plante mellifère.

Propriétés du Charme commun

  • ASTRINGENT : La plante est assez riche en tanin. Elle aura donc une certaine action pour resserrer les tissus. Utilisé en décoction, le charme a un petit action contre les cas de bronchite ou d’inflammation de la gorge.
  • POTENTIEL ANTICANCÉREUX : Grâce à la présence de phéophorbide A et flavonoïdes, plusieurs recherches scientifiques iraient dans la direction d’utiliser le Charme dans le traitement de certains cancers.
  • PROPRIÉTÉS ADOUCISSANTES :  doué de propriétés reminéralisantes, il peut s’utiliser en shampoings pour revitaliser des cheveux abîmés et fragiles ou encore en crèmes adoucissantes pour les mains.

CONFUSIONS AVEC D'AUTRES ESPÈCES

Le Charme commun, bien qu’assez facile à reconnaître, peut néanmoins se confondre avec d’autres espèces de plantes sauvages. Voici donc une liste, non exhaustive, d’espèces assez communes qui lui ressemblent :

  • Le Hêtre commun (Fagus sylvatica). Il est plus grand et ses feuilles ne sont pas dentées. Son écorce est plus lisse, plus grise et ses bourgeons plus longs.
  • L’Orme Champêtre (Ulmus minor). Peut pousser dans les mêmes milieux. Ses feuilles ont la particularité d’avoir la base reliant le pétiole non symétrique. Ses bourgeons sont aussi plus foncés.
  • Noisetier (Corylus avellana). Confusions difficiles, car les feuilles sont bien plus larges.
  • Charme-Houblon (Ostrya carpinifolia). Ce n’est pas un charme, mais ses feuilles et fruits lui ressemblent. La plus grosse différence résidera donc dans l’écorce. 
Article Précédent

Cardamine des Prés (Cardamine pratensis)

Article Suivant

GRANDE CHÉLIDOINE (chelidonium majus), l’herbe aux verrues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

RECONNAÎTRE & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître et utiliser les plantes (recettes et remèdes).