• Type:

Le Chiendent Commun, Elymus repens, mauvaise herbe des jardins

Dans cet article, nous parlerons du Chiendent commun (Elymus repens), une des mauvaises herbes les plus difficiles à maîtriser. Cauchemar des maraîchers, elle terrorise aussi les jardiniers et agriculteurs en colonisant les champs et jardins rapidement.

Selon les régions de France, cette plante sauvage comestible porte de nombreux noms différents. Ainsi, lorsqu’on parle de chiendent officinal, chiendent rampant, petit chiendent, blé-rampant ou encore de laitue de chien, nous parlons du chiendent commun (Elymus repens).

Sans plus attendre, voici la présentation du plan afin de découvrir cette plante trop peu considérée :

Enfin, si certains termes vous semblent trop techniques, n’hésitez pas à vous rendre sur notre Lexique Botanique afin de vous renseigner.

Présentation Du Chiendent Commun (Elymus Repens) :

Le chiendent commun est une plante de la famille des Poacées (anciennement Graminées) regroupant de nombreuses espèces végétales servant dans l’alimentation humaine sous la forme de céréales comme le Blé, l’Orge ou encore l’Avoine. Cette herbacée sauvage est particulièrement vivace grâce à ses rizhomes vigoureux. 

C’est une des plantes sauvages françaises les plus communes dans les cultures, les jardins, vergers ou prés. Elle a en effet une attitude très envahissante en particulier grâce à ses rizhomes qui lui donne une force de colonisation rapide.

Souvent ignorée par les randonneurs elle est pourtant présente sur l’ensemble du globe. En effet, cette plante a été introduite malgré l’Homme dans de nombreux environnements où elle y devient particulièrement envahissante.

Elle peut aussi dans certains cas être responsable de la perte des rendements des cultures où elle prospère. Le chiendent est un réservoir de virus et de champignons capables de se transmettre aux cultures aux alentours. Ainsi, l’Ergot du seigle est un champignon hébergé par le chiendent qui parasite les cultures de seigle et plus généralement de céréales.

Description du chiendent commun

Afin de mieux reconnaître le chiendent officinal, passons maintenant à la description de l’appareil végétatif de cette plante. Nous nous intéresserons dans un premier temps au port général du chiendent, puis à son feuillage. Ensuite, à l’inflorescence, et enfin un zoom sur les fleurs.

Port Général Du Chiendent Commun

Au niveau du port général de Elymus repens, nous sommes sur une herbacée somme toute classique. Les Chaumes (partie de la tige des céréales qui reste sur pied après la moisson) mesure de 30 à 120 cm de hauteur. Bien qu’elle puisse être annuelle selon le climat, ce chiendent est surtout une plante vivace. Et pousse en touffes épaisses. On dit alors qu’elle est une plante cespiteuse. Elymus repens produit aussi de nombreux stolons, un organe végétal jouant un rôle très important dans la multiplication végétale.

Feuillage Du Chiendent Commun

Au niveau du feuillage du chiendent commun, nous sommes sur des feuilles persistantes. C’est-à-dire que la feuille ne tombe pas contrairement aux plantes à feuillage caduc, mais reste verte même en hiver. Ses feuilles vertes sont linéaires et ne mesurent pas plus de 3 à 10 mm de large. Elles sont aussi planes, voire presque planes selon les plantes. Le Limbe d’une feuille de chiendent commun peut être pubescente, velue, ciliées ou non. Mais quoiqu’il en soit, les feuilles gardent un aspect scabre et rugueux au toucher sur tout le long de la feuille. Le chiendent commun compte aussi 3, 4, 5 nœuds sur la tige parfois plus encore. De plus, il possède une ligule courte, généralement inférieure à 2 cm avec la présence d’oreillettes.

Son Inflorescence

Comme chez beaucoup de Poacées (anciennement Graminées), les Chiendents n’ont pas d’inflorescences comparables à celles des autres Angiospermes. En effet, les Poacées sont des plantes anémophiles. Contrairement à beaucoup d’autres familles de plantes (Fabacées, Rosacées, Astéracées), les Poacées utilisent le Vent pour disséminer leur pollen. L’inflorescence du chiendent commun est donc à l’instar des autres céréales, discrète. Et peu de personnes remarque le moment de la floraison chez cette espèce. En utilisant le vent comme vecteur de pollinisation, les chiendents sont en partie responsables du rhume des foins.

Zoom Sur Les Fleurs De Cette Poacée

Les chiendents sont des plantes inscrites dans l’embranchement des Angiospermes, et possèdent donc des fleurs. Même si ces dernières ne sont pas particulièrement visibles. Elles ne sont pas faites pour attirer les insectes pollinisateurs puisque le chiendent officinal utilise le vent pour disséminer son pollen. Mais voyons tout de même à quoi ressemblent les fleurs des chiendents communs. Chaque épillet comprend au moins 2 fleurs fertiles aux glumes plus ou moins égales. Ses glumes sont plus courtes que les fleurs et ne possèdent ni cils, ni poils ni soies. Enfin, la fleur n’est pas non plus munie de poils à la base.

Distribution, Habitat Et Rôle Écologique :

Le chiendent commun est une plante particulièrement rustique. Elle se plaît donc dans de nombreux milieux naturels comme artificiels. De plus elle a été introduite par mégarde sur de nouveau territoire et colonise rapidement de nouveaux milieux.

Ainsi, nous pouvons trouver le chiendent officinal en Europe, en Asie, ou encore en Afrique du Nord. Depuis quelque temps ce chiendent est aussi présent en Amérique du Nord. Il commence également à se naturaliser dans l’hémisphère sud.

Elymus repens est une plante sauvage commune sur la totalité du territoire Français, à l’exception du pourtour méditerranéen où il est plus rare.

Bien sûr, même les plantes envahissantes préfèrent certains types de milieux à d’autres. Ainsi Elymus repens se plait particulièrement bien au sein des milieux suivants :

  • Prairies humides
  • Bas-marais et rives d’étangs / cours d’eau.
  • Bords des chemins, des routes, dans les fossés.
  • Les décombres et friches où il joue le rôle de plante pionnière.
  • Dans les jardins et les exploitations agricoles où il supporte très bien le piétinement.

Utilisation & Comestibilité Du Chiendent Commun.

ATTENTION !!!!

Chaque plante sauvage, même reconnue présente des dangers ! Ne consommez AUCUNE PLANTE SAUVAGE sans l’avis d’un médecin.

N’oubliez pas non plus les confusions possibles avec d’autres plantes sauvages toxiques. Aussi, même une plante sauvage comestible peut être dangereuse.

En effet, des sols pollués ou des animaux ont pu souiller la plante que vous voulez consommer. Nous ne prendrons aucune responsabilité si vous décidez de passer à l’action. Il ne faut pas non plus oublier les éventuelles réactions allergiques liées à certaines substances chimiques !

Historiquement, le chiendent officinal a eu une grande importance alimentaire pour les populations pauvres en périodes de disette. En effet, dans les chiendents sont des légumes-racines. Et leurs rhizomes peuvent être séchés et moulus afin d’en faire une bouillie. D’ailleurs, les jeunes pousses d’un rizhome peuvent se manger crues.

Une autre utilisation qu’on prêtait au chiendent commun était la réalisation d’une bière nommée bière du chiendent. En plus de servir de boisson alcoolisée, cette plante sauvage comestible possède certaines vertus médicinales. Employés en décoction, le rizhome du chiendent peut libérer ses propriétés émollientes et diurétiques.

Plus utilise pour l’alimentation animale qu’humaine, les repousses de chiendents à sa deuxième coupe ont une valeur fourragère et nutritive très intéressante pour les animaux en pâturage. Et effectivement, il est très riche en protéines. Mais plus il vieillit, plus il deviendra dur à cause de la lignine qui s’accumule dans l’appareil végétatif de la plante.

Enfin, le chiendent officinal pouvait s’utiliser pour faire des brosses en utilisant des chaumes (tiges) séchées.

Risques De Confusion

Comme beaucoup de plantes sauvages appartenant à la famille des Poacées, le chiendent commun peut se confondre avec d’autres espèces de cette famille. Il est aussi assez difficile de faire une distinction claire entre un chiendent d’une espèce et un d’une autre espèce. Parmi les espèces proches de Elymus Repens, voici les plus communes.

Les Chiendents Du Genre Elymus Similaires Au Chiendent Commun

  • Elymus athericus : le chiendent littoral ou chiendent piquant, est une espèce de plante herbacée présente en Europe et en Asie.
  • Elymus caninus : présent un peu partout en France, notamment sur les bords de chemins, et buissons mais rare en région méditerranéenne.

Les Autres Chiendents Du Genre Elytrigia

  • Elytrigia juncea : le chiendent à feuilles de jonc se rencontre autour de la méditerranée et de la façade atlantique en France sur toutes les côtes sableuses.
  • Mais aussi Elytrigia elongata : présent surtout en Corse et dans le Sud de la France.
  • Elytrigia campestris : que l’on trouve sur tout le territoire métropolitain.
  • Elytrigia intermedia : plante sauvage surtout présente au pied des Alpes.

Les Autres Genres De Chiendents

Le monde des Graminées (Poacées) est si vaste que de nombreuses espèces de genres différents possèdent des caractéristiques physiques similaires à celles des chiendents

Ainsi parmi les genres ressemblant aux chiendents communs, nous pouvons parler des tribus et genres suivants : Bromus, Lolium, Leymus,  ou encore Pascopyrum.

Article Précédent

Lavande papillon (Lavandula stoechas)

Article Suivant

10 Mauvaises Herbes Comestibles de nos Jardins

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

VOTRE PREMIER NOËL VEGETAL 

Avec le code promo NOELVEGETAL, vous obtiendrez 80% de réduction sur l'abonnement Monde Végétal TV. Aucun engagement. Vous pouvez apprendre à identifier, cultiver et utiliser les plantes pour le prix