• Type:

Comment Manger l’Érable Champêtre ? Cuisine Sauvage

Comment manger l’Érable Champêtre (Acer campestre) ? Eh bien vous tombez bien, puisque nous allons voir ensemble comment déguster cet arbre sauvage et abondant sous tous les angles. Aujourd’hui, on déguste l’Érable Champêtre ! 

AU PROGRAMME :

Manger les feuilles d'Érable Champêtre

Les feuilles de l'Érable Champêtre sont abondantes et disponibles une grande partie de l'année.

manger de l'érable champêtre en consommant ses feuilles crues ou cuites

Oui, vous pouvez manger les feuilles de l’Érable Champêtre. Et là où vous avez de la chance, est qu’elles sont disponibles presque toute l’année, en dehors de l’hiver. Et oui, l’Érable Champêtre perd ses feuilles à l’arrivée des grands froids.

Mais passons à ce qui nous intéresse : comment manger les feuilles de l’Érable ? Eh bien il existe plusieurs manières.

  • ON PEUT LES MANGER LES FEUILLES D’ÉRABLE CHAMPÊTRE CRUES. Mais que lorsqu’elles sont jeunes, car sinon, elles sont trop coriaces et surtout trop amères. Ainsi, vous pouvez réaliser vos propres salades sauvages composées de jeunes feuilles d’Érable Champêtre au printemps.
  • ON PEUT MANGER LES FEUILLES D’ÉRABLE CHAMPÊTRE CUITES. Vous pouvez tout à fait consommer les feuilles de l’Érable Champêtre même lorsqu’elles sont trop fibreuses, trop âgées. Mais il faudra les cuire. Par exemple, en Asie, on saupoudre les feuilles d’érables dans la panure, puis on les frit. 

Manger les fruits de l'Érable Champêtre

Oui, les fruits de l'Érable Champêtre sont aussi comestibles que les feuilles

Vous avez forcément déjà vu les fruits de l’Érable Champêtre. Vous savez, ces petits fruits secs munis de deux ailettes. On les appelle disamares. Et chaque disamare est constituée d’une samare. Mais passons le côté Botanique pour nous intéresser au côté cuisine. 

Alors, comment on fait pour manger les fruits de l’Érable Champêtre ?

  • COMME LES CORNICHONS : Aussi surprenant que cela puisse paraître, vous pouvez manger l’Érable Champêtre à la manière des cornichons. En fait, il vous suffira de récupérer les jeunes samares, les jeunes fruits encore verts donc, et de les préparer dans la saumure.
  • COMME LES CHÂTAIGNES : Bien que les châtaignes proviennent d’un autre arbre, on peut consommer les fruits de l’Érable Champêtre de la même manière qu’elles. Il suffit donc de les griller à la poêle lorsqu’ils sont plus âgés. Petite astuce, les fruits de l’Érable Champêtre arrivent à maturité au début d l’automne, lorsqu’ils sont marrons.

Mais je ferais un article dédié pour savoir exactement comment manger les fruits de l’Érable Champêtre, car il y a beaucoup plus à dire ! Par exemple comment se débarrasser des tanins responsables du goût amer et malheureusement présents dans les samares. 

Ou encore que les fruits de l’Érable sont très riches en protéines végétales ! 

Grignoter les fleurs de l'Érable Champêtre

Comme pour ses fruits, les fleurs de l'Érable Champêtre sont aussi comestibles

consommer l'érable champêtre en grignotant ses fleurs

Alors là, il y a beaucoup moins de choses à dire sur les fleurs de l’Érable Champêtre.

Elles sont comestibles, c’est un fait. Et vous pouvez d’ailleurs les consommer crues ou cuites. Mais je vous conseillerai peut-être mieux de les consommer crues.

Elles ont en effet un petit goût subtil légèrement sucré. Ce dernier rappelle de loin le goût des fleurs de tilleul si vous connaissez.

Par contre, les fleurs, bien que disponibles en grande quantité pendant la période de floraison, ne seront malheureusement pas disponibles longtemps. 

La période de floraison de l’Érable Champêtre ne se déroulant que d’avril à mai. Et guère plus longtemps. 

Du Sirop d'Érable Champêtre !

C'est d'ailleurs sûrement la meilleure façon pour apprécier manger l'Érable Champêtre !

sirop d'érable champêtre, on peut manger sa sève

Je suis certain que vous avez déjà entendu parler du sirop d’Érable. Ce délicieux breuvage provenant tout droit du Canada se marie somptueusement bien avec les pancakes et les crêpes ! 

Le sirop d’Érable qu’on trouve dans le commerce provient de l’Érable à Sucre, le cousin Américain de notre petit Érable.

Mais saviez-vous qu’on peut faire son propre sirop d’Érable avec l’Érable Champêtre ? En pus c’est assez simple à réaliser. Vous pouvez d’ailleurs boire la sève d’Érable Champêtre directement après avoir entaillé la plante.

Attention, pensez toujours à reboucher la plaie après vous êtes servi ! Ainsi, vous n’épuiserez pas la plante.

Oh et bonne nouvelle, vous pouvez boire la sève de toutes les espèces d’Érables. Les meilleures étant l’Érable à Sucre, l’Érable Argenté et l’Érable Sycomore. 

Des Bourgeons comestibles

Enfin, on peut manger ses bourgeons, mais ils ont surtout des propriétés médicinales

manger les bourgeons de l'érable champêtre

Décidément, on peut tout manger dans l’Érable Champêtre, bourgeons y compris.

Alors oui, vous pouvez manger les bourgeons de l’Érable Champêtre à la poêle par exemple, mais je trouve que ce serait dommage de les griller.

En fait, l’intérêt des bourgeons d’Érable Champêtre est surtout médicinale. D’ailleurs, j’ai même fait un article détaillé au sujet des propriétés médicinales de l’Érable Champêtre juste avant ! 

Un concentré de bienfaits pour la santé. Et associé à d’autres plantes médicinales comme le Tilleul ou le Frêne élevé, on peut soigner encore plus de maux.

Je vous invite beaucoup à vous renseigner sur les macérats de bourgeons d’Érable Champêtre si le sujet vous intéresse.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

MAÎTRISER LES PLANTES QUI VOUS ENTOURENT

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître et utiliser les plantes (reconnaissances, recettes et remèdes).

Article Précédent

Propriétés Médicinales de l’Érable Champêtre

Article Suivant

Comment manger le fruit de l’Érable Champêtre ?

2 commentaires

  1. Cristelle dit :

    Bonjour à vous.
    N’ayant pas trouvé sur le net, ni sur votre site, de réponses claires à mes questions, j’espère pouvoir obtenir un éclaircissement ici :
    les fruits de l’érable sycomore sont-ils comestibles pour l’homme, ou pas ? (Je crois qu’ils sont toxiques pour les chevaux.)
    Si oui, de quelle façon ? Crus et/ou cuits ? Et si cuits, faut-il les griller à la poele, ou les ébouillanter ? Ont-ils des tanins ?

    Autre et dernière question : les fruits de l’érable champêtre semblent être minuscules, et extrêmement collées dans les ailettes. Y a-t-il un  »truc » pour les ouvrir plus facilement, svp ??
    Par chez moi (nord de la Loire), les sicamares d’érable champêtre sont sans graines ou tellement minuscules que je n’arrive pas à les ouvrir ou voir les graines, et pourtant les ailettes sont déjà marrons et en train de tomber…

    Merci pour vos réponses à venir, j’espère…

    1. Bonjour Cristelle. Effectivement, les fruits de l’érables Sycomore (et Negundo) sont très toxiques pour les équidés (chevaux, ânes etc). Ils sont même potentiellement mortels en raison de deux substances toxiques qu’on retrouve à l’intérieur : l’hypoglycine et le méthylène-cyclopropyle-glycine.

      Ces deux substances sont aussi toxiques pour l’homme en quantités suffisantes (Maladie des vomissements de la Jamaïque causée par d’autres plantes qui contiennent ces substances en plus grandes quantités).

      Consommées crues, les graines des fruits de l’érable sycomores sont donc toxiques. Mais cette toxicité semblerait partir au bout de 5 à 10 min de cuisson dans plusieurs eaux. Il ne faut bien sûr, pas consommer l’eau de cuisson.

      Pour consommer facilement les graines de l’érable champêtre, vous pouvez cuire les fruits pour les ramollir. Et une fois refroidi, l’ouverture est normalement plus facile. Cela dit, il semblerait que les érables champêtres près de chez vous ne soient pas très fertiles. Peut-être que ça ne vaut pas le coup de les consommer si tel est le cas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

IDENTIFIER, CULTIVER & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître, cultiver et utiliser les plantes (recettes et remèdes).