• Type:

Belle de Nuit – Mirabilis jalapa

Parlons de la Belle de Nuit – Mirabilis jalapa. Une magnifique plante à fleurs roses à la fois comestible, médicinale et toxique originaire d’Amérique du Sud.

On appelle aussi la Belle de Nuit : Merveille du Pérou, Jalap d’Europe, Faux-Jalap ou encore Nyctage du Pérou.

Et elle a charmé les Aztèques, puis les Européens et on la retrouve ainsi souvent dans les jardins ou dans le commerce.

AU PROGRAMME :

PHOTOS DE BELLE DE NUIT

DESCRIPTION DE LA BELLE DE NUIT

Les photos à elles seules permettent assez facilement d’identifier la Belle de Nuit à l’état sauvage.

Mais pour vous donner encore plus de moyens, je vous joins en plus une rapide description sur cette plante.

apprendre les plantes réaliser ses propres remèdes infusions et recettes sauvages cours de botanique

PORT GÉNÉRAL

En ce qui concerne son port général, la Belle de Nuit se reconnaît facilement.

Premièrement, c’est une plante herbacée vivace pouvant mesurer de 30 à 80 centimètres de hauteur.

Dans de très rares cas, elle peut atteindre 2 mètres de hauteur.

Elle a un port très ramifié et buissonnant. La Belle de Nuit développe des tiges quadrangulaires, herbacées et robustes de couleur vertes jeunes.

Puis, le bas de ses tiges tire sur le rouge et pourpre.

Elle produit aussi de grosses racines tubérisées, ce qui lui permet de survivre l’hiver dans les régions un peu plus froides que son climat d’origine.

Enfin, cette plante appartient à la famille des Nyctaginacées. Elle est donc cousine des Bougainvilliers.

FEUILLES

Les feuilles de la Belle de Nuit permettent aussi de facilement la reconnaître.

Ses feuilles sont opposées sur la tige, simples et entières. Elles ont aussi une forme ovale triangulaire, faisant un peu penser aux feuilles du Lilas Commun.

La base des feuilles est arrondie ou légèrement cordée. Bien sûr, le sommet est aigu et au total, chaque feuille mesure entre 4 à 12 cm de long sur 3 à 8 cm de large.

Aussi, chaque feuille est pétiolée. Et chaque pétiole mesure entre 1 à 4 cm de long.

Au niveau des nervures : une nervure centrale blanche assez marquée traverse le limbe au milieu.

De plus petites nervures secondaires partent de manière alterne de cette nervure principale, mais elles ne touchent pas les bords de la feuille.

D’ailleurs, les bords sont lisses. Mais lorsque le soleil tape trop fort sur les feuilles de la Belle de Nuit, ces dernières semblent faner.

Mais elles repartiront dès que coucher du soleil.

Enfin, les feuilles dégagent une odeur désagréable lorsqu’on les coupe et elles peuvent être très triangulaires.

FLEURS DE LA BELLE DE NUIT

Les fleurs de la Belle de Nuit sont sans doute la plus belle de ses parties.

D’autant plus que son inflorescence est un peu particulière. D’ailleurs sa floraison estivale et automnale se déroule à la fin de l’après-midi, au crépuscule et dure jusqu’à l’aube.

Les fleurs sont donc ouvertes seulement la nuit ou lorsque la lumière du soleil est faible. Ces fleurs développent un parfum fort et odorant rappelant celui de la fleur de Tabac.

Il peut y avoir des fleurs de plusieurs couleurs sur le même individu. Mais généralement, les fleurs sont soit roses foncé, roses clairs, blanches, ou même jaunes.

Les fleurs poussent sur l’extrémité des rameaux. Elles sont donc bien visibles. L’inflorescence est une cympe bipare contracté en une fleur.

En soit, la fleur de la Belle de Nuit a une forme de trompette. Une forme de trompette qui rappelle un peu les fleurs du Datura Stramoine ou de la Bignone de Chine (de loin).

La fleur de la Belle de Nuit développe un tout petit involucre à 5 bractées de couleur vert pâle. Ces bractées mesurent entre 7 et 12 millimètres.

La corolle de la Belle de Nuit comporte 5 pétales soudés à la base. C’est cette soudure qui donne la forme de trompette en entonnoir caractéristique.

Le tube de chaque pétale mesure entre 2 à 6 centimètres de long. L’entonnoir créé par ces pétales, lui, mesure 4 à 5 centimètres de diamètre.

Enfin, si on regarde bien, on peut voir 6 étamines de tailles inégales.

FRUITS

Passons maintenant aux fruits de la Belle de Nuit.

Ce sont des akènes noirs subglobuleux. Donc des fruits secs presque ronds. Et ils mesurent entre 6 à 8 millimètres.

Les fruits de la Belle de Nuit sont des fruits noirs comportant des graines simples sphériques, ridées qui deviennent noires à maturité.

Lorsqu’elles sont jeunes, elles sont de couleur jaune verdâtre.

Le fruit pousse à la base du tube, au sein des 5 bractées de l’involucre.

Enfin, c’est une plante produisant beaucoup de graines. Et elle peut par conséquent, devenir envahissante.

HABITAT DE LA BELLE DE NUIT

Ici nous allons parler de l’habitat de Mirabilis jalapa. Nous allons donc regarder ensemble quelle est son aire de répartition au niveau mondial.

Puis, nous allons voir sa répartition en France, et où la trouver.

Ensuite, nous parlerons de ses besoins écologiques et de sa phyotosoiologie. Ainsi, nous allons connaître parfaitement son type d’habitat préféré.

AIRE DE RÉPARTITION

répartition de mirabilis jalapa carte
Carte de la répartition de la Belle de Nuit dans le Monde – Mirabilis jalapa (Source)

Comme vous pouvez le voir sur cette carte, l’aire de répartition de la Belle de Nuit est tout simplement considérable.

Elle est en effet présente sur tous les continents habités par l’Homme.

On la retrouve aussi bien en Amérique du Nord, qu’en Amérique du Sud. Mais aussi en Afrique, en Océanie, en Asie et surtout en Europe où elle est très largement plantée dans les jardins.

  • AMÉRIQUE DU NORD : on la trouvera surtout aux États-Unis ainsi qu’au Mexique, beaucoup moins au Canada, car les hivers sont trop rigoureux.
  • AMÉRIQUE DU SUD : c’est son aire d’origine. Elle sera surtout présente dans le Nord du continent, comme au Venezuela et surtout au Pérou. Mais aussi au Brésil, Paraguay et Argentine. Mais elle sera moins présente dans les steppes de Patagonie et dans les forêts denses de l’Amazonie.
  • AFRIQUE : en Afrique, la Belle de Nuit s’est naturalisé dans plusieurs pays. Par exemple, elle pousse en Afrique du Nord et autour du Golfe de Guinée, mais pas dans le Sahara ni le Sahel. Par contre, elle est envahissante en Afrique de l’Est, notamment au Kenya et en Ouganda. (Source)
  • ASIE : on retrouve aussi la Belle de Nuit en Asie. Et majoritairement en Inde, en Corée et en Chine. Elle est d’ailleurs considérée comme envahissante en Chine.
  • OCÉANIE : la Belle de nuit pousse aussi bien en Australie qu’en Indonésie. Mais en Australie, la Belle de Nuit a tendance à être envahissante.
  • EUROPE : enfin, en Europe, la Belle de Nuit est très commune dans les jardins des particuliers. Mais elle se naturalise aussi à de nombreux endroits. Par contre, elle n’est pas encore considérée de partout comme une plante envahissante même si elle se resème facilement.

LA BELLE DE NUIT EN FRANCE

carte de la présence de mirabilis jalapa en france merveille du Pérou
Présence de la Belle de Nuit en France – Mirabilis jalapa (Source)

La France fait partie des pays d’Europe où vous avez le plus de chance de croiser la Belle de Nuit à l’état sauvage.

Mais surtout dans les jardins. Car elle y est très utilisée comme plante ornementale pour ses jolies fleurs.

Par contre, la Belle de Nuit ne pousse pas sur tout le territoire. Comme vous pouvez le voir sur cette carte.

En fait, on trouvera la Belle de Nuit principalement dans les zones urbaines du pays. Elle a un peu de mal à s’installer en dehors des zones anthropisées. C’est-à-dire en dehors des zones impactées par les Hommes.

On la trouvera donc surtout près des grandes villes.

Par exemple, elle est bien présente autour des villes du Bassin Parisien, dans les agglomérations Lyonnaises, Bordelaises ou encore autour de Toulouse et Marseille.

Elle est quasiment absente du Massif Central ou du Grand Est. En dehors des villes bien sûr.

BESOINS ÉCOLOGIQUES

Parlons maintenant de ses besoins écologiques.

En soit, la Belle de Nuit dispose d’une grande plasticité écologique. C’est-à-dire qu’elle s’adapte facilement à plusieurs types de milieux.

Elle préfère les climats de forêts tropicales, humides, les climats de moussons, la savane tropicale avec étés secs, mais tolère d’autres conditions climatiques.

Par exemple, elle supporte très bien le climat des steppes (tant que les hivers restent assez doux).

Elle tolère aussi les zones désertiques où les précipitations sont comprises entre 430 mm et 860 mm. Même parfois moins.

Enfin, elle s’adapte aux climats tempérés et méditerranéens tant que la température ne descende pas en dessous de -5 °C.

La Belle de Nuit est donc une plante héliophile, xérophile, indifférente quant au pH du sol et elle supporte les sols pauvres.

Une plante résistante et polyvalente.

Plus de précisions sur les climats qu’affectionne Mirabilis jalapa.

PHYTOSOCIOLOGIE

La Phytosociologie est l’étude des populations végétales. Ici on fera simple, on se contente de regarder quelles sont les plantes qui poussent aux côtés de la Belle de Nuit.

Ainsi, vous allez pouvoir mieux connaître le type de milieux qu’elle affectionne. Mais comme la plante possède une grande s’adapte à de nombreux climats, cette liste ne sera donc pas exhaustive.

Et on en s’intéresse ici qu’aux espèces européennes.

Mais voici la liste des plantes qui poussent aux côtés de la Belle de Nuit. Nous pouvons retrouver :

Arroche Hastée, Morelle Noire, Chénopode Blanc, Séneçon commun, Chardon-Marie, Lampourde épineuse, Concombre Sauvage, Géranium Bec-de-Grue ou encore du Datura Stramoine et de la Pariétaire de Judée.

Vous pouvez aussi accéder à une liste plus complète sur la phytosociologie de la Belle de Nuit.

UTILISATION DE LA BELLE DE NUIT

Nous voilà désormais à la partie la plus intéressante : comment utiliser la Belle de Nuit.

Nous allons voir ici ses utilisations en tant que plantes comestible, médicinale ou encore toxiques.

Et bien sûr, d’autres usages, parfois pas toujours connus.

PLANTE ORNEMENTALE

C’est bien sûr la première des utilisations de la Belle de Nuit. D’où sa présence importante dans de nombreux jardains à travers le monde.

Et les fleurs de la Belle de Nuit y sont pour quelque chose.

Sa magnifique floraison, longue et abondante lui donne une place de choix dans de nombreux massifs floraux.

D’autant plus que certaines variétés peuvent développer plusieurs couleurs de fleur sur le même individu.

En plus de cette explosion de couleurs florales, la Belle de Nuit est une plante peu sensible aux maladies.

Elle sera donc presque toujours en bonne santé. Il n’y a que le soleil trop fort qui lui donne un aspect un peu rabougri l’été.

Mais lorsque la luminosité diminue, sa vigoureuse beauté revient de plus belle.

Enfin, c’est une plante très résistante. Elle supportera aussi bien les sols secs, qu’un peu trop souvent humides.

Elle n’a aussi pas besoin de sol riche et se contente des friches.

En Europe, ses tiges aériennes vont disparaître l’hiver, mais pour mieux revenir au printemps.

Par contre, elle ne pourra pas se cultiver dans les régions où les hivers sont trop rigoureux.

Mais avec le réchauffement climatique, elle a de beaux jours devant elle.

BELLE DE NUIT COMESTIBLE ?

En plus d’être une plante ornementale, la Belle de Nuit fait aussi partie des plantes comestibles.

Ses fleurs sont par exemple utilisées pour produire des colorants alimentaires naturels. Elles fournissent un colorant pourpre qu’on utilise par exemple pour colorer les gâteaux et les gelées.

Les feuilles peuvent se manger cuites (pas crues, car toxiques). Mais elles n’ont pas vraiment de goût intéressant.

Elles servent surtout comme aliment de survie. Elles ont par exemple, être utilisées lors des périodes de famines.

Bien sûr, c’est loin d’être la meilleure des utilisations de la Belle de Nuit. Car en fait, la Belle de Nuit n’est pas tout à fait comestible. En fait

Elle est aussi en partie toxique. Et c’est ce qu’on voit juste après.

TOXICITÉ DE LA BELLE DE NUIT ?

Non, la Belle de Nuit n’est pas qu’une plante comestible. Toutes les parties de la plante ne sont pas toxiques, mais certaines présentent bien une toxicité.

En fait, deux parties de la Belle de Nuit sont toxiques :

  • ses graines
  • sa racine avec le tubercule

En ce qui concerne les graines : elle contient beaucoup de Trigonelline. La Trigonelline se trouve aussi dans les grains de café, mais la cuisson détruit une grande partie de cette substance.

Par contre, même cuites, les graines de la Belle de Nuit, riches, en Trigonelline, ne peuvent pas se consommer. Elles provoquent des diarrhées.

Les tubercules et les racines sont aussi riches en Trigonelline. Moins que les graines, mais elles ne peuvent pas non plus servir d’aliment.

Par contre, les racines et le tubercule sont utilisés dans certaines médecines traditionnelles pour leurs propriétés médicinales.

DES PROPRIÉTÉS MÉDICINALES

Les informations qui vont suivre ne sont qu’à but pédagogique. Les plantes médicinales comportent des risques et les traitements à base de plantes ne sont pas anodins.

Avant d’utiliser la Belle de Nuit, veuillez demander conseil à un professionnel de la santé. Les doses sont aussi importante à respecter.

Par contre, la Belle de Nuit possède de nombreux bienfaits et vertus sur l’organisme :

ANTIINFLAMMATOIRE : la Belle de Nuit possède des vertus antispasmodiques. Elle décontracte donc les muscles douloureux. On utilise les feuilles fraîches en décoctions.

CICATRISANTE : La Belle de Nuit est aussi une plante vulnéraire. C’est-à-dire qu’elle sert pour cicatriser les plaies. Les feuilles fraîches utilisées en macération et ébullition ou en jus permettent de soigner les abcès ou les inflammations. Le tubercule

LAXATIF : les racines de la plante ont un effet laxatif qui peut servir à lutter contre certaines formes de constipations.

PURGATIF : les racines de la Belle de Nuit servent aussi comme purgatif. Elle a aussi une action contre les vers intestinaux et favorise l’évacuation des selles par ses propriétés laxatives.

DIURÉTIQUE : la plante augmente aussi la production d’urine, ce qui permet, d’une certaine façon, d’éliminer certaines toxines de l’organisme par les urines.

ANTIBACTÉRIENNE : Enfin, la Belle de Nuit possède des effets antibactériens sur certaines bactéries. Elle peut également servir comme antimycosique, c’est-à-dire lutter contre certaines les mycoses.

La Belle de Nuit permet aussi de faire baisser la fièvre.

Enfin, on conférerait des propriétés aphrodisiaques au tubercule. Mais sans études scientifiques prouvées.

COMPOSANTS CHIMIQUES DE LA BELLE DE NUIT

Ce qui explique les propriétés médicinales de la Belle de Nuit sont ses composants chimiques. Bien sûr, cet article n’est pas là pour vous donner toute la liste des composants chimiques de Mirabilis jalapa.

Elle n’est donc pas exhaustive.

Mais voici les principes actifs principaux contenus dans la Merveille du Pérou :

  • Bétaxanthines
  • Roténoïdes
  • Divers Composés Phénoliques
  • Peptides
  • Des PIR
  • Acide Ursolique
  • Isoflavones

Bien sûr, la plante contient d’autres principes actifs intéressants et tous ne sont pas inscrits ici.

MAUVAISE HERBE ENVAHISSANTE

La Belle de Nuit est jolie, en partie comestible et surtout médicinale.

Mais elle fait aussi partie des mauvaises herbes. Et surtout des mauvaises herbes envahissantes.

Elle a notamment prouvé sa capacité à s’étendre en Afrique de l’Est, mais aussi en Australie et en Chine. Mais elle a aussi tendance à envahir d’autres zones du monde.

Puisqu’elle pousse principalement dans les zones anthropisées, elle se contentera le plus souvent d’envahir les friches, les abords des viles. Mais la où elle est plus problématique, c’est dans les cultures.

Elle pousse vite et surtout elle produit de nombreuses graines. Ses graines et sa vigueur de pousse lui permette de coloniser rapidement le terrain.

Mais elle empêche beaucoup de plantes de pousser. Et ceci, à la fois à cause de son ombre, mais aussi avec les substances inhibantes qu’elle libère dans le sol.

Elle empêche ainsi la germination de nombreuses plantes indigènes et pose donc problème pour la biodiversité locale.

D’autant plus que ses grosses racines sont très difficiles à arraché.

Il faut donc arracher la plante le plus tôt possible avant qu’elle ne s’installe durablement.

AMÉLIORE LES SOLS

La Belle de Nuit peut améliorer les sols.

Et en effet, elle a une forte capacité en ce qui concerne la bio restauration des sols.

Elle pourra donc servir pour assainir les sols pollués par les métaux lours tels que le Cadmium. Mais pas que.

Puisque la Belle de Nuit dispose d’interactions microbiennes intéressantes au niveau de ses racines, elle peut aussi participer à la réduction de la pollution organique.

Par exemple contre les hydrocarbures aromatiques polycycliques. Des produits polluants qui proviennent de la combustion des hydrocarbures comme le pétrole, le charbon ou même lors des feux de forêts.

Ces produits sont toxiques et malmènes à la fois la vie du sol, l’eau potable et la santé des hommes et animaux.

Je vous mets plus d’infos sur les capacités de la Belle de Nuit à assainir les sols. C’est en anglais, mais ça vaut le coup.

CULTURE DE LA BELLE DE NUIT

En soit, la culture de la belle de nuit est très facile.

D’autant plus si vous habitez dans des climats chauds comme aux Antilles, à la Réunion ou même en Polynésie. Vous aurez de belles fleurs toute l’année.

Si vous n’habitez pas en climat chaud, mais en climat tempéré, pas de panique, la Belle de Nuit se cultive aussi très facilement. Mais imaginez-la plutôt comme une plante annuelle.

Elle est vivace, ses parties aériennes disparaitront lors de la saison froide.

ENTRETIEN DE LA BELLE DE NUIT : PLEIN SOL

Déjà, avant de voir comment cultiver Mirabilis jalapa, voyons si l’entretien de la Belle de Nuit est difficile.

Et la réponse est NON !

En réalité, il est même très simple puisque la Belle de Nuit est une plante très facilement adaptable et surtout résistante.

Dans un climat chaud (mais pas aride), elle se comportera en tant que plante vivace et fera des fleurs toute l’année. En climat tempéré, ses parties aériennes vont disparaître en hiver. Mais elle survit grâce son tubercule profond.

C’est d’ailleurs grâce à ce même tubercule qu’elle supporte un peu la sécheresse. Mais pensez à l’arrosage de temps en temps.

Par exemple, en été, lors des fortes chaleurs de la canicule, un arrosage une fois par semaine suffit en pleine terre. Mais assurez-vous que le sol dans lequel vous plantez votre Belle de Nuit soit bien drainé. Elle n’aime pas les sols trop humides.

ATTENTION : la Belle de Nuit se ressème souvent toute seule. Elle peut donc devenir envahissante.

Arrachez donc les fleurs fanées avec le calice pour éviter la formation des graines. Et arrachez au plus vite les jeunes plants avant qu’ils fassent leurs tubercules.

Après, il devient difficile de s’en débarrasser.

BELLE DE NUIT EN POT : CONSEILS ET ENTRETIEN

Les plantes en pots sont plus sensibles face aux aléas climatiques.

Je vous rappelle qu’un pot est un environnement hostile, car il y a peu de ressources alimentaires et hydriques. Si vous souhaitez cultiver vos Belles de Nuit en pot, pensez à l’arrosage l’été.

Selon la taille du pot, ça peut être une fois tous les 3 jours, à 1 fois par jour.

Plus le pot est petit, plus on arrose. Donc plus le pot est grand, moins vous aurez besoin d’arroser.

Aussi, si vous habitez dans un climat tempéré, surtout si les hivers sons froids, pensez à tenir vos pots hors gel.

Enfin, comme avec toutes les plantes en pot où le cycle du naturel du sol est interrompu, pensez à nourrir votre plante. Il faudra donc y apporter des engrais, même si la Belle de Nuit se contente de sols pauvres.

ATTENTION : la Belle de Nuit est une plante envahissante. Pensez donc à supprimer les fruits dès leur apparition. Ainsi, vous l’imiterez sa propagation par graines. Et pensez à arracher les jeunes plantules avant qu’ils ne deviennent trop durs à enlever.

COMMENT FAIRE DE BONS SEMIS DE BELLE DE NUIT ?

Premièrement, on peut tout à fait semer des Belles de Nuit dans son jardin. Les semis sont plutôt faciles et la plante a déjà montré sa capacité à se reproduire facilement.

Mais voyons quand même comment faire de bons semis de cette magnifique plante à fleurs. C’est d’ailleurs la meilleure méthode pour multiplier la Belle de Nuit.

Pour multiplier sa Belle de Nuit, il suffit de récolter les graines directement sur la plante.

On récupère donc les fruits en septembre ou novembre selon les régions. Ses fruits se reconnaissent facilement par leur couleur noire et leur forme sphérique.

Dans ces fruits, on y trouvera les graines.

On récupère donc ces graines. Puis on les met dans un petit sachet en papier pour qu’elles puissent respirer et on les stocke dans un lieu sec, à l’abri du soleil et de l’humidité.

Ce lieu doit avoir une température comprise entre 5 et 15 °C.

Puis, il suffira d’attendre février. On réalise le semi dans un petit abri sous serre ou en godet avec un mélange terreau et sable de rivière.

Mais pour plante ses Belles de Nuit au jardin, il faudra attendre avril. Ou alors, les dernières gelées pour éviter que les jeunes plantules ne meurent.

LES MALADIES DE LA BELLE DE NUIT ?

Un autre des grands atouts de la Belle de Nuit c’est sa résistance aux maladies.

Surtout en Europe où elle n’a pas vraiment de prédateurs naturels.

Premièrement, les maladies cryptogamiques sont rares. Elle n’est donc pas infectée par les champignons qui pourraient habituellement infecter nos plantes indigènes.

En fait, seuls les pucerons ainsi que les araignées rouges peuvent parasiter la Belle de Nuit.

Mais puisque c’est une plante vigoureuse, ces derniers ne représentent générèrent pas un souci. Vous n’aurez donc pas à la traiter, car elle ne risque pas de s’abîmer.

CONFUSIONS POSSIBLES

En Europe, les confusions avec d’autres plantes sauvages sont rares. Car la Belle de Nuit est très caractéristiques avec ses fleurs.

Mais lorsqu’elle est jeune, on peut toutefois la confondre avec certaines plantes sauvages. Notamment à cause de ses feuilles. Mais une fois la floraison arrivée, les risques de confusion sont considérablement faibles (en Europe).

CONFUSIONS AVEC :

  • LILAS COMMUN (Syringa vulgaris) :

Lorsque le Lilas Commun est jeune, nous n’avons que les feuilles et l’écorce pour faire la différence avec la Belle de Nuit. Les feuilles du Lilas ont davantage une forme en cœur que celles de la Belle de Nuit.

Aussi, le Lilas est un arbuste. Il produira donc assez vite de l’écorce, ce qui n’est pas le cas de Mirabilis jalapa.

Enfin, lorsque le Lilas Commun est en fleur, la différence est facile. Puisqu’il appartient à la famille des Oléacées, ses fleurs seront totalement différentes.

  • MORELLE NOIRE (Solanum nigrum)

La Morelle Noire est une plante commune dans les jardins et cultures. On la considère souvent comme une mauvaise herbe. Et elle partage le même type de milieu que la Belle de Nuit. Mais ses feuilles lui ressemblent.

Les feuilles de la Morelle Noire ont des bords ondulés.

Par contre, il n’y a plus de confusion lorsqu’on voit ses fruits et ses fleurs. Puisque la Morelle Noire appartient à la famille des Solanacées.

Mais en dehors de ces deux espèces, je ne vois pas d’autres confusions possibles.

Bien sûr, il existe des centaines de milliers de plantes sauvages. Alors il n’est pas négligé d’avoir d’autres confusions. Surtout en dehors d’Europe.

Article Précédent

Euphorbe à feuilles en dents de scie -Euphorbia serrata

Article Suivant

Le Danger de la Figue : risques insoupçonnés pour la santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

RECONNAÎTRE & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître et utiliser les plantes (recettes et remèdes).