• Type:

Peuplier Noir (Populus nigra) – Salicacées

Peuplier Noir (Populus nigra) : Présentation

Le Peuplier noir (Populus nigra) fait partie de la famille des Salicacées. C’est donc un arbre cousin des Saules avec lesquels il partage de nombreuses caractéristiques similaires. C’est avant tout un des plus grands arbres caducs de France. Espèce végétale sauvage à la base, on l’utilise aussi comme plante ornementale grâce à son port élégant.

Le Peuplier noir comprend plusieurs variétés et cultivars dont le plus connu est le Peuplier Noir d’Italie (Populus nigra var. Italica). Ce dernier sert particulièrement comme plante ornementale grâce à son port érigé formant une véritable colonne végétale. Il fait aussi partie des bois souples recherchés pour le placage ou la réalisation de cagettes.

Même si le Peuplier noir est un arbre assez commun en France, il porte plusieurs noms dont certains peuvent désigner d’autres espèces de végétaux. Ainsi, selon les régions, ce peuplier s’appelle Liard, Peuplier suisse, Peuplier franc, Liardier, Peuplier commun noir, Piboule, ou encore tout simplement peuplier. Cette liste de noms n’est pas exhaustive.

Voici le déroulé du plan :

Description du peuplier noir

Le Peuplier noir (Populus nigra) fait partie des plus arbres qu’on puisse observer dans la nature en France. En effet, il peut atteindre des hauteurs de plus de 30 mètres et a peu de risques de confusion puisqu’il est facilement identifiable. Malgré tout, je vous propose tout de même une description détaillé de cet arbre sauvage qu’on trouve un peu partout en France.

Port général du Peuplier noir (Populus nigra)

Comme nous l’avons dit, le Peuplier noir est un grand arbre caduc. C’est d’ailleurs un des plus grands de France. Il peut en effet atteindre les 30 mètres de hauteur.

Mais son port change beaucoup en fonction du contexte. Ainsi, chaque végétal n’aura pas la même ampleur selon s’il pousse en haie, en sous-bois, isolé ou en ripisylve. Dans les boisements, le Peuplier noir aura un tronc plus long et surtout plus droit.

Si le Peuplier pousse en ripisylve, ce dernier aura un port élancé mais avec des branches plus longues car elles cherchent la lumière. Enfin, lorsqu’il est isolé, c’est là qu’il prend le plus d’ampleur. Ainsi, chaque branche pourra profiter du manque de concurrence pour prendre le maximum de place. Dans cette situation, il forme un houppier ample avec une dominance apicale peu marquée. Un peuplier isolé est donc moins haut, mais plus large que les spécimens vivants autour d’autres arbres.

Peu importe là où le Peuplier noir pousse, sa branchaison est irrégulière. Les branches sont aussi lourdes et aux verticilles non marqués. Les branches les plus vieilles seront logiquement les plus grosses et arborent une forme en arche avec des rameaux longs de l’année nettement cylindriques à la base. 

Si on décide de tailler le Peuplier noir en tétard, son tronc deviendra alors trapu. Il présente une couronne de branches érigée sur un tronc trapu. Quoiqu’il en soit, cette espèce est une essence forestière à croissance rapide.

Feuilles du Peuplier noir (Populus nigra)

Les Peupliers européens sont des arbres au feuillages caducs. En opposition aux végétaux à feuillage persistant, le Peuplier noir perdra ses feuilles l’hiver. Il faudra donc compter sur ses bourgeons, son port et son écorce pour le reconnaître. Mais pour le reste de l’année, voyons comment identifier le Peuplier noir grâce à ses feuilles.

Les feuilles apparaissent après la floraison. Elles ont aussi une forme triangulaire voire losangique ou en coin à la base. Les feuilles du Peuplier noir sont denticulées, vertes et glabres sur leurs deux faces. Lors du débourrement, elles deviennent visqueuses. Le pétiole de la feuille peut parfois être rougeâtre. Il est aussi aplati au sommet. 

Le limbe aura une taille toujours moins grande sur les rameaux de l’année. Sur chaque rameau de l’année, la feuille arbore une forme de losange et est acuminée. Elle se termine donc par une pointe effilée et allongée. Sur le Peuplier noir, les feuilles reposant sur les longs rameaux plus anciens sont moins typiques. En effet, les feuilles poussant sur les rameaux plus anciens voient la base du limbe largement arrondie ou aplatie. 

Enfin, les feuilles du Peuplier noir sont plus petites que les feuilles des peupliers hybrides. 

Tiges et écorce du Peuplier noir (Populus nigra)

En hiver, l’écorce et la tige du Peuplier noir permettent de servir comme clef d’indentification. En effet, puisque cet arbre ne possède pas de feuillage persistant, les feuilles ne peuvent pas servir de base pour la reconnaissance tout au long de l’année.

Selon le milieu dans lequel le Peuplier pousse, son tronc n’a pas tout à fait le même port. Mais ce qui est sûr c’est que le Peuplier noir possède une écorce brune-grisâtre. Aussi, certains spécimens ont une couleur presque noire d’où son nom de Populus nigra.

Les troncs de ces grands arbres ont une écorce plutôt sombre. Nous sommes loin du gris argenté du Hêtre ou du Charme. Aussi, l’écorce du Peuplier noir est à rhytidome rugueux et profondément fissurée longitudinalement. Elle s’épaissira avec le temps. Sur les plus vieux sujets, ceux qui ont plusieurs centaines d’années, l’écorce forme un réseau losangique caractéristique.

La forme du tronc est donc variable, souvent noueux et sinueux, il peut tout à fait être rectiligne, surtout en peuplement forestier ou dans les haies comme arbre d’alignement.

Fleurs du Peuplier noir (Populus nigra)

Le Peuplier noir fait partie des végétaux dioïque. C’est-à-dire que les fleurs mâles et les fleurs femelles ne poussent pas sur le même arbre. Il existe donc deux types de fleurs chez cette espèce.

Pour observer les fleurs du Peuplier noir, vous devrez attendre sa floraison qui se déroule de mars à avril. Mais il faut que l’arbre soit mature avant de produire des fleurs. Généralement, il  atteint sa maturité sexuelle vers 6 ans. 

Les fleurs des Peupliers sont des chatons, comme chez les Bouleaux, les Saules ou les Aulnes. Ces chatons sont pendants. Pour différencier les chatons mâles des chatons femelles, plusieurs éléments sont à prendre en compte.

Ainsi, le chaton mâle mesure de 8 à 10 cm de long à maturité et aborde une couleur rouge voire pourpre tandis que les chatons femelles sont vert-jaunâtres et un peu plus courts puisqu’ils ne mesurent que 6 à 8 cm.

Chacune des fleurs est supportée par un périanthe réduit. Pour rappel, le périanthe représente l’ensemble des enveloppes qui assurent la protection des organes reproducteurs (étamines et pistil). Il se compose du calice et de la corolle. Mais ce n’est pas le cas de celui du Peuplier noir auquel il manque certains éléments.

Les fleurs mâles possèdent en général 12 étamines rouges. Les fleurs femelles possèdent un ovaire uniloculaire composé de deux carpelles. Les fleurs femelles produisent des capsules ovoïdes ou sphériques à pédicelle court, vert foncé, avec deux valves, conservant la disposition en chaton.

Enfin, le Peuplier noir n’utilise pas les insectes pour sa pollinisation. En effet, ce dernier fait partie des espèces anémophiles. Il utilise le vent afin d’assurer la dispersion de son pollen.

Fruits du Peuplier noir (Populus nigra)

Bien que nous ne consommons pas les fruits du Peuplier Noir, ce dernier en produit. Mais nous ne faisons pas attention à sa fructification pour deux raisons. La première, nous ne consommons pas les fruits des différentes espèces de Peupliers. La seconde, ils sont petits et n’ont pas de réel intérêt décoratif.

Les fruits du Peuplier noir résultent de la transformation des fleurs femelles. Ils gardent ainsi leur disposition en chaton. Le fruit de ce Peuplier est une capsule à pédicelle court, ovoïdes à sphériques avec deux valves.

Une fois arrivé à maturité, à peu près 6 à 8 semaines suivant la pollinisation, ils libèrent une sorte de bourre de coton hydrophobe contenant les graines blanches. Les Peupliers assurent la dissémination de leurs semences grâce au vent mais également grâce à l’eau.

Un fait important, la graine de Peuplier ne germe que sur sédiments jeunes et frais. Ainsi, ces arbres ont besoin d’un de sables, limons ou graviers pour assurer leur germination.

Bourgeons du Peuplier noir (Populus nigra)

Le bourgeon, ou devrait-on dire les bourgeons permettent d’identifier les arbres aux feuilles caduques lors de leur période de dormance. Ainsi, on utilise cet élément de l’appareil végétatif pour déterminer l’espèce principalement en hiver.

Comme pour les autres espèces d’arbres, le Peuplier noir possède plusieurs types de bourgeons. En effet, nous pouvons différencier les bourgeons végétatifs et les bourgeons florifères. Ce dernier type de bourgeon se scinde d’ailleurs en deux, d’un côté le bourgeon mâle, de l’autre le bourgeon femelle. Bien qu’il n’est pas toujours facile de faire la différence, c’est toujours intéressant de le savoir.

Dans le cas des bourgeons végétatifs, c’est-à-dire les bourgeons à bois, ceux qui produisent les éléments ligneux ils sont plutôt courts et pointus, appliqués ou non sur le rameau, de couleur brun clair à brun rouge. Enfin, pour les bourgeons florifères, ceux d’où sortiront les pièces foliaires, les bourgeons mâles sont larges et trapus. Ils donnent une densité plus soutenue à la frondaison. 

Enfin, les bourgeons florifères femelles plus fins, donnant un port plus léger et aéré.

Ses besoins écologiques + habitat

Le Peuplier noir a besoin d’un sol frais, aéré mais humide. Il aime aussi les sols riches en bases et en azote. Espèce héliophile, il a donc besoin de beaucoup de soleil. On le retrouve aussi bien à faible altitude que sur des reliefs plus haut de basse montagne.

Ce peuplier fait partie des arbres typiques des forêts de feuillus à bois tendres. Mais on peut également le trouver dans les forêts de bois durs. Espèce pionnière, le Peuplier noir apprécie les bords de cours d’eau à fort débit afin de disséminer ses graines.

Ses graines sont d’ailleurs pauvres en réserve. Elles ont ainsi une durée de vie limitée ce qui rend l’espèce vulnérable aux phénomènes d’insularisation écologique ou à la fragmentation écopaysagère. Ses graines colonisent facilement les sols riches sans végétation. Ainsi, les jeunes arbustes de Peuplier noir gagnent rapidement les grèves et bancs de sable humides. Ils poussent d’ailleurs souvent en compagnie d’essences de bois tendre comme les Saules.

Dans des conditions et un climat optimal, le Peuplier noir pousse vite. Son bois forme d’ailleurs par de larges cernes de croissance. Mais son houppier reste assez sensible à la casse en cas de vent violent. Avec son système racinaire peu profond et son port très haut, il finit souvent arraché lors de tempêtes.

Pouvant se reproduire par fécondation croisée, le Peuplier noir peut aussi se reproduite par voie végétative. En effet, il a la capacité de drageonner. Ses drageons lui assure donc une reproduction même en cas de perturbation du milieu. 

Il caractérise les ripisylves arborescentes ourlant les berges alluvionnaires des cours d’eau.

Comment utiliser Peuplier noir (Populus nigra) ?

Comme toutes les plantes sauvages qu’on peut trouver en France, il y a des utilisations plus ou moins intéressantes. Dans le cadre du peuplier noir, voyons dans quelles conditions l’utiliser.

Les Usages alimentaires :

Tout comme certaines espèces de Peuplier, le Peuplier noir fait partie des plantes sauvages comestibles de France. Contrairement aux arbres fruitiers, ce ne sont pas les fruits que nous consommons mais d’autres éléments de l’arbre.

Ainsi, la partie la plus intéressante reste la sève du Peuplier. En effet, elle est comestible directement depuis le tronc. Comme pour les Érables et Bouleaux. Le Peuplier Blanc ainsi que le Tremble donnent aussi de la sève comestible. 

Les jeunes pousses et inflorescences du Peuplier Noir sont également comestibles une fois cuites. Enfin, la seconde écorce, qu’on appelle cambium servait autrefois dans la fabrication de pain une fois réduite en poudre.

Quelles sont ses propriétés médicinales ?

Le Peuplier noir fait partie des plantes médicinales. En effet, on l’utilise en médecine douce et phytothérapie à plusieurs niveaux. C’est aussi une plante connue dans le domaine de la gemmothérapie. Ainsi, le Peuplier noir aurait de nombreuses propriétés :

  • Il permet de lutter contre certains troubles rénaux comme les calculs rénaux, goutte, inflammations des voies urinaires, néphrites ou encore les cystites.
  •  Il aurait aussi des effets sur les affections cutanées contre les plaies, abcès, brûlures, crevasses ou encore hémorroïdes.
  • On peut l’utiliser face aux troubles des voies respiratoires lors des bronchites, trachéites, toux rebelles, ou encore inflammations pulmonaires.
  • Nous pouvons noter son utilisation face aux troubles digestifs comme les ballonnements et brûlures d’estomac.
  • Comme le Saule, on peut l’utiliser en cas de douleurs articulaires : anti-inflammatoire, soulagement des rhumatismes.
  • Enfin, le Peuplier noir s’utilise comme tonique général. C’est en quelque sorte une plante intéressant pour garder la forme.

Le Peuplier noir fait partie des plantes utilisées comme Onguent populéum. Aux côtés de la jusquiame, belladone, Morelle Noire, pavot et d’autres éléments, cette pommade assure un rôle calmant et décongestionnant lors des hémorroïdes. 

Autres utilisations pour ce végétal ?

Comme d’autres espèces d’arbres sauvages, le Peuplier noir a plusieurs utilisations. Premièrement, son bois relève une certaine importance économique et mécanique. En effet, puisqu’il pousse vite et est souple, le bois du Peuplier noir sert à la fois dans le bâtiment et dans la marine. 

Dans le bâtiment, il sert à la confection de panneaux de contreplaqué. Dans la marine, le bois de Peuplier sert principalement aux produits d’emballage comme les cagettes de fruits et légumes. 

Certains cultivars et variétés sont largement utilisées dans les parcs et jardins pour leur aspect décoratif. Nous pouvons noter Le Peuplier d’Italie (Populus nigra var Italica), qui par son port érigé et étroit sert comme arbre d’ornement ou d’alignement.

Toutefois, Populus nigra s’utilise surtout dans les massifs forestiers pour son bois. D’ailleurs une plantation ou un grand peuplement de Peuplier s’appelle une peupleraie. Certains parlent aussi d’une utilisation comme brise-vent, pas toujours conseillée dans les endroits à vents vraiment violents à cause de son déracinement facile.

Article Précédent

Moutarde des Champs (Sinapis arvensis)

Article Suivant

QU’EST-CE QU’UN FRUIT CAPSULE ? DÉFINITION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

RECONNAÎTRE & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître et utiliser les plantes (recettes et remèdes).