• Type:

Comment reconnaître la Camomille (Romaine) ?

Comment reconnaître la camomille ? C’est ce que nous allons aborder ensemble dans cet article. Et plus précisément, nous allons voir comment reconnaître la Camomille Romaine (Chamaemelum nobile). Car, en effet, il existe plusieurs espèces de « Camomilles ».

La Camomille, populaire en infusion, compte beaucoup de similitudes avec 4 membres de sa famille botanique… Allons voir maintenant, comment la reconnaître parmi eux.

AU PROGRAMME 

 

MAIS AVANT, FAISONS UN PEU DE BOTANIQUE

Vous comprendrez ensuite pourquoi reconnaître la Camomille Romaine n'est pas si simple.

Chamaemelum nobile reconnaissance

Chamaemelum nobile (Source Photo)

La théorie botanique est un élément indispensable pour l’identification des plantes. 

La camomille romaine (Chamaemelum nobile) aussi appelée anthémis noble, anthémis odorante, camomille noble ou encore camomille d’Anjou, appartient à la famille des Astéracées (ou Composées). 

La principale particularité des Astéracées est que chaque ligule (pétale) désigne en réalité une fleur et toutes ses fleurs forment un capitule (inflorescence condensée de fleurs sans tiges regroupées sur un réceptacle commun). 

Les Camomilles ce sont 130 espèces dans le monde, dont 8 présentes en France, 4 groupes de cette famille sont très similaires – nous vous en parlions plus haut – ils sont Chamaemelum, Matricaria, Anthemis et Tripleurospermum.

Citons à présent les espèces que nous serions susceptibles de retrouver chez nous : 

  • La Camomille Puante (Anthemis cotula)
  • L’Anthémis des teinturiers (Anthemis tinctoria),
  • La Camomille Inodore (Tripleurospermum inodorum)
  • La Matricaire Maritime (Tripleurospermum maritimum)
  • La Camomille Ordinaire ou matricaire officinale (Matricaria recutita ou Matricaria chamomilla)
  • La Camomille Romaine (Chamaemelum nobile),
  • L’Anthémis des Champs (Anthemis arvensis)
  • Et la matricaire odorante (Matricaria discoidea).

Nous aborderons principalement la camomille que nous consommons en infusion, c’est-à-dire la camomille romaine (Chamaemelum nobile).

HABITAT DE LA CAMOMILLE ROMAINE

Afin de plus facilement reconnaître la Camomille Romaine dans la Nature, il faut aussi connaître son habitat

comment reconnaître la camomille avec son aire de répartition et son habitat

Habitat Naturel de la Camomille Romaine (Source Photo)

Avant de pouvoir la reconnaître, un point sur son habitat. 

Dans le cas de la camomille romaine (Chamaemelum nobile), bien que présente en France et en Europe, elle s’est également installée en Amérique du Nord, du Sud et en Australie. Mais c’est bien en France, en Espagne, au Portugal et au Royaume-Uni que vous aurez le plus de chance de la croiser à l’état sauvage.

Cette espèce aime la lumière, accompagnée de températures plutôt chaudes, à condition d’y trouver un peu d’humidité. Nous la trouverons facilement sur des pelouses sablonneuses, mais aussi en bordure d’étang.  Elle sera donc plutôt présente dans l’Ouest de la France qu’ailleurs.

La Camomille Romaine aime être en compagnie de la Pâquerette Vivace (Bellis perennis), du mouron des oiseaux (Stellaria media), du liseron des champs (Convolvulus arvensis), du plantain lancéolé (Plantago lanceolata), du pâturin des prés (Poa pratensis) et bien d’autres ! 

COMMENT RECONNAÎTRE LA CAMOMILLE ROMAINE ?

Passons maintenant à la partie la plus intéressante : l'identification de la Camomille

Chamaemelum nobile comment reconnaître la camomille romaine par ses fleurs

Fleurs de Camomille Romaine (Source Photo)

Chamaemelum nobile comment reconnaître la camomille romaine grâce à ses feuilles

Feuilles très découpées (Source Photo)

Venons-en au fait, voici comment reconnaître la camomille romaine (Chamaemelum nobile).

  • La Camomille Romaine (Chamaemelum nobile) peut mesurer jusqu’à 30 cm,. Elle a donc une taille assez moyenne. On compte aussi une tige dressée et poilue, avec plusieurs tiges secondaires. Elle dégage une douce odeur aromatique .
  • Comme beaucoup de plantes sauvages à fleurs blanches, elle fleurit de juillet à septembre. Elle a donc une floraison estivale.
  • C’est une plante vivace. Elle revient donc en place chaque année.
  • La Camomille Romaine a des feuilles fines de couleur vertes blanchâtres, profondément découpées, pennati ou bipennatiséquée. Ses feuilles sont formées de folioles disposées par paires symétriques sur un axe. Et ses folioles sont divisées à deux reprises jusqu’à la nervure). 
  • Les fleurs sont hermaphrodites (fleurs pourvues d’étamines et de pistils) en forme de tubes jaunes au centre et avec des ligules (pétales) blanches aux extrémités. Aussi, les fleurs ont une taille assez grande. Le capitule mesure près de 2,5 cm de diamètre. 
  • Les fruits sont des akènes minuscules (de 1 à 12 mm) et légèrement jaunes.

CONFUSIONS POSSIBLES AVEC LA CAMOMILLE ROMAINE

Pour savoir comment reconnaître la Camomille Romaine, il faut aussi savoir éviter les nombreuses confusions

Anthemis cotula confusion possible pour reconnaître la Camomille Romaine

Anthemis cotula (Source)

Tripleurospermum inodorum confusion possible pour reconnaître la Camomille Romaine

Tripleurospermum inodorum (Source)

Matricaria chamomilla confusion avec la Camomille Romaine

Matricaria chamomilla (Source)

Quelques exemples de confusions parmis d'autres

Comme nous l’avons vu plus haut, il y a des confusions avec la Camomille Romaine (Chamaemelum nobile). Et toutes les plantes de cette liste poussent aussi en France.

  • La Camomille Puante (Anthemis cotula), son nom la trahit facilement, en effet, de son odeur. Ce qui permet donc de d’éviter la confusion avec notre douce camomille romaine. On note aussi l’absence de poils sur sa tige. Mais elle fleurit également de juillet à septembre.
  • L’Anthémis des Teinturiers (Anthemis tinctoria), se différenciera grâce à ses ligules (pétales) jaune foncé. Elle fleurit de juillet à août. 
  • La Camomille Inodore (Tripleurospermum inodorum), comme son nom l’indique, elle ne sent presque rien et nous la trouverons dans les lieux incultes et champs. Sous la fleur, les pétales sont blancs au niveau du réceptacle alors que chez la camomille romaine une partie bien visible est jaune. Elle fleurit de mai à septembre.
  • La Matricaire Maritime (Tripleurospermum maritimum), elle ressemble à la camomille inodore (Tripleurospermum inodorum) mais plus proche du sol, plutôt couchée. Nous la trouverons proche de la mer. Elle fleurit de juillet à septembre.
  • La Camomille Ordinaire ou Matricaire officinale (Matricaria recutita ou Matricaria chamomilla), munie d’une douce odeur, elle peut mesurer jusqu’à 60 cm et fleurit de juin à août. Elle recouvre aussi plusieurs usages que nous aborderons à la fin de cet article.
  • L’Anthémis des Champs (Anthemis arvensis) a une senteur agréable, mais se différencie en regardant sous la fleur – comme chez la camomille inodore – les ligules sont blanches au niveau du réceptacle alors que chez la camomille romaine une partie bien visible est jaune. Elle fleurit de juin à juillet.
  • La Matricaire Odorante (Matricaria discoidea) se distingue facilement, car elle ne possède pas de pétales. Elle est très naturalisée en Europe et fleurit de juin à août.

BONUS : USAGES ET BIENFAITS DE LA CAMOMILLE

Afin de plus facilement reconnaître la Camomille Romaine dans la Nature, il faut aussi connaître son habitat

La Camomille Romaine (Chamaemelum nobile), fait partie des plantes médicinales. Et c’est aussi une incontournable des infusions notamment pour faciliter la digestion.

Mais elle peut aussi s’utiliser en eau florale, en interne : en cas de nervosité, de colère ou de stress et en externe : pour les démangeaisons, irritations ou brûlures. En l’aspergeant sur les cheveux, elle peut donner des reflets clairs. 

En ce qui concerne l’huile essentielle, elle est apaisante pour les problèmes de peau, calmante pour le système nerveux et revêt aussi des propriétés antispasmodiques et antiparasitaire. 

Nous pouvons la trouver aussi dans des crèmes hydratantes, dans des savons ou gel douche. Elle s’invite partout dans notre quotidien !

Une autre espèce dont nous avons parlé tout à l’heure, la camomille matricaire (Matricaria recutita), qui peut aussi s’utiliser en huile essentielle, elle agit sur les allergies, sur la cicatrisation, sur les articulations, elle est très efficace en tant qu’anti-inflammatoire.

N’oublions pas non plus que la Pâquerette est aussi une plante médicinale. Comme beaucoup d’autres plantes de cette famille.

Mais comme toujours, privilégiez une cueillette raisonnée et soyez sûr de ce que vous mettez dans votre panier. N’oubliez pas que la cueillette sauvage comporte des risques et que certaines populations végétales sont parfois menacées sur un territoire donné. Même si l’espèce ne l’est pas.

Alors, on se reprend une petite infusion de camomille ? 

Lisa MAUNIER

Article Précédent

Confusion Lamier Pourpre

Article Suivant

Les Lamiers (Lamium) : les différentes espèces

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

IDENTIFIER, CULTIVER & UTILISER LES PLANTES

Recevez GRATUITEMENT certains cours pour reconnaître, cultiver et utiliser les plantes (recettes et remèdes).